Donnez votre avis!
Images du film
Images des bonus

Prometheus

Catégorie Cinéma
Titre Original Prometheus
Genre Fantastique
Pays USA
Date de sortie 14/10/2012
Réalisateur Ridley Scott
Avec Michael Fassbender, Noomi Rapace, Charlize Theron, Idris Elba, Guy Pearce, Rafe Spall, Logan Marshall-Green, Sean Harris
Format Blu-Ray
Boitier Amaray
Producteurs David Giler, Walter Hill, Ridley Scott
Scénaristes Damon Lindelof, Jon Spaihts, Ridley Scott
Compositeur Marc Streitenfeld
Critique cinéma Prometheus
A propos du film Lire notre compte rendu de la conférence de presse et avant-première parisienne en suivant ce lien.

Critique de Bruno Orru
Editeur Fox pathé europa
Edition Standard
Label  
Zone / Région 2
Durée Film 123 min
Support
   
   

Le film de Ridley Scott est enfin disponible en Blu-ray (DVD et Blu-ray 3D) présentant une image et une bande son de très haute qualité mais assez peu pourvu en bonus.

L’histoire
Elizabeth Shaw en est sûre : ces symboles trouvés dans des peintures issues de plusieurs civilisations représentent une galaxie où trouver les créateurs du Monde. Le vaisseau spatial Prometheus va se charger de découvrir ce qu’il y a là-bas…

La critique de Sébastien Keromen
Prometheus faisait super envie. Un Ridley Scott largement capable de chef d’œuvre, un univers connu mais à réinventer puisque l’histoire se passe avant Alien, une bande annonce qui avait trop la classe et nous rendait impatient d’aller voir le film. Oui, vraiment, Prometheus faisait super envie. Faisait.

Prometheus est beau et classe. Et c’est tout. Ça suffit à assurer un peu le spectacle, si vous y alliez effectivement pour les images. Par contre, pas la peine de vous déplaciez si vous y alliez pour l’histoire, les acteurs, les scènes d’action, les dialogues, de la belle 3D, l’éclairage qu’il donne à Alien, un divertissement, ou même juste un bon film. Car Prometheus est surtout un film très prétentieux et très frustrant, qui essaie de se donner des airs de cours de philo en posant tout le temps de tas de questions et questionnements très profonds, d’un air pénétré, pour finalement ne répondre absolument à rien. Alors on attend pendant 2h que le film commence, que l’histoire ne donne un sens à ce qu’on vient de voir, mais c’est peine perdue, avec le temps ne viennent que de nouvelles interrogations.

Côté réalisation, on savait Ridley Scott capable du meilleur. On ne peut donc qu’être déçu. Si les décors et l’ambiance sont assez irréprochables, et quelques idées visuelles très bonnes (les sondes, par exemple), les effets spéciaux ne sont pas vraiment convaincants et sont plutôt rigolos qu’effrayants (surtout le tout dernier). Oubliez aussi la 3D, l’effet de profondeur n’est vraiment pas convaincant (dommage et étonnant pour un tournage en 3D réelle). Pas de profondeur non plus pour les personnages (ah ah, quel enchaînement) dont on se fout assez éperdument, et que leurs interprètes n’arrivent pas à faire exister, y compris les deux principaux. Les dialogues sont eux aussi plats et sans relief, et comme le film enchaîne les tunnels de discussions, on s’ennuie pas mal. Le scénario, en plus de ne pas répondre aux questions qu’il a posées, n’est pas tout à fait au point, et aligne quelques péripéties illogiques ou exagérées (ou alors c’est que la médecine postopératoire a vraiment fait un grand pas). Sans oublier quelques pseudo-surprises qu’on a vu venir de loin (par exemple l’identité du mystérieux voyageur et ses liens avec un autre personnage).

Au final, Prometheus n’apporte qu’interrogations, déception et ennui, alors qu’on avait bien envie de l’aimer, ce film. Le lien avec Alien restera à la fois ténu et pas complètement raccord, donc pas trop d’intérêt de ce côté-là non plus. Et n’espérez pas non plus un film d’action, c’est tout juste s’il y en a vraiment. Non, au final, à moins que vous n’aimiez les films frustrants qui vous appâtent avec plein de trucs et laissent tout en plan sans vraiment finir, je ne vois pas pourquoi vous passeriez 2h pour comprendre ce que ces grands mecs tout blancs font là. Moi déjà j’ai pas compris ce que je faisais dans la salle.

 

En bonus, pour ceux qui ont malheureusement déjà vu le film, voici une liste des questions auxquelles le film ne répond pas (ou en tout cas j’ai pas vu passer la réponse, mais ça m’étonnerait de les avoir toutes ratées) :

- Pourquoi l’Ingénieur du début boit un truc qui le désintègre ?
- Comment les hommes primitifs ont-ils pu peint la galaxie des Ingénieurs ? Ou alors ce sont les Ingénieurs qui leur ont demandé de la peindre, mais pourquoi voulaient-ils que les hommes trouvent ce qui n’est finalement qu’une base morte ?
- Pourquoi Elizabeth Shaw veut à ce point comprendre pourquoi l’homme a été créé ? C’est juste la mort de ses parents ? C’est pas un peu bateau ?
- Pourquoi David empoisonne-t-il Holloway ? (et comment il sait ce que va faire cette matière noire ?)
- C’est quoi cette forme de vie qui apparaît périodiquement aux sondes ? C’est juste l’espèce de serpent ?
- Pourquoi les 2 scientifiques ne sont pas rentrés au vaisseau quand ils ont dit qu’ils allaient rentrer au vaisseau ?
- Pourquoi les Ingénieurs ont-ils créé cette « arme » ?
- Pourquoi les Ingénieurs voulaient-ils détruire les hommes ? (ça répond peut-être à la
question du dessus, mais répondre à une question par une autre question, est-ce bien raisonnable ?)
- Pourquoi engager un jeune pour jouer un vieux maquillé si on ne le voit jamais jeune ? (et la réponse « pour pouvoir faire une vidéo virale de pub pour le film n’est ni acceptable ni acceptée)
- Pourquoi Weyland veut rencontrer les Ingénieurs ? Juste pour voir, ou en espérant la vie éternelle (et de redevenir donc un jeune Guy Pearce)
- Pourquoi le gars il a jamais payé son pari, alors que clairement c’était pas une mission de terraforming ?
- Pourquoi Shaw arrive encore à faire des acrobaties et à se remonter d’un ravin en tirant sur les bras 78 minutes après une césarienne et 12 grosses agrafes dans le bide ?
- On peut imaginer que l’alien évolue selon les caractéristiques de son hôte, d’où l’alien final. Mais alors pourquoi avoir poussé dans le ventre de Shaw, il a gagné des tentacules ?
- Pourquoi, quand les deux femmes fuient le vaisseau rond qui s’écrase et roule, elles courent là le vaisseau va continuer à rouler plutôt que sur le côté ?
- Pourquoi l’Ingénieur meurt dans la cabine de sauvetage alors que dans Alien on le retrouve dans le siège de commande du vaisseau ?
- Pourquoi il manque la dernière bobine du film, celle avec les réponses, notamment ce que Shaw trouvera quand elle aura fini l’histoire ? 



Définition
Couleurs
Compression
   
Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
Format Cinéma 2.40:1
   
   

Le Blu-ray, à l’image du film présenté sur le grand écran, présente une image d’un cristallin détail. Les deux heures de film charment constamment nos yeux avec un superbe équilibre des contrastes et des couleurs. Bien entendu, la performance est facilitée par la non moins superbe photographie de Dariusz Wolski et, si le film déçoit quelque peu, le visionnage est un pur régal.
Assurément l’un des tous meilleurs Blu-ray sur le plan image.


Langues  
Format  
Bonus  
Commentaires  
Spatialisation  
Dynamique  
Effets surround  
   
   
   
   
 
Langues Type Format Sous Titres Film Sous Titres Bonus Sous Tit. Comment. Spatial. Dynamiq. Surround
Anglais DTS HD Master Audio 7.1 Oui Non Non Bonne Bonne Bonne
Français DTS 5.1 Oui Oui Oui Moyenne Moyenne Moyenne

Prometheus propose un mixage VO DTS HD Master Audio 7.1 qui s’avère constamment un pur régal. Pour commencer, la dispersion des informations et effets sur les 7 canaux est à la fois fine et précise, pertinente et informative.
D’une part, la richesse d’information sur le front sonore et sur le champ arrière est impressionnant et d’autre part c’est assez rare que dans un mixage annoncé comme 7.1 on arrive distinctement, et à nombreuses reprises, à distinguer des informations séparées entre les canaux arrières latéraux et arrière (Surround back).
Un autre point véritablement plaisant réside dans l’équilibre des graves, ceux-ci n’étant jamais envahissant alors même que de nombreuses séquences avec les vaisseaux font véritablement vrombir le caisson.
Comme pour l’image, ce film dispose d’un véritable mixage de démo.


Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
   
Durée Bonus 60 min
Boitier Amaray
   
   
   
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
  

Bonus 

La véritable pièce importante des Bonus réside dans les 36 minutes de séquences coupées qu’il est nécessaire de regarder avec les commentaires du monteur Pietro Scalia et du superfiseur des effets spéciaux Richard Stammer. C’est dans cette section que l’on découvre notamment la version longue de la séquence d’introduction « L’arrivée des ingénieurs » (mais l’on apprend rien de plus sur cette énigmatique séquence) et une séquence alternative du final.


Le commentaire audio de Ridley Scott réalisateur est un peu décevant car souvent purement descriptif et n’apportant au final aucun réponse aux nombreuses questions que pose le film.



Le deuxième commentaire audio du scénariste Jon Spaihts et du Producteur délégué Damon Lindelof s'affève beaucoup plus riche et donc plus intéressant.



Le bonus intitulé « Les dossiers de Peter Weyland » permettent d’avoir une vue du personnage Peter Weyland lors du recrutement de l’équipage. Rien de bien exceptionnel, on y voit surtout un développement du caractère des personnages. Notons toutefois le document relatif à David qui pose de véritables questions sur une éventuelle intégration de robots humanoïde un jour dans notre société.