Donnez votre avis!
Images du film
Images des bonus

Homeland : saison 1

Catégorie Série TV
Genre Espionnage
Pays USA
Date de sortie 28/09/2012
Réalisateur
Avec Claire Danes, Damian Lewis, Morena Baccarin, David Harewood, Diego Klattenhoff, Jackson pace, morgan saylor, Mandy Patinkin
Format Blu-Ray
Boitier Amaray
Producteurs Michael Klick ; Katie O'Hara
Scénaristes Howard Gordon et Alex Gansa
Compositeur Sean Callery

Critique de Simon Volant
Editeur Fox pathé europa
Edition Standard
Label  
Zone / Région 2
Durée Film 624 min
Support
   
   

Résumé

Un informateur informe Carrie Mathison, agent de la CIA, que Nicholas Brody, un Marine américain libéré lors d'une opération commando en 2011 après avoir été détenu 8 ans par Al Qaida, a été « converti » et représente aujourd'hui un risque pour la sécurité nationale du pays. La persévérance de Carrie, associée à un trouble bipolaire, vire à l'obsession maladive vis-à-vis du Marine, elle va devoir déterminer pour quel camp travaille effectivement Nicholas.

Critiques

Après quelques saisons de "24H chrono", les auteurs cherchent un nouveau souffle. C'est une idée israélienne qui va être adaptée pour "Homeland". Mais l'histoire va être largement adaptée pour être compatible avec une Amérique post-110901. De plus, l'héroïne est ici beaucoup plus complexe offrant toutes les possibilités d'une histoire moins linéaire.
L'histoire est particulièrement complexe, mais le nombre d'épisodes est suffisant pour la développer correctement. Oublier les épisodes de "24H chrono" avec plusieurs rebondissements majeurs par épisode, "Homeland" est plus posé, plus lent même la fin de chaque épisode est conçue pour relancer le suspens et donner envie de voir la suite. La recette fonctionne plutôt bien vu le succès d'audience lors de la diffusion de la première saison, du démarrage en trombe de la seconde et de la consécration avec, entre autres, le Golden Globe meilleur série 2011.

Bon alors, qu'est ce que donnent ces 12 épisodes ?

Que de surprises, une bonne part des règles habituelles est joyeusement dynamitée tout au long de la série. Tout d'abord fini le héros indestructible, ici l'héroïne est bipolaire et sa maladie va petit à petit prendre le dessus. Tous les épisodes baignent dans une douce paranoïa et on se prend à douter de tout le monde. Le vétéran revenu d'Irak a-t-il été retourné contre son pays ? Y-a-t-il une taupe dans la CIA ? Pourquoi est-ce personne ne croit en notre héroïne ? Le final est dans la lignée de toute la série avec un non-happy-end tout aussi déboussolant (je n’en dis pas plus !).
La série s'adresse également à un public averti de par le contenu sanglant assez régulier, scènes de tortures ou assassinats mais par quelques scènes de sexes particulièrement crues pour une nation plutôt puritaine.
J'ai retrouvé dans "Homeland" les bonnes surprises de "Battlestar Galactica". Une série qui intrigue, une série qui surprend, une série qui prend aux tripes, une série qui n'est pas cousue de fil blanc et qui ne respecte pas les codes du genre quitte à faire peur à l'audience et aux sponsors ! Le générique totalement déconstruit résume parfaitement toute l'ambiance de la série. Un pari qui est ici réussi !

L'expérience est ressentie dans la réalisation soignée avec des plans recherchés, des jeux de lumières et de cadrages dignes du cinéma, mais aussi dans le montage dynamique et sans temps mort en général. Il y a bien un ou deux épisodes plus faibles que les autres, mais c'est globalement du tout bon.

D'un point de "placement de produits", c'est par contre un alignement de têtes de gondole avec les logos d'un constructeur de voiture alignés plusieurs fois par épisodes, quelques  équipementiers informatiques et surtout un éditeur de système d'exploitation qui aligne son logo en forme de fenêtre sur de très nombreux plans. Pas mal d'affichage de marques sont faites sans trop d'imagination et on devine bien les contrats qui sont derrière l'usage de cet appareil photo, cette boisson, ou ce téléphone, etc.

Verdict

Du tout bon pour cette première saison... une seconde saison se prépare, c'est selon nous beaucoup plus risqué, mais les scénaristes sont capables de nous surprendre de nouveau.



Définition
Couleurs
Compression
   
Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
Format Cinéma 1.85:1
   
   

Une image absolument parfaite sans défaut, pas de bruit, colorimétrie magnifique et compression sans faille. Un véritable TOP image qui se démontre sur tout les plans avec un piqué parfait et une définition digne du support HD. Une référence en terme d'image pour une série TV qui donne des leçons à de nombreux longs métrages.

Langues  
Format  
Bonus  
Commentaires  
Spatialisation  
Dynamique  
Effets surround  
   
   
   
   
 
Langues Type Format Sous Titres Film Sous Titres Bonus Sous Tit. Comment. Spatial. Dynamiq. Surround
Anglais DTS HD Master Audio 5.1 Oui Non Non Bonne Bonne Bonne
Français DTS 5.1 Oui Oui Non Bonne Bonne Bonne

Excellente dynamique et bonne spatialisation en français comme en version originale. Le doublage est de bonne qualité avec de nombreux comédiens qui soutiennent l'action en français des très nombreux acteurs de la version originale.

Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
   
Durée Bonus 90 min
Boitier Amaray
   
   
   
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
   Prologue saison 2

Bonus 

Très bon système de menus permettant de passer d'un disque à l'autre sans avoir à relancer tout le système. De plus, un système de couleur permet d'identifier les épisodes déjà visionnés.

D'un point de vue Bonus, on gagne un making of archipromotionnel de 30 minutes, de nombreuses scènes coupées intéressantes (surtout pour le dernier épisode) ainsi qu'un commentaire audio sur l'épisode pilote. Enfin, il y a les 5 premières minutes de la seconde saison qui ne vous apprendront absolument rien...
Le tout est joyeusement sous-titré en français sauf le commentaire audio.