Donnez votre avis!
Images du film
Images des bonus

Peter Pan 2, retour au pays imaginaire

Catégorie Animation
Titre Original Return to Never Land
Genre Enfants
Pays USA
Date de sortie 04/12/2012
Réalisateur Robin Budd
Avec
Format Blu-Ray
Boitier Amaray
Scénaristes Temple Mathews

Critique de Simon Volant
Editeur Disney BVHE
Edition Standard
Label  
Zone / Région 2
Durée Film 73 min
Support
   
   

Synopsis :

Wendy a grandi. Elle est mariée et mère de deux enfants, Danny et Jane. Durant la Deuxième Guerre mondiale, à Londres, elle tente de les réconforter en leur racontant des histoires sur le pays imaginaire, cet endroit merveilleux qu'elle a connu dans son enfance rêveuse ("Peter Pan").
Danny raffole de ces contes pour s'endormir tandis que Jane (âgée de douze ans) n'y croit pas du tout... jusqu'au jour où elle est enlevée par le Capitaine Crochet et conduite au pays imaginaire pour servir d'appât et capturer son ennemi de toujours, l'espiègle Peter Pan. Croyant qu'il s'agit de Wendy, il volera à son secours, secondé par Clochette et les Garçons Perdus. Mais, la rencontre avec Jane sera des plus brutales et, si elle ne parvient pas à croire d'elle-même au pouvoir et à la magie de l'imagination, elle ne pourra jamais retrouver le chemin de sa famille.
Avec "la foi, la loyauté et la poussière de fée", tout sera-t-il possible..., même l'impossible ?

Présentation par Geneviève Silva :

Pour imaginer la suite du classique de 1953, il était nécessaire d'inventer tout d'abord une bonne histoire. Il fallait trouver une suite logique au conte original qui permet au public de retrouver les héros du premier film en lui offrant, en même temps, une expérience complètement inédite : le scénariste Mathews Temple y est entièrement parvenu.

L'équipe a respecté un équilibre fragile entre l'hommage évident à l'original et la nécessité d'offrir aux personnages (et au public !) de nouvelles aventures et une nouvelle gamme d'émotions. Il fallait ranimer les sentiments éprouvés pour le premier film. Ainsi, le personnage de Jane devait avoir une juste dose de design à l'ancienne et de modernité. C'est l'artiste Charlie Bonifacio qui s'en est chargé lors de la préproduction. Alors, comme le dit Donovan Cook : "La configuration du second film renverse les choses. Le premier film parle d'une petite fille qui a peur de grandir, mais qui apprend qu'on peut entrer dans l'âge adulte sans pour autant abandonner sa jeunesse d'esprit. Dans ce nouvel opus, Jane apprend qu'on peut grandir et avoir des responsabilités sans renoncer pour autant à être un enfant... C'est la même leçon de vie sous deux angles différents."

De petits aménagements ont néanmoins été opérés entre l'original et la suite comme l'apparition d'un nouvel adversaire pour Crochet . Le crocodile est parti vers de nouvelles eaux, c'est à présent une énorme pieuvre qui a pris goût à la viande de pirate. Comme le confie la chargée de production, Sharon Morrill  : "inventer la pieuvre nous a offert une nouvelle et amusante façon de torturer le Capitaine. En termes d'animation, une telle créature est un régal, avec ses longs bras et ses allures comiques...".
Bref, un éventail d'émotions s'étale sous nos yeux qui permet à chacun, enfant ou adulte, d'espérer. Au merveilleux de la magie de l'imagination s'ajoutent le nostalgique et l'optimisme. De quoi nous émouvoir et nous permettre d'espérer en l'avenir. Un deuxième volet incontournable.

Analyse de Simon Volant :

Si l'introduction de Londres sous les bombardements de la Seconde Guerre mondiale marque pas mal, la construction de l'histoire reste tout à fait classique en restant sur la même construction que la petite sirène avec, par exemple, une première chanson qui permet de créer le lien entre le public et l’héroïne. Ensuite, on sent que les scénaristes cherchent à lier différents éléments de Peter Pan 1 dans cette suite. Ils y arrivent avec plus ou moins de bonheur. Par exemple, la pieuvre, Crochet et Peter Pan permettent une fois encore quelques scènes de course poursuite que Tex Avery ne renierait pas. Mais par moment, on se dit aussi que cette suite est un peu cousue de fil blanc et aurait pu être un peu plus étoffée.

Techniquement, l'informatique est largement utilisée par Disney depuis "Bernard et Bianca au pays des Kangourous" (1990) pour la numérisation des croquis et la mise en couleurs. Pour Peter Pan 2, maîtrise complète des outils avec des personnages en 2D qui côtoient des décors en 2D ou 3D. Cela permet d'en mettre plein les yeux avec des mouvements de caméra osés.

Verdict

Techniquement réussie, cette suite sortie 50 ans après l'original fera rigoler les enfants, mais les adultes se diront qu'au final rien ne vaut l'original.



Définition
Couleurs
Compression
   
Format Vidéo HD 1080p
Format Cinéma 1.66:1
   
   

Image de grande qualité due à la source numérique, les contours sont nets, parfois même durs, les dégradés de couleurs impeccablement encodés, la compression est insensible. Une image bien différente du premier film également disponible en Blu Ray, mais techniquement parfaite.

Langues  
Format  
Bonus  
Commentaires  
Spatialisation  
Dynamique  
Effets surround  
   
   
   
   
 
Langues Type Format Sous Titres Film Sous Titres Bonus Sous Tit. Comment. Spatial. Dynamiq. Surround
Anglais DTS HD Master Audio 5.1 Oui Oui Non Bonne Bonne Bonne
Français Dolby Digital 5.1 Oui Oui Non Bonne Bonne Bonne

Une belle spatialisation avec des voix passant de gauche à droite aussi bien en français qu'en VO et un bel usage de l'ensemble des enceintes. La dynamique est mise à contribution avec la scène de bombardement du début, mais aussi avec les passages musicaux.

Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
   
Durée Bonus 10 min
Boitier Amaray
   
   
   
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
  

Bonus 

Menu fixes et muets. Bandes annonces à l'insertion du disque.

Pour les bonus, franchement pas grand chose :

Le clip musical de la première chanson en qualité YouTube et mixé au making of.

5 scènes coupées sous forme de storyboard sonore en VOST.