Donnez votre avis!
Images du film
Images des bonus

The Master

Catégorie Cinéma
Genre Drame
Pays Etats-Unis
Date de sortie 15/05/2013
Réalisateur Paul Thomas Anderson
Avec Joaquin Phoenix , Philip Seymour Hoffman , Amy Adams , Jesse Plemons , Laura Dern
Format Blu-Ray
Boitier Amaray avec fourreau cartonné
Producteurs Paul Thomas Anderson, Daniel Lupi, Megan Ellison
Scénaristes Paul Thomas Anderson
Compositeur Jonny Greenwood

Critique de Chanh Hong
Editeur Metropolitan
Edition Standard
Label  
Zone / Région 2
Durée Film 137 min
Support
   
   

L'histoire
Freddie, un vétéran, revient en Californie après s'être battu dans le Pacifique. Alcoolique, il distille sa propre gnôle et contient difficilement la violence qu'il a en lui... Quand Freddie rencontre Lancaster Dodd, un leader charismatique d'un mouvement nommé la "Cause", il tombe rapidement sous sa coupe.

Critique
The Master
fait partie de cette catégorie de films totalement déroutants. On en est soit fasciné, soit allergique, mais ils ne nous laissent jamais indifférents.
Tout comme certains films de Lynch ou Cronenberg, The Master ne possède pas de structure narrative conventionnelle, mais plutôt éclatée. Les séquences se succèdent sans liens évidents entre elles. Les personnages n'ont pas de but ou de missions précises. Le film soulève beaucoup de questions sans vraiment apporter de réponses au final. En fait, le métrage est à l'image de l'esprit quelque peu dérangé (traumatisme de guerre) du personnage principal Freddie Quell, et de sa vie de vagabond, errant de ville en ville, changeant constamment de travail, sans aucun but réel dans la vie. L'histoire ne demande pas aux spectateurs de comprendre, mais d'observer et de ressentir, pour pouvoir percer ses nombreux secrets.

La mise en scène et la photographie du film sont à l'image de l'histoire, fascinantes, et totalement  hypnotisantes de beauté, grâce à l'utilisation du format 65mm qui offre une résolution inégalable. Comme toujours chez Anderson, beaucoup de soin a été apporté à la composition des plans, au montage. Tout est maitrisé, rien n'est laissé au hasard.

Enfin, la dernière attraction du film réside dans son casting trois étoiles. La première de la liste est Joaquin Phoenix qui applique la méthode "Actor's Studio" pour se fondre complètement dans son rôle, aussi bien physiquement (perte de poids, dos voûté, les yeux cernés sans maquillage...) qu'émotionnellement. Il dégage une énergie et une vérité hallucinante. Philip Seymour Hoffman est également impressionnant dans son jeu, tout à l'opposé de celui de Phoenix, mais tous les deux se complètent harmonieusement.
Enfin, la dernière étoile de ce casting s'appelle Amy Adams. Son personnage n'a pas beaucoup de lignes de dialogue, et pourtant elle domine chacune des scènes dans lesquelles elle apparait.

Conclusion
The Master
est un film pas facile d'accès, et nécessite plusieurs visionnages pour en apprécier toutes les subtilités. Mais devant la beauté des images, revoir le film plusieurs fois ne pose aucun problème.

Définition
Couleurs
Compression
   
Format Vidéo HD 1080p
Format Cinéma 1.85:1
   
   

Le film a été encodé en AVC au format 1.85:1 d'origine respecté. L'image du Blu-ray proposée par l'éditeur est ultra détaillée, plus vrai que nature, les couleurs sont éblouissantes, les noirs sont au top.
On pourrait croire que le film a été tourné en numérique. Les personnes qui croient ça se tromperaient, car The Master a été tourné en 65mm, un format pellicule qui offre une très grande résolution, tout en ayant un grain d'image très fin. Son équivalent en numérique serait de l'ordre de 8K (Le dernier film qui a été tourné en 65mm était Hamlet de Kenneth Branagh en 1996).

Aucun traitement tel que le DNR ou le Edge Enhancement n'a été utilisé, que ce soit au moment de l'encodage ou en post-production (le réalisateur n'est pas passé par l'étape DI (Digital Intermediate) pour étalonner son film, il a fait ça à l'ancienne en utilisant le procédé photochimique. Et cela se voit, car souvent avec l'étape DI, le EE est utilisé à des degrés divers pour boosté l'image artificiellement. Un bon (mauvais) exemple est l'image de The Dark Knight. Enfin, la compression est au top, avec un bitrate relativement élevé. On ne détecte aucune anomalie.
Une image top démo, qui prouve que les caméras numériques ont encore du chemin à faire avant d'égaler la résolution du format pellicule.

Langues  
Format  
Bonus  
Commentaires  
Spatialisation  
Dynamique  
Effets surround  
   
   
   
   
 
Langues Type Format Sous Titres Film Sous Titres Bonus Sous Tit. Comment. Spatial. Dynamiq. Surround
Anglais DTS HD Master Audio 5.1 Non Non Non Bonne Bonne Bonne
Français DTS HD Master Audio 5.1 Oui Oui Non Bonne Bonne Bonne

La VO tout comme la VF, se voient offrir du DTS HD MASTER AUDIO 5.1 mi débit (16bits au lieu de 24bits).
L'audio de The Master se la joue sobre, subtile, élégante et efficace, correspondant parfaitement au style du film et demeurant fidèle au mixage d'origine. Mais sobriété ne veut pas dire que tout est concentré sur les enceintes frontales, au contraire, les voies Surrounds sont bien présentes et bien employées pour les différents effets sonores, avec une très bonne spatialisation. Les basses répondent également présent.

Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
   
Durée Bonus 0 min
Boitier Amaray
   
   
   
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
  

Bonus 

- Scènes coupées : environ vingt et une minute de scènes coupées nous sont proposées, s'enchainant sans discontinuité.

- Les coulisses du tournage : des images des coulisses du tournage qui s'enchainent sans ordre particulier, sans narration, ou les interviews habituelles des membres de l'équipe du tournage. Ainsi on suit un régisseur qui amène un verre d'eau au réalisateur, puis on passe au tournage d'une scène sur l'eau. Une série de photos et une scène ratée viennent clore ce bonus de huit minutes.

- Spots caritatifs : ce sont deux bandes annonces pour promouvoir la projection du film The Master en 70mm au Chicago Music Box Theatre au profil de la Film Foundation.

- "Let there be light" de John Huston : un film documentaire de 59 minutes en Noir & Blanc, réalisé par John Huston pour l'armée américaine. Le sujet du film porte sur les soldats de la seconde Guerre Mondiale souffrant de troubles neuropsychiatrique, que l'hypnose et la narcoanalyse permettent de guérir.

- Film annonce : du film The Master en VOST et VF.

- Bande-annonce : de Cogan-Killing them softly, Paperboy, Des hommes sans loi et Arbitrage, en VOST et VF.