Donnez votre avis!
Images du film
Images des bonus

Des gens qui s’embrassent

Catégorie Cinéma
Genre Comédie
Pays FR
Date de sortie 10/09/2013
Réalisateur Danièle Thompson
Avec Kad Merad, Eric Elmosnino, Monica Bellucci, Lâage Lou De, Max Boublil, Ivry Gitlis, Clara Ponsot, Valérie Bonneton
Format Blu-Ray
Boitier Amaray
Producteurs Romain LeGrand, Albert Koski, Stéphane Riga et Florian Genetet-Morel
Scénaristes Daniele et Christopher Thompson
Compositeur Stephen Warbeck

Critique de Emmanuel Galais
Editeur Fox pathé europa
Edition Standard
Label  
Zone / Région 2
Durée Film 100 min
Support
   
   

Ca tombe mal l’enterrement de a femme de Zef, pendant que Roni marie sa fille ! Cet évènement inattendu aggrave es conflits entre les deux frères que tout sépare déjà : Métiers, femmes, austérité religieuse de l’un, joie de vivre de l’autre, tout, à part leur vieux père au cerveau en vadrouille t leurs deux filles qui s’adorent.

Depuis « La buche », Danielle Thompson s’évertue à nous entraîner dans des histoires où les sentiments des uns se heurtent en permanence. Elle sait toujours s’entourer d’un casting d’exception pour nous offrir ce qu’il y a de mieux. Elle réitère donc l’expérience avec « Des gens qui s’embrassent », dans lequel deux frères se heurtent à leur différence, et se laisse facilement emporter par leurs visions résolument extrêmes de la vie et de la religion.

 Mais seulement voilà, au bout de quelques minutes de film, on se demande où cela va-t-il nous emmener ? Est-ce une comédie où Kad Merad (Bienvenue chez les ch’tis) et Eric Elmosnino (Gainsbourg Vie Héroïque) vont s’écharper dans de grandes envolées verbales pleines de grands gestes ? ou alors une comédie romantique dans laquelle Lou de Laâge (Jappeloup) croisera  Max Boublil (Les gamins) qui doit épouser Clara Ponsot (Bye Bye Blondie) ? Ou alors encore un film un peu dramatique sur deux frères que tout oppose face à la maladie de leur père ? En fait le drame du dernier film de Danielle Thompson, c’est qu’il ne semble pas y avoir de direction finalement.

La réalisatrice qui a écrit le scénario, comme d’habitude avec son fils Christopher, ne semble pas réellement savoir où elle va. Le scénario nous prépare chaque fois à quelque chose qui n’arrive finalement jamais. On a l’impression que l’on va rire, mais finalement non, le gag n’arrive pas, on pense alors que l’on va être ému et puis finalement pas du tout non plus. Tout s’enchaine un peu passivement, sans que jamais le public ne se sente réellement concerné par l’ensemble. Quand en plus on rajoute à tout ça un montage à la serpette avec des raccords dignes d’une équipe d’amateurs, nous ne sommes pas loin de mettre fin au supplice avant l’heure.

Pourtant la fraîcheur du casting, excepté Monica Bellucci (dans sa plus mauvaise composition), parvient à sauver le bateau du naufrage et nous offrant quelques instants de bravoure, malgré une mise en scène qui semble s’être laissé broyer par les égos des uns et des autres. Car chacun fait ce qu’il fait de mieux. Kad Merad fait des grands gestes, donne de la voix, Eric Elmosnino s’énerve comme dans « La guerre des boutons » et Ivry Gitlis s’amuse de tous ces joyeux drilles autour de lui. Le pire étant Monica Bellucci (Asterix et Obelix : Mission Cléopatre) complètement à côté de la plaque. Mauvaise tonalité, mauvaise posture, jeu absent, sans nuance ni finesse, on pourrait presque la confondre avec une actrice de « Sous le soleil ». C’est pathétique !

En conclusion, on ne sait pas ce qui est arrivé à Danielle Thompson dans « Des gens qui s’embrassent », mais le film ne semble pas savoir où aller, la direction d’acteur est absente, la mise en scène assez classique et s’il n’y avait pas le charisme des uns et des autres, le film serait tout juste bon à prendre la poussière.



Définition
Couleurs
Compression
   
Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
Format Cinéma 2.35:1
   
   

Dans l’ensemble l’image est de bonne tenue avec des couleurs bien pesées et des contrastes qui donnent une véritable profondeur à l’ensemble. Le film jouant sur les ambiances clinquantes de la vie de faste de Roni et du milieu plus austère de la vie de Zef , il fallait un support qui ne soit pas trop en défaillance ou en saturation. Le travail de transfert et de très bonne qualité et le film se regarde avec beaucoup de plaisir.


Langues  
Format  
Bonus  
Commentaires  
Spatialisation  
Dynamique  
Effets surround  
   
   
   
   
 
Langues Type Format Sous Titres Film Sous Titres Bonus Sous Tit. Comment. Spatial. Dynamiq. Surround
Français DTS HD Master Audio 5.1 Oui Non Non Bonne Bonne Bonne
Anglais Sous-Titrage Oui Non Non      

Une piste DTS-HD Master Audio 5.1, totalement en accord avec le film et avec ses besoins. La répartition est minutieuse, et les voix ne sont pas trop en retrait par rapport aux musiques qui se révèlent dominante souvent.  La dynamique de l’ensemble fait trembler les murs si besoins et sait se mettre au service d'une ambiance plus technique sans provoquer de trop grandes distorsions. Un véritable plaisir pour les oreilles.


Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
   
Durée Bonus 20 min
Boitier Amaray
   
   
   
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
  

Bonus 

ENFIN !!!! Un making of bien ficelé qui donne réellement au vidéaste l’impression de partager les secrets d’un tournage. Le making of commence par une introduction qui vit l’ensemble de l’équipe arriver à une première à Lille, pour ensuite revenir un an plus tôt lors de la première lecture du scénario. On parcourt alors pas à pas les différentes étapes du film, mais on arrive aussi à un constat : le spectateur ne parvient pas non plus à résumé le film qu’il vient de voir, ce qui n’est malheureusement pas une bonne nouvelle.

Un bêtisier assez conventionnel, et quelques scènes coupées viennent compléter la section bonus.