Donnez votre avis!
Images du film
Images des bonus

Hunger Games : L'Embrasement

Catégorie Cinéma
Titre Original The Hunger Games : Catching Fire
Genre Fantastique
Pays USA
Date de sortie 25/03/2014
Réalisateur Francis Lawrence
Avec Jennifer Lawrence, Josh Hutcherson, Liam Hemsworth, Woody Harrelson, Elizabeth Banks, Lenny Kravitz, Donald Sutherland, Philip Seymour Hoffman
Format Blu-Ray
Boitier Coffret
Producteurs Nina Jacobson et John Kilik
Scénaristes Simon Beauffoy, Michael Arndt et Suzanne Colins
Compositeur James Newton-Howard

Critique de Emmanuel Galais
Editeur Metropolitan
Edition Edition limitée
Label  
Zone / Région 2
Durée Film 146 min
Support
   
   

Katniss Everdeen est rentrée chez elle saine et sauve après avoir remporté la 74e édition des Hunger Games avec son partenaire Peeta Mellark. Puisqu’ils ont gagné, ils sont obligés de laisser une fois de plus leur famille et leurs amis pour partir faire la Tournée de la victoire dans tous les districts. Au fil de son voyage, Katniss sent que la révolte gronde, mais le Capitole exerce toujours un contrôle absolu sur les districts tandis que le Président Snow prépare la 75e édition des Hunger Games, les Jeux de l’Expiation – une compétition qui pourrait changer Panem à jamais…

Après un premier volume réalisé par Gary Ross, c’est à Francis Lawrence que revint la lourde tâche de confirmer le succès et la qualité de l’adaptation du best-Seller de   Suzanne Collins : « Hunger Games ». Avec « L’embrasement », l’histoire nous entraîne maintenant un peu plus dans le cynisme de la société menée de main de fer par le Président Snow. Ce deuxième volume laisse apparaitre les premières alarmes de la révolte qui gronde au sein des districts. Comme dans notre monde, la communication est l’arme la plus puissante, pour mener les troupes au soulèvement. Ce deuxième volume est également l’occasion de découvrir les facettes certainement plus sombres des personnages, notamment de Katniss Everdeen qui revient couronnée de gloire, mais prisonnière de cauchemars oppressants. Le scénario s’amuse ainsi dans toute la première partie du film, à poser les doutes d’une relation compliquée entre l’ensemble des personnages, et dessine de manière discrète mais certaines les premières ébauches du final dont la première partie est à découvrir dans quelques mois.

Pour se démarquer de son prédécesseur et donner au film une texture bien particulière, le réalisateur a choisi d’abandonner les effets liés au système « Shaky cam » au profit du retour de matériels plus traditionnels tels que le Panavision, qui donnent ainsi au film une allure un peu retro et des couleurs un peu moins pétillantes que dans le volume précédent tout en conservant un certain éclat lorsque le film se passe dans les salles de Capitol. L’utilisation des technologies Imax offre au film une réelle singularité et plonge totalement le spectateur au cœur de l’action. La mise en scène de Francis Lawrence va d’ailleurs dans ce sens. Plus lente, moins hystérique et plus centrée sur les personnages, elle permet ainsi de mieux les cerner et de comprendre les doutes qui commencent à les envahir. Ce deuxième volet entre de plein pied dans la tragédie avec ses personnages torturés par leurs destinées, constamment obligés de faire bonne figure pour mieux affuter leurs armes envers un état totalitaire et sanguinaire.

Le scénario, s’il a préféré viser quelques modifications notamment autour du personnage de Peeta et de certains autres, il trouve le ton parfaitement juste pour jouer sur l’ambiguïté de la situation. Avec une société sanguinaire, affamée du sang de ses victimes, comme pouvaient l’être les romains de l’antiquité. Les « Hunger Games » sont les nouveaux jeux du cirque et les adolescents victimes d’un conflit qu’ils n’ont même pas mené, laissent exprimer leurs colères.

La distribution tient parfaitement la mesure, avec une Jennifer Lawrence (Hapiness Therapie) toujours en rebelle et combattante hors pair. A la fois charmante, abîmée et déterminée, l’actrice trouve la juste tonalité et s’impose d’ores et déjà comme la valeur sûre que l’on avait découverte réellement dans le premier volume. La comédienne joue un rôle physique et l’assume parfaitement et beaucoup mieux que certaines autres de ses collègues. Josh Hutcherson (Le Monde de Térabithia) continue sa carrière, et confirme évidemment tout le bien que l’on pensait de lui. L’acteur s’impose autant dans les scènes d’actions que dans les moments plus nuancés comme lorsque les deux héros se retrouvent dans l’intimité ou lorsqu’il doit se laisser aller au cynisme le plus total.

En conclusion, « Hunger Games : l’embrasement » confirme le succès du premier volume et donne beaucoup plus de relief aux personnages et à la situation particulière dans laquelle ils évoluent. La mise en scène de Francis Lawrence donne un aspect un peu plus retro à l’ensemble pour mieux lui rendre une texture particulière. Une idée remarquable qui atteint parfaitement son but.


Définition
Couleurs
Compression
   
Format Vidéo HD 1080p
Format Cinéma 2.40:1
   
   

L’édition limitée contient le film en Blu-ray traditionnel et en version Imax. La différence est saisissante avec une image profonde et piquante pour la deuxième version qui donne toute sa valeur au travail fourni par l’équipe du film. Les couleurs sont magnifiquement tenues et les contrastes profonds pour mieux donner une certaine profondeur à l’ensemble. La texture soignée du film apparait avec beaucoup de finesse et donne ainsi une vision du spectacle particulièrement remarquable.

Langues  
Format  
Bonus  
Commentaires  
Spatialisation  
Dynamique  
Effets surround  
   
   
   
   
 
Langues Type Format Sous Titres Film Sous Titres Bonus Sous Tit. Comment. Spatial. Dynamiq. Surround
Anglais DTS HD Master Audio 7.1 Oui Oui Oui Bonne Bonne Bonne
Français DTS HD Master Audio 7.1 Oui Oui Oui Bonne Bonne Bonne

Une piste Dolby Digitale DTS-HD Master Audio 7.1, totalement en accord avec le film et avec ses besoins. La répartition est minutieuse, et les voix sont magnifiquement mises en valeur, particulièrement lors des scènes d’action ou des effets sonores qui fourmillent dans le film.  La version Imax donne encore plus de clarté à l’ensemble, même si l’on peut parfois regretter une légère baisse de volume dans les scènes de dialogues. Le spectacle est grandiose dans tous les points et quelques soient les versions visionnées. C’est une excellente nouvelle !

Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
   
Durée Bonus 300 min
Boitier Amaray
   
   
   
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
   CD de la Bande Originale

Bonus 

Pendant plus de deux heures (145 mn) le making of du film vous plongera dans les coulisses du film, que ce soit sur la conception graphique de ce deuxième volet avec les schémas à l’appui ou dans la conception des costumes et le travail particulièrement inventif de la styliste Trish Summerville qui finit par créer sa ligne de vêtement directement inspirée de l’univers du film, en passant par le travail des acteurs et la manière dont les uns et les autres ont pu vivre le tournage. Tout y est disséqué avec beaucoup d’intelligence et beaucoup d’intérêt également.
« Au cœur du District 12 : La plaque » est une visite surprenante de l’univers de l’héroïne Katniss Everdeen, un endroit où la jeune fille a vécue le principal de son existence d’adolescente.

La section Bonus propose également 5 scènes coupées, dont l’une en lien direct avec le bonus précédent.

Sur les blu-ray, il est également possible de visionner les films avec les commentaires audios de Francis Lawrence et de la productrice Nina Jacobson. Pour les amateurs de ce type de bonus, il s’agit d’un puis d’information sur l’adaptation du film.

Enfin toujours dans ce coffret en édition limitée, le studio propose un livret de 12 pages qui revient sur les principales informations concernant le film et le cd de la bande originale du film.