Donnez votre avis!
Images du film
Images des bonus

La famille Bélier

Catégorie Cinéma
Genre Comédie
Pays FR
Date de sortie 27/04/2015
Réalisateur Eric Lartigau
Avec Louane Emera, Karin Viard, François Damiens, Eric Elmosnino, Ilian Bergala, Luca Gelberg
Format Blu-Ray
Boitier Amaray avec fourreau cartonné
Producteurs Philippe Rousselet, Eric Jehelmann et Stéphanie Bermann
Scénaristes Stanislas Carre de Malberg et Victoria Bedos
Compositeur Evgueni et Sacha Galperine
Critique cinéma La famille Bélier

Critique de Emmanuel Galais
Editeur France télévisions Distribution
Edition Standard
Label  
Zone / Région 2
Durée Film 105 min
Support
   
   

Dans la famille Bélier, tout le monde est sourd sauf Paula, 16 ans. Elle est une interprète indispensable à ses parents au quotidien, notamment pour l’exploitation de la ferme familiale. Un jour, poussée par son professeur de musique qui lui a découvert un don pour le chant, elle décide de préparer le concours de Radio France. Un choix de vie qui signifierait pour elle l’éloignement de sa famille et un passage inévitable à l’âge adulte.

On parle souvent de « Feel Good Movie » lorsqu'un film vous fait sortir le sourire aux lèvres et un sentiment incroyable d'avoir passé un moment unique qui pourrait éventuellement vous pousser à un faire un câlin au premier inconnu qui passe. « La Famille Bélier », ce n'est pas tout à fait ça ! C'est un long métrage qui donne surtout envie serrer sa fille ou son fils dans les bras, surtout si elle (ou il) approche les 18 ans et commence déjà à montrer des signes d'indépendance manifeste.

Car au-delà d’un nouveau film sur le handicap (les membres de la famille de la jeune héroïne sont sourds), c’est avant tout un scénario efficace et intelligemment écrit qui nous parle de ce moment que tous les parents un rien protecteurs redoutent : Celui où l’enfant va quitter le nid, où le père et la mère vont se retrouver seuls à table, avec l’absence pesante de cet être qui est parti vivre sa vie. Alors certain y voit une nouvelle vie qui commence, d’autres un avenir inconnu qui ne porte pas son nom, mais qui laisse supposer l’arrivée de la vieillesse.

Alors évidemment, « La famille Bélier », ce n’est pas seulement ça, c’est aussi des parents handicapés par une surdité qui voient dans le départ de leur fille, un désastre, celui du handicap qui reprend son horrible place et revient pour les isoler à nouveau, puisque leur fille (seule entendante de la famille) leur permettait de vivre une vie tout à fait normale. Mais seulement, à force de se reposer sur elle, ils ont fini par en oublier l’essentielle : Un enfant c’est aussi un adulte en devenir.

Et avec des succès tels que « Prête-moi ta main », « L’homme qui voulait vivre sa vie » ou encore « Les Infidèles », Eric Lartigau n’en n’est pas à son coup d’essai, mais là il place la barre très haut du film simple ! La mise en scène est certes d’une simplicité exemplaire, mettant en valeur la qualité des environnements, avec un petit côté « franchouillard » qui amène une touche de vintage (plutôt bienvenu, dans un monde contrôlé par la technologie), mais elle a le mérite de se mettre au service de l’histoire, pour mieux faire parler ses personnages, leur donner du volume et ne pas les noyer dans des effets de caméra qui alourdiraient le propos, plus qu’ils le serviraient.

Et bien sûr la réussite tient dans la qualité d’interprétation de Karin Viard (Vénus Beauté) et François Damiens (L’anarcoeur) qui forme un couple à la fois tendre et décalé, qui pousse le spectateur à ne pas assister à une prestation, mais à pénétrer le cercle intime d’une famille peu ordinaire qui refuse de se laisser enfermer dans son handicap. Les deux comédiens se sont donné à 200 % dans leur rôle et cela se voit à l’écran. N’oublions pas bien sûr Eric Elmosnino (Gainsbourg : La vie Héroïque) impeccable comme toujours et surtout les deux jeunes comédiens : Louane Emera dans son premier rôle qui rayonne à l’écran et dont la fraicheur vient compenser les quelques faussetés dues au manque d’expérience, et Ilian Bergala, dans un rôle plus en retrait, mais dont on commence à sentir un talent qui ne demande qu’à rayonner. 


Définition
Couleurs
Compression
   
Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
Format Cinéma 1.85:1
   
   

Dans l’ensemble l’image est de bonne tenue avec des couleurs bien pesées et des contrastes qui donnent une véritable profondeur à l’ensemble. Le travail précis du directeur de la photo Romain Winding, est magnifiquement mis en valeur par un support de qualité et u  transfert qui ne laisse rien au hasard.

Langues  
Format  
Bonus  
Commentaires  
Spatialisation  
Dynamique  
Effets surround  
   
   
   
   
 
Langues Type Format Sous Titres Film Sous Titres Bonus Sous Tit. Comment. Spatial. Dynamiq. Surround
Français DTS HD Master Audio 5.1 Oui Oui Non Bonne Bonne Bonne

Côté son en revanche, la piste DTS-HD Master Audio 5.1  est une déception, notamment par une répartition trop en avant de certaines voix et particulièrement lors des séquences de chants. Une situation délicate pour un film dans lequel la musique a autant d’importance. La répartition est inégale, mais étonnamment dans le mauvais sens. 

Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
   
Durée Bonus 35 min
Boitier Amaray
   
   
   
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
  

Bonus 

Un making of qui fait la part belle à la volonté du réalisateur de donner un sens à son sujet sans pour autant sombrer dans les clichés. On y voit le dur travail de la jeune Louane dans son parcours qui consiste à apprendre les techniques de jeux mais également la langue des signes. Un making of aussi passionnant que bien réalisé.

Puis le karaoké des deux chansons phares du film : « En chantant » et « Je vole ».