Donnez votre avis!
Images du film
Images des bonus

1984

Catégorie Cinéma
Genre Science Fiction
Pays GB
Date de sortie 01/06/2015
Réalisateur Michael Radford
Avec John Hurt, Richard Burton, Suzanna Hamilton, Cyril Cusack
Format Blu-Ray
Boitier Amaray
Producteurs Simon Perry
Scénaristes Jonathan Gems et Michael Radford
Compositeur Annie Lennox, Dominic Muldwoney et Dave Stewart

Critique de Emmanuel Galais
Editeur Fox pathé europa
Edition Standard
Label  
Zone / Région 2
Durée Film 113 min
Support
   
   

Manipulant et contrôlant les moindres détails de la vie de ses sujets, Big Brother est le chef spirituel d'Oceania, l'un des trois Etats dont la capitale est Londres. Le bureaucrate Winston Smith travaille dans l'un des départements. Mais un jour il tombe amoureux de Julia, ce qui est un crime. Tous les deux vont tenter de s'échapper, mais dans ce monde cauchemardesque divisé en trois, tout être qui se révolte est brisé.

Eric Arthur Blair, plus connu sous le pseudonyme de George Orwell est devenu en l’espace de deux livres monumentaux, La référence absolu en matière de littérature d’anticipation et de science fiction. Avec « La Ferme des Animaux » et surtout « 1984 », il fit une critique sans concession du totalitarisme et de la dérive des états supérieurs. Il était donc tout à fait normal que cet auteur majeur soit un jour adapté au cinéma. Et ce furent ses deux romans majeurs qui le furent  plusieurs fois au cinéma comme à la télévision.

En ce qui concerne « 1984 » c’est l’adaptation de Michael Radford en 1984 qui fut la plus marquante. D’abord parce qu’il a eut la bonne idée d’une sortie à une date hautement symbolique, mais aussi par une bande originale signée Eurythmics, groupe phare des années 80 composé d’Annie Lennox et de Dave Stewart. Côté cinéma, le film est évidemment marqué par la prestation remarquable de John Hurt (Elephant Man) et celle peut-être moins réussit mais ultime de Richard Burton qui disparut quelques mois avant la sortie du film en salle.

Une adaptation saisissante, certainement la plus fidèle au roman d’Orwell, dont la raisonnance est hautement symbolique dans une période espérant enfin la fin de la guerre froide. L’union soviétique ne le sait pas encore, mais elle vit ses dernières années et le film de Michael Radford vient donner une vision particulièrement austère d’un pays gouverné par un seul homme et un seul parti. Une nation assommé par les interdictions, à commencer par celle d’aimer et de jouir. Un monde qui ne voit sa puissance que par le prisme de la guerre et de l’oppression. L’œuvre d’Orwell trouve là une adaptation fidèle et pourtant inventive qui voit les deux mondes, les deux idéologies se différencier par la couleur. Océania est une cité grise où le noir et le blanc se livrent un combat perpetuel pour tenter d’exister et le monde idéal de Julia et Winston respire la campagne verdoyante d’un été apaisant.

La composition de John Hurt, alors au sommet de sa carrière avec des personnages aussi impressionnants et divers que Max (Midnight Express), John Merrick (Elephant Man) ou encore G.W. Kane (Alien, le huitième passager), est d’une incroyable sincérité. L’acteur campe un Winston à la fois naïf et soudainement combattif contre un pouvoir qui anihile toute symbolique humaine, celle d’aimer, de désirer et de prendre plaisir.  La composition est rigoureuse et précise et ne se laisse pas impressionner par le monstre sacré qui lui fait face. Il faut dire aussi que Richard Burton (Cléopatre) , a perdu de sa superbe et offre une composition un peu trop sobre pour être convaincante. Même si l’on peut parler d’un homme fatigué par les excès en tout genre, qui lance toute ses dernières forces dans son ultime rôle.

En conclusion, « 1984 » est l’adaptation la plus fidèle au roman de Georges Orwell qui brille par une mise en scène précise et inventive et qui sonne comme un miroir des maux d’une époque en pleine mutation. La prestation de John Hurt est remarquable et celle de Richard Burton hautement symbolique.


Définition
Couleurs
Compression
   
Format Vidéo HD 1080p
Format Cinéma 2.35:1
   
   

Une image qui met parfaitement en valeur le travail minutieux du réalisateur. Les contrastes donnent une véritable profondeur à l’ensemble et les nettetés en arrière plan permettent de bien discerner les différents éléments du décor. Le  transfert est impeccable de précision.

Langues  
Format  
Bonus  
Commentaires  
Spatialisation  
Dynamique  
Effets surround  
   
   
   
   
 
Langues Type Format Sous Titres Film Sous Titres Bonus Sous Tit. Comment. Spatial. Dynamiq. Surround
Anglais DTS HD Master Audio 2.0 Non Non Non Bonne Bonne Bonne
Français DTS HD Master Audio 2.0 Non Non Non Bonne Bonne Bonne

La piste sonore DTS-HD 1.0 Master Audio en VO comme en VF permet une immersion  quasi identique à sa sortie en salle. La répartition se fait  homogène. Très peu de décalage à noter entre les dialogues et les effets sonores. L’ensemble bénéficie d’un beau transfert !  

Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
   
Durée Bonus 0 min
Boitier Amaray
   
   
   
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
  

Bonus 

Une honte pour le trentième anniversaire de ce film : Pas de bonus !