Donnez votre avis!
Images du film
Images des bonus

Mad Max fury road (Ultra HD / 4K)

Catégorie Cinéma
Titre Original Mad Max fury road
Genre Thriller
Pays USA
Date de sortie 19/04/2016
Réalisateur George Miller
Avec Tom Hardy, Charlize Theron, Nicholas Hoult, Hugh Keays-Byrne, Josh Helman
Format Blu-ray Ultra HD
Boitier Amaray
Producteurs George Miller, Doug Mitchell
Scénaristes George Miller, Brendan McCarthy, Nick Lathouris
Compositeur Junkie XL

Critique de Bruno Orru
Editeur Warner
Edition Standard
Label  
Zone / Région 2
Durée Film 120 min
Support
   
   

Critique de Guillaume Simon de la version Blu-ray (suivre de lien)

L'histoire
Histoire d'un aller et retour. Dans un monde post-apocalyptique, tout n'est que chaos. Les denrées les plus convoitées, le pétrole, et surtout l'eau, sont contrôlées du haut de sa citée par le tyran Immortan Joe, qui garde la mainmise sur son peuple le desservant à son bon vouloir. Un jour pourtant, Furiosa, d'un de ses lieutenant, se rebelle et, enlevant ses "pondeuses" - femmes esclaves utilisées pour la reproduction - part vers une terre verte promise, souvenir de son enfance. Bientôt accompagnée de Max, un homme solitaire torturé par son passé, et poursuivie par Joe et son armée déchainée, elle part en quête de survie, et de rédemption.

Critique subjective
18 ans. C'est le temps qu'il aura fallu à George Miller pour concrétiser le quatrième volet de Mad Max, entre la première émergence de la volonté à faire le film à sa sortie effective en salle. Même si on ne parle pas ici d'un travail en continu (il y est revenu ponctuellement, laissant tout en plan parfois durant des années), et que le projet à considérablement évolué au fil du temps, c'est beaucoup. Et étrangement, durant ces années, Miller avait presque réussi à se faire oublier. Quand bien même il fit un détour remarqué par le film familial et d'animation, rencontrant parfois un succès considérable, et qu'il ne s'arrêta jamais de tourner, ce Fury Road sonna comme le retour d'un cinéaste. Il faut dire qu'à contrario d'un Spielberg, d'un Zemekis ou d'un Cameron, il n'aura jamais su s'imposer dans la culture populaire. Son nom et même une partie de son œuvre restant, pour le grand public, obscures voir quasiment inconnus. Ce nouveau volet de Mad Max a donc tout d'un événement. Rebootant et prolongeant à la fois une saga débutée 36 années plus tôt, le film s’inscrit dans cette lignée de suites tardives qui fleurissent actuellement dans nos salles. Souvent, la déception est de mise, ici, c'est tout le contraire.

Loin de tous les pétards mouillés récents, la sortie de Fury Road donna lieu à une véritable frénésie geek. D'aucun n'hésitant pas à consacrer le film comme l'un des meilleurs de toute l'histoire du cinéma ou à le comparer plus ou moins à l'invention de la roue ou de la pellicule (en forçant à peine le trait). Une réception délirante ou l’exercice critique contraire, même mineur, dans le milieu plus ou moins "cinéphile-geek", était rendu difficile, à moins d'apprécier les volées de bois verts et les débats houleux. Pas dénué de défauts, le film est pourtant d'une qualité rare. Difficile de parler ou d'évoquer Fury road sans donner dans le superlatif tant l'ensemble est à la fois spectaculaire, grisant, maitrisé. Un film qui laisse la place tant à cette impression d'avoir vu une pure bande d'exploitation réalisée par un type qui a le double de l'âge de la plupart des réalisateurs qu'il supplante ici sans trop de soucis, qu'à celle d'avoir vu un film malin et profond.

Car au-delà du pur spectacle proposé, ce Mad Max offre également de quoi satisfaire l'esprit, même si cela demande des efforts de la part du spectateur. Miller, dans son idée initiale, voulait revenir à un film avant tout visuel. Exit donc un scénario profond, qui est ici laissé à sa plus simple expression. C'est l'histoire d'une poursuite de deux heures avec les femmes du méchant en guise de MacGuffin. Point barre. Le contenu, lui est à chercher ailleurs. Usant avant tout de l'image, utilisant peu de dialogues, les indices, motivations et psychologies des personnages et autres symbolismes se retrouvent à l'écran, au détour d'un accessoire, d'une situation, d'un plan, d'un mouvement de camera ou d'une expression du visage. Usant d’archétypes universels, le champ d'interprétation est donc à la fois très grand et très libre. Hormis quelques évidences (comme un symbole christique qui, à défaut d'être foncièrement original au cinéma est mis en scène de façon très maline) le spectateur peut presque y voir ce qui l'arrange, selon son propre background ou sa culture, et il sera bien difficile de le contredire. Bref, c'est la foire à la métaphore. Faites du film ce qui vous chante. Il y a ici une forme d'épure totale du cinéma plutôt intéressante même si la vision propre de l'auteur s'en retrouve diluée.

Et tout cela marche vraiment bien. Mais tout n'est pas parfait, bien évidement. Hormis quelques (rares) fautes de goûts visuelles (comme ces accélérés, vraiment laids ou des incrustations parfois ratées) et narratives (ces flashbacks à répétition totalement inutiles une fois l'introduction passée, pour un film recherchant l'épure...), c'est également le jeu de Tom Hardy qui semble en-deçà. Loin d'être honteux, il n'a tout simplement pas assez de charisme et semble totalement effacé face à Charlize Theron en Furiosa. Peut-être un effet volontaire de la part du réalisateur tant le film, clairement féministe, la met constamment en avant. C'est son histoire avant toute autre. Le titre de travail du film était d'ailleurs Mad Max : Furiosa...

Enfin, le film assure plus que de raison avec une direction artistique proprement démente. Des idées visuelles incroyables et une puissance qui s'en dégage de tous les instants. Il y a tellement de moment absolument grisants qu'il est difficile d'en noter ne serait-ce que 10% de tête. Le concert permanent, la tronçonneuse, la chute d'eau, l'enfilage de l'armure, le type aveuglé, le nain, Rictus et son super flingue, le coup de la transfusion, la tempête... L'action, qui forme donc la grande majorité du film est jouissive, inventive, variée. C'est brutal, mais pas si violent, peu de sang, et les morts virent presque à l'ellipse. Techniquement le film n'est pas si loin du sans-faute.Il aura mis le temps, mais Miller aura finalement magistralement réussi son coup.


En conclusion
Mad Max Fury Road est un film qui défie l'analyse critique. Les qualités, nombreuses, l'énorme qualité du spectacle proposé et la puissance démente qui s'en dégage prennent le pas sur les petits couacs que l'on pourrait reprocher au film. Blockbuster fascinant et intelligent et ouverts aux interprétations diverses et variées, Fury Road risque de marquer les esprits pour longtemps.



Définition
Couleurs
Compression
   
Format Vidéo Ultra HD 2160p
Format Cinéma 2.35:1
   
   

Ne cherchez plus de bandes démo pour votre écran flambant neuf, Fury road est le parfait candidat à ce poste. L'image a en effet tout du modèle rêvé pour tirer le maximum de votre installation tant sa qualité est renversante. La définition est d'une très grande précision, le niveau de détails très élevé et les couleurs respectent totalement la photographie et l'étalonnage que l'on a pu admirer en salle. C'est tout simplement magnifique en Blu-ray... qu'apporte donc de plus cette version Ultra HD ? 

Et bien c'est encore mieux ! L'image (encodée en HEVC / H.265 - 2160p) est encore plus ciselée, notamment dans les plans larges mais dans l'ensemble la définition ne diffère pas tant que cela de la version Blu-ray. La profondeur de champ semble cependant un peu plus profonde, notamment car le détail des arrières plans est mieux défini, sans parler du ciel dont on perçoit en UHD légèrement plus de nuance, certainement l'effet principal du HDR, en dehors de couleurs plus solides. Est-ce également l'effet du HDR (certainement) ? Les nombreuses flammes du film semblent moins réelles, dans le sens ou l'on ressent plus qu'elles sont issues d'une image CGI ajoutée. Bon, c'est quand même pas très visible mais un œil averti pourra le voir sans trop froncer du sourcil.
Pas de grandes différences donc entre la version Full HD et Ultra HD. Le fait que le master vidéo soit en 2K est sans doute une des raisons majeures du peu d'écart. Notons que c'est malheureusement le cas de la plupart des films, les masters réels 4K étant relativement rares.

La note de 4 pourra être perçue comme provisoire considérant le peu de recul sur la production des Blu-ray Ultra HD. Le peu d'écart avec la version Blu-ray ne peut cependant pas déboucher sur une note maximale.

Voir également notre actualité relative aux premières impressions Ultra HD en suivant ce lien.


Langues  
Format  
Bonus  
Commentaires  
Spatialisation  
Dynamique  
Effets surround  
   
   
   
   
 
Langues Type Format Sous Titres Film Sous Titres Bonus Sous Tit. Comment. Spatial. Dynamiq. Surround
Anglais Dolby Digital 7.1 Oui Non Non Bonne Bonne Bonne
Français Dolby Digital 7.1 Oui Oui Non Bonne Bonne Bonne

Tout comme la partie visuelle, un soin maniaque semble avoir été apporté à la partie sonore. Le film est, disons le, plutôt énervé, et cette fureur se ressent amplement sur une bonne installation. Le son est puissant, les explosions et autres bruits de moteurs, presque omniprésents, n'écrasent en aucun cas les dialogues ou la clarté de l'ensemble. La spatialisation n'est pas en reste, offrant une expérience aussi homogène qu'immersive. Une immersion d'autant plus accentuée avec les nombreux effets venant d'en haut et une meilleure circulation latérale des effets si vous avez des enceintes sur le côté comme moi. Dernier point, si la dynamique est large les graves ne sont pas lourds pour autant, permettant de profiter d'impacts secs et nuancés.

A noter que sur cette version Ultra HD VO et VF sont en Dolby Atmos, alors que la VF est en "simple" Dolby Digital en Blu-ray.

Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
   
Durée Bonus 0 min
Boitier Amaray
   
   
   
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
  

Bonus 

Aucun bonus sur le disque Ultra HD, ils sont tous regroupés sur la galette Blu-ray, identique à celle de l'édition standard Blu-ray.


Furie maximum : le tournage de Fury Road : Un making-of de moins d'une demi-heure qui ne manque pas d'image intéressantes, mais qui survole totalement son sujet. On reste clairement dans le domaine du grand public qui se passe ce genre de reportage en accéléré, et certainement pas dans celui visant à rassasier le fan.

Mad Max : La folie sur quatre roues : Ce sont ici les voitures qui sont à l'honneur. Sur une vingtaine de minutes, focus sur les véhicules du film, leur conception et leur design. Plutôt intéressant.

Les guerriers de la route : Max et Furiosa : Les deux principaux protagonistes du film décryptés. On n'y apprend pas grand chose mais cela reste plutôt intéressant.

Les outils du désert : Un module consacré à la direction artistique et aux différents accessoires vus dans le film. L'occasion de les admirer d'un peu plus près.

Les cinq épouses : Belles comme le jour : Ici on parle bien sûr des femmes de Immortan Joe. Des rôles expliqués du point de vue des actrices les incarnant.

Fury road : Accident et collision : Ici on trouvera un (court) montage de cascades du film, tant en répétition que sur le tournage.

Scènes coupées : Trois scènes coupées au programme. Vraiment réussies, elles auraient largement eu leur place dans le film.