Donnez votre avis!
Images du film
Images des bonus

Docteur Frankenstein

Catégorie Cinéma
Titre Original Victor Frankenstein
Genre Fantastique
Pays USA
Date de sortie 23/04/2016
Réalisateur Paul McGuigan
Avec James Mcavoy, Daniel Radcliffe, Jessica Brown Findlay
Format Blu-Ray
Boitier Amaray
Producteurs John Davis
Scénaristes Max landis
Compositeur Craig Armstrong

Critique de Emmanuel Galais
Editeur Fox pathé europa
Edition Standard
Label  
Zone / Région 2
Durée Film 110 min
Support
   
   

Le scientifique aux méthodes radicales Victor Frankenstein et son tout aussi brillant protégé Igor Strausman partagent une vision noble : celle d'aider l'humanité à travers leurs recherches innovantes sur l'immortalité. Mais les expériences de Victor vont trop loin, et son obsession engendre de terrifiantes conséquences. Seul Igor peut ramener son ami à la raison et le sauver de sa création monstrueuse.

Le roman de Mary Shelley : « Frankenstein » fut de nombreuses fois adapté au cinéma, avec plus ou moins de succès rendant célèbre certains acteurs, comme Boris Karloff, qui lui donna cet aspect un peu carré, que l’on garde dans l’imaginaire collectif. Mais c’est certainement Kenneth Branagh qui lui rendit le plus bel hommage avec une version très shakespearienne et qui rendit justice à la créature que fut trop souvent associée au nom de Frankenstein. Et donc, cette fois-ci, c’est au réalisateur Paul McGuigan de donner sa version de ce savant fou qui voulait donner la vie et se prenait pour Dieu. En reprenant au pied levé, la réalisation de ce film suite au désistement de Shawn Levy (La nuit au musée), le réalisateur a souhaité lui donner un aspect plus gothique et une texture plus sombre en explorant un peu plus la psyché du personnage de Victor Frankenstein. D’ailleurs le titre fut choisi afin que le spectateur se souvienne que la créature n’a pas de nom et que le « Frankenstein » n’est que son créateur.

Parti sur cette base, le réalisateur a voulu également s’écarter du roman, prendre certaines libertés en créant notamment le personnage d’Igor, qui permet ainsi de mieux amener le spectateur à se concentrer sur la relation de savant et d’assistant et ainsi mieux comprendre le personnage de Victor Frankenstein, sa soif de reconnaissance, son obsession pour donner la vie aux êtres vivants et ainsi pouvoir créer de toute pièce un homme, en oubliant toutefois de lui donner, ce que seule La Vie peut donner : La conscience. Et d’ailleurs le scénario de Max Landis (American Ultra) se porte effectivement de manière quasi exclusive sur cette relation dans laquelle les deux protagonistes agissent comme la conscience de l’autre. Le bien et le mal qui s’attirent et s’opposent en permanence. Le scénario est suffisamment bien ciselé pour que l’on puisse se prendre au jeu de cette relation où chacun, à sa manière vient en aide à l’autre, et remise, de ce fait, la créature au second degré tout en lui gardant une place importante, dans le sens où son ombre plane en permanence au dessus des deux personnages.

Et le réalisateur pour donner corps à son film et l’atmosphère si particulière qu’il souhaitait lui donner, signe une mise en scène énergique moins théâtrale que Branagh dont la mise en scène tout en rondeur avait pu déstabiliser certain. Ici, c’est l’énergie qui compte, à l’instar des tempêtes qui viennent alimenter la science de Frankenstein, la caméra film au plus près et le montage se fait en mouvement permanent pour  mieux appuyer la folie grandissante du Docteur, qui se laisse envahir par son désir de grandeur. Du coup certaines scènes sont impressionnantes de chorégraphies rythmées comme celle de la naissance Prométhée ou encore celle dans laquelle Frankenstein débarrasse Igor de son infirmité.

Côté distribution, James McAvoy (X-Men days of future past) et Daniel Radcliffe (Harry Potter) ne cessent de nous surprendre. Les deux acteurs livrent deux impressionnantes compositions, le premier marqué par la folie, le second incarne la souffrance et la compassion dans un être tout en nuance. Habité par une folie contagieuse, McAvoy se livre à une prouesse d’acteur, visant à se laisser habiter par la folie pour ensuite redevenir un être de compassion et de dévouement. Quand à Radcliffe, il continue de brouiller les pistes d’une carrière qui aurait put être marquée à vie par le petit sorcier de Poudlard.

En conclusion,  avec « Docteur Frankenstein », le réalisateur Paul McGuigan, livre une version plus libre, mais également plus gothique du roman de Mary Shelley. Il se base sur une mise en scène impeccable et un scénario précis qui se concentre plus sur le docteur que sur la créature. La distribution vient parfaire un tableau magnifique que l’on suit avec grand plaisir.


Définition
Couleurs
Compression
   
Format Vidéo HD 1080p
Format Cinéma 2.40:1
   
   

Dans l’ensemble l’image est de bonne tenue avec des couleurs bien pesées et des contrastes qui donnent une véritable profondeur à l’ensemble. Le support met parfaitement en lumière le travail de l’équipe qui avait particulièrement bien soigné les décors et les détails pour reproduire le Londres victorien, un peu sombre et en même temps si coloré. Comme le reflet de ses habitants, le Londres de cette époque reflétait tous les contrastes d'une société en évolution constante. 

Langues  
Format  
Bonus  
Commentaires  
Spatialisation  
Dynamique  
Effets surround  
   
   
   
   
 
Langues Type Format Sous Titres Film Sous Titres Bonus Sous Tit. Comment. Spatial. Dynamiq. Surround
Anglais DTS HD Master Audio 7.1 Oui Oui Non Bonne Bonne Bonne
Français DTS HD Master Audio 5.1 Oui Oui Non Bonne Bonne Bonne

Une piste DTS-HD Master Audio 7.1 totalement en accord avec le film et avec ses besoins. La répartition est minutieuse, et les voix sont magnifiquement mises en valeur, particulièrement lors des scènes où les effets sonores en mettent plein les oreilles du spectateur.  La dynamique de l’ensemble est suffisamment bien équilibrée pour ne pas se laisser déséquilibrer lorsque les effets sont moins présents. Une réserve tout de même, puisque la piste VF en DTS-HD Master Audio 5.1, donc un peu moins enveloppante que la VO.

Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
   
Durée Bonus 90 min
Boitier Amaray
   
   
   
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
  

Bonus 

La section bonus offre une large documentation sur les dessous du film, notamment à travers un making of, séquencé en plusieurs chapitres qui balayent toutes les phases de créations du film : la réalisation à proprement parlée, puis l’approche de James McAvoy  pour incarner son personnage de Victor Frankenstein. Evidemment un chapitre complet est axé sur le cirque dans lequel Victor rencontrera Igor, qui deviendra son assistant. Dans la logique, le chapitre suivant s’intéresse évidemment à la prestation de Daniel Radcliff et à son personnage. La séquence suivante mettre en lumière une évidence dans le film : « Trouver le méchant ! », car finalement, si Igor fait évidemment partie des personnages gentils, qui de Frankenstein, de l’inspecteur Turpin ou de Finnegan est le plus méchant ? Le making of s’achève bien sûr par le tournage de la scène finale qui réserva bien ses frayeurs à l’ensemble de l’équipe, notamment par des éléments déchainés qui, mirent à mal le plateau et ses décors.

La section bonus propose également des scènes inédites et une galerie de photos.