Donnez votre avis!
Images du film
Images des bonus

Alvin et les Chipmunks : A fond la caisse

Catégorie Cinéma
Titre Original Alvin and the chipmunks : The Roas Chip
Genre Enfants
Pays USA
Date de sortie 08/06/2016
Réalisateur Walt Becker
Avec Jason Scott Lee, Kimberly Williams-Paisley, Tony Hale, Bella Thorne
Format Blu-Ray
Boitier Amaray
Producteurs Ross Bagdasarian et Janice Karman
Scénaristes Randi Mayem Singer
Compositeur Ali Dee Théodore
Critique cinéma Alvin et les Chipmunks : A fond la caisse

Critique de Emmanuel Galais
Editeur Fox pathé europa
Edition Standard
Label  
Zone / Région 2
Durée Film 92 min
Support
   
   

Après une série de malentendus, Alvin, Simon et Théodore comprennent que Dave va demander sa petite amie en mariage à Miami et risque de les abandonner. Ils ont trois jours pour le retrouver et empêcher ce mariage. Ils se lancent alors dans un road trip à travers l'Amérique : aventure, musique et grosses bêtises.

Pour leur quatrième apparition au cinéma, « Alvin et les Chipmunks » reviennent avec cette fois-ci une aventure qui leur fait traverser les Etats-Unis d’Ouest en Est. La recette restant la même, on s’attend évidemment à une flopée de maladresses et de musiques rythmées et entrainantes. Un film évidemment destiné aux enfants de moins de 12 n mais également aux parents qui trépigneront évidemment sur les chansons de Bruno Mars ou encore de Miami Sound Machine.

Mais voilà, le problème avec ce quatrième épisode, c’est qu’il manque radicalement d’originalité, car depuis 2007 et leur première apparition les écureuils chanteurs ne changent absolument pas d’histoire. Inlassablement, le contexte change mais la structure est identique. Alvin et ses frères ont peur de voir leur « père d’adoption » ne plus les aimer à cause de leurs   facéties. Dans le un il s’agissait de se faire accepter par Dave, dans le deuxième ils allaient à l’école mais avaient peur de tout gâcher avec Dave, dans le troisième ils gâchent une croisière et se retrouvent échoués sur une île déserte et cherchent à se faire pardonner par…Dave. Et bien dans ce nouvel opus, même chose ! Alors évidemment cette licence est à destination des enfants et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il touche son but, les petits rient beaucoup et n’hésitent pas à vivre intensément les morceaux musicaux qui rythment le film Mais voilà, comme à chaque fois dans ce type de série de films à destination des enfants, une question se pose : Doit-on toujours répondre à leur besoin avec la même recette usée jusqu’à la garde ?

Parce qu’au final, il n’y a aucune surprise, aucune originalité, les scénaristes rajoutent simplement un contexte différent : Dans le premier c’est la rencontre, dans le deuxième la remise en question avec le retour à l’école et la rencontres avec les chipettes, et dans la troisième ils risquent de tout perdre par leur bêtise. Alors tout s’arrange par la musique et par les bons sentiments et à chaque fois on arrive à une conclusion presque larmoyante. Alors sans parler de film pénible, ce nouvel opus en est loin, mais encore une fois il manque cruellement d’identité et s’inscrit dans ce qui commence à être une trop longue liste de copié collé.  Même la mise en scène fait dans le conventionnel, avec des plans d’un classicisme redondant, et des situations qui répondent à un cahier des charges draconiens.

Côté bande son, évidemment on fait dans l’efficacité avec des reprises de Bruno Mars ou de Gloria Estefan et le Miami Sound Machine, du coup les enfants dansent et se laissent aller à cette effusion de rythmes endiablés. La réalisation en profite également pour faire la visite des coins touristiques, en mode tout le monde est gentil et propre, pour que les gamins aient envie de visiter la Nouvelle Orléans et son Mardi-gras. Seulement voilà, ces numéros musicaux sont faits pour combler le manque d’inventivité du scénario. Ca fait passer le temps et facilite les transitions pour la suite des aventures, sans chercher à garder une réelle cohérence dans l’ensemble.

En conclusion, « Alvin et les Chipmunks : A fond la caisse », ravira à coup sûr les enfants, par une bande son bien choisie, et par des facéties toujours aussi efficaces, particulièrement lorsqu’ils sont pourchassés par un policier de l’air. Mais l’absence d’originalité du scénario, une mise en scène plus digne d’un téléfilm que d’un film de cinéma en font un quatrième opus faible qui sonne le glas d’une licence qui ne parvient pas à se renouveler.



Définition
Couleurs
Compression
   
Format Vidéo HD 1080p
Format Cinéma 1.85:1
   
   

Le réalisateur a choisi une image très lumineuse qui donne au film un aspect brillant pour mieux coller à l'univers paillette de l'intrigue. Les couleurs sont éclatantes et donnent toute sa qualité à la photographie du film. Les ambiances sont parfaitement retranscrites et le support lui rend un hommage appuyé. Les contrastes dont un volume et une profondeur à l’image à la hauteur de l’ensemble.

Langues  
Format  
Bonus  
Commentaires  
Spatialisation  
Dynamique  
Effets surround  
   
   
   
   
 
Langues Type Format Sous Titres Film Sous Titres Bonus Sous Tit. Comment. Spatial. Dynamiq. Surround
Anglais DTS HD Master Audio 5.1 Oui Oui Non Bonne Bonne Bonne
Français DTS 5.1 Oui Oui Non Bonne Bonne Bonne

La piste DTS-HD Master Audio 5.1 se révèle d’une grande précision et permet au film d’appuyer encore un peu plus son ambiance acidulée notamment lors des séquences musicales. La musique vient parfaitement habiller l’ensemble pour donner des numéros particulièrement réussit. Jamais dans l’excès, la piste sonore est parfaitement bien harmonisée pour que les dialogues ne soient pas effacés par la musique ou les effets sonores

Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
   
Durée Bonus 60 min
Boitier Amaray
   
   
   
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
  

Bonus 

« L’évolution du scénario » possède une grande qualité, celle de présenter les différents films des chipmunks dans l’ordre chronologique en évitant les bla-bla habituels. Du coup le vidéaste se fait une idée en toute simplicité de la manière dont les scénaristes ont fait évoluer les intrigues.

« La création musicale » revient notamment sur la première innovation de cette aventure la chanson finale, qui pour la première fois fut écrite pour le film.

« Nos amis à fourrure » est un documentaire amusant qui nous présente la particularité des chipmunks comme s’ils étaient réels.

« La playlist des Chipmunks » reprend l’ensemble des chansons interprétées par les écureuils.

« Redfoo Squeaky Wiggle : Manuel de danse », est une leçon de danse par Redfoo pour mieux nous apprendre à utiliser ls styles d’Alvin, Théodore et Simon.

« Le documenteur des chipmunks » est un sketch amusant dans lequel Redfoo exprime sa douleur de travailler avec les Chipmunks.