Donnez votre avis!
Images du film
Images des bonus

Colonia

Catégorie Cinéma
Titre Original Colonia
Genre Drame
Pays USA
Date de sortie 23/11/2016
Réalisateur Florian Gallenberger
Avec Daniel Brühl, Emma Watson, Michael Nyqvist, Richenda Carey
Format Blu-Ray
Boitier Amaray
Producteurs Benjamin Hermann et Nicolas Steil
Scénaristes Florian Gallenberger et Torsten Wenzel
Compositeur André Dziezuk

Critique de Emmanuel Galais
Editeur France télévisions Distribution
Edition Standard
Label  
Zone / Région 2
Durée Film 110 min
Support
   
   

Chili, 1973. Le Général Pinochet s'empare du pouvoir par la force. Les opposants au coup d'Etat descendent dans la rue. Parmi les manifestants, un jeune couple, Daniel photographe et son ami Lena. Daniel est arrêté par la nouvelle police politique. Il est conduit dans un camp secret, caché dans un lieu reculé au sein d'une secte dirigée par un ancien nazi. Une prison dont personne n'est jamais sorti. Pour retrouver son amant, Lena va pourtant rentrer dans la Colonia Dignidad.

Difficile de rester insensible à une histoire aussi dure et violente que celle de ce couple, qui sombra dans l’horreur de la dictature Chilienne et y découvrit les pires atrocités commises par un ancien dirigeant nazis réfugié en Amérique du Sud, et qui y pratiqua ce qu’il savait le mieux faire détruire des vies par la torture physique, mentale ou génétique. Car ce Dr Shaffer, en plus d’être un nazis en fuite qui propose ses services à un  dictateur sanguinaire et vicieux, s’octroya le droit de manipuler la génétique en retirant les enfants des femmes qu’il avait sous sa coupe, dés leur naissance afin de les élever à l’écart, pour ensuite devenir des objets de soulagement sexuels et ensuite des membres de sa prétendue secte. Une secte qu’il dirigeait par la violence et la souffrance !

Et durant son temps libre, le Dr se voyait confier par le régime des dissidents, à qui il faisait subir les pires tortures pouvant aller jusqu’à l’essai de nouvelles techniques de meurtres. Tout cela avec l’approbation d’un régime qui fit mine de ne pas savoir. Avec des ramifications un peu partout dans le pays qui lui conférait une impunité quais totale, Shaffer trouva un terrain de jeu idéal pour ses abjectes desseins, jusqu’à son arrestation en 2005.

Le réalisateur signe d’ailleurs une œuvre, qui peut paraitre inégale dans son rythme mais qui, au final se révèle particulièrement efficace dans sa construction, notamment dans son dénouement puisqu’il signe une mise en scène comme le fit en son temps Alan Parker avec son « Midnight Express », avec tout d’abord une présentation rapide et presque superflue des personnages pour ensuite plonger quasiment immédiatement dans l’enfer de cette colonie. De cette partie du film, on ne peut pas en sortit indemne, car la mise en scène, si elle garde une certaine sobriété, sait surtout plonger le spectateur dans un enfer dont il ne parvient pas à imaginer ce qui est faux ou vrai. Jamais dans le voyeurisme dégoulinant mais plutôt dans la retenue, dans la suggestion, le réalisateur signe un scénario et un mise en scène précise qui n’a de but que celui de mettre ne lumière l’horreur de camps dont on veut nous faire croire qu’ils ne sont qu’une simple affabulation.

Côté distribution, Emma Watson (Harry Potter) et Daniel Brühl (Goodbye Lenine) campent un couple cohérent. Jamais dans la caricature ni dans le trop d’émotion, les deux comédiens se laissent porter par des compositions habitées ou chacun doit jouer un rôle dans le rôle pour mieux comprendre ce qui se passe autour d’eux. Du début à la fin, le couple porte le film sur ses épaules et s’en sort à merveille, avec une justesse de ton assez rare chez des acteurs si jeune. Emma Watson confirme qu’il y a bien une vie après « Harry Potter » et que son engagement pour le droit des femmes est en train de trouver un sens à sa carrière.

En conclusion, « Colonia » fait partie de ces films qui ne peuvent vous laisser indifférents tant ils portent un message de devoir de mémoire pour toutes les victimes du régime Pinochet qui ne verront jamais leurs mémoires lavées de ces horreurs.


Définition
Couleurs
Compression
   
Format Vidéo HD 1080p
Format Cinéma 2.40:1
   
   

Dans l’ensemble l’image est de bonne tenue avec des couleurs bien pesées et des contrastes qui donnent une véritable profondeur à l’ensemble. Les décors sont parfaitement bien travaillés pour nous plonger dans l'univers oppressant de cette colonie chilienne, baignant dans des vert, gris et noirs très présents. Tout est parfaitement dosé et les contrastes offrent une belle profondeur à l’ensemble. Le support donne tout son volume au film.

Langues  
Format  
Bonus  
Commentaires  
Spatialisation  
Dynamique  
Effets surround  
   
   
   
   
 
Langues Type Format Sous Titres Film Sous Titres Bonus Sous Tit. Comment. Spatial. Dynamiq. Surround
Anglais DTS HD Master Audio 5.1 Oui Non Non Bonne Bonne Bonne
Français DTS HD Master Audio 5.1 Oui Non Non Bonne Bonne Bonne

La piste DTS Master Audio 5.1 se révèle d’une grande précision et permet au film d’appuyer encore un peu plus son ambiance particulière. La musique vient parfaitement habiller l’ensemble pour donner des transitions de grandes qualités. Jamais dans l’excès, la piste sonore est parfaitement bien harmonisée pour que les dialogues ne soient pas effacés par la musique ou les effets sonores.

Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
   
Durée Bonus 0 min
Boitier Amaray
   
   
   
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
  

Bonus 

Pas de Bonus !