Donnez votre avis!
Images du film
Images des bonus

Jackie

Catégorie Cinéma
Genre Biopic
Pays USA
Date de sortie 07/06/2017
Réalisateur Pablo Larrain
Avec Natalie Portman , Peter Sarsgaard, Greta Gerwig, Billy Crudup, John Hurt
Format Blu-Ray
Boitier Amaray
Producteurs Juan De Dios Larrain, Darren Aronofsky, Mickey Liddell, Scott Franklin et Ari Handel
Scénaristes Noah Oppenheim
Compositeur Mica Levi
Critique cinéma Jackie

Critique de Emmanuel Galais
Editeur France télévisions Distribution
Edition Standard
Label  
Zone / Région 2
Durée Film 100 min
Support
   
   

22 Novembre 1963 : John F. Kennedy, 35ème président des États-Unis, vient d’être assassiné à Dallas. Confrontée à la violence de son deuil, sa veuve, Jacqueline Bouvier Kennedy, First Lady admirée pour son élégance et sa culture, tente d’en surmonter le traumatisme, décidée à mettre en lumière l’héritage politique du président et à célébrer l’homme qu’il fut.

À la Maison-Blanche de 1961 à 1963, il y a eu John Fitzgerald Kennedy jeune président qui marqua l'histoire notamment pour avoir géré la catastrophique opération de la baie des cochons et également les prémices de la guerre du Vietnam avant d’être assassiné le 22 novembre 1963. Un président adulé autant que détesté, qui fascinait la population américaine de l'époque mais irritait également l’intelligentsia de l'époque, comme les services secrets, par exemple ou le parti républicain qui voyait en lui un danger pour les acquis de l'Amérique et quelqu'un de beaucoup trop réformateurs pour rester en place. Il y avait également à côté de lui : Jacqueline Bouvier que l'on connaît plus sous le nom de Jackie Kennedy, une femme que l'on pourrait très aisément appeler la potiche de la Maison-Blanche du moins à ses débuts, une femme que l'on montra du doigt pour des dépenses  que beaucoup jugeaient dispendieuses jusqu'à un reportage diffusé sur les chaînes américaines et suivi par des millions d'Américains qui la montra forte, déterminée et qui lui permit surtout de justifier toutes ses dépenses en rénovant et en mettant en valeur cette fameuse maison blanche si chère au peuple américain. À ce moment-là Jackie Kennedy est devenu une femme de goût une femme d’Etat, une première dame reconnue et appréciée.  Au lendemain du 22 novembre 1963 Jackie Kennedy devint une Icone de l’Amérique, le symbole d’une blessure.

Il était donc juste qu'un jour les cinémas américain et français s'intéressent également à ce personnage hors norme, qui se releva d’un drame dont elle ne fut pas épargnée que ce soit dans l'horreur de l'assassinat de son mari que dans le cynisme de la gestion de la crise faite par les hommes de la Maison-Blanche. Pablo Larrain (No) signe film tout en nuance, qui parvient avec beaucoup d'intelligence à mettre en lumière toute cette ambiguïté qui fit le personnage de Jackie. On y découvre tour à tour une femme fascinante, à la fois par ce côté un peu potiche, un peu maladroite face à la télévision américaine devant laquelle elle doit justifier des dépenses, montrer à quel point elle a su donner une autre image de la Maison-Blanche, et puis il y a en même temps cette femme forte, déterminée qui sait imposer ses choix, qui sait s'imposer en tant que femme, qui sait accepter les dérives de son mari et surtout qui sait à un moment donné, s’opposer au cynisme des hommes pour pouvoir donner à son mari les funérailles auxquelles il a le droit. Noah Oppenheim À qui l’on doit notamment les scénarios du « Labyrinthe » ou de « Divergente 2 »,  signe un scénario qui a l'intelligence de ne pas aller dans l'exceptionnel ni dans le people, mais d’aller, au contraire, chercher la nature même du personnage de cette femme qui doit, dans le même temps, faire le deuil de son mari et accepter sa position aussi particulière au sein d'une société patriarcale. Ce scénario d'ailleurs faisait partie de la fameuse Blacklist qui regroupe tous les scénarios qui n'ont pas encore trouvé de réalisateur mais qui sont absolument à mettre en images à Hollywood, Darren Aronofski (Requiem for e Dream) s'était d'ailleurs intéressé à ce scénario, mais avait trouvé plus judicieux de le confier au réalisateur Chilien après avoir vu ses précédents films. Grand bien lui en a pris puisque le réalisateur en livre une œuvre magnifique, certes un peu sombre, mais qui a le mérite de pouvoir mettre en lumière toute cette partie dont on ne parle que très peu le deuil de Jackie Kennedy et l'arrivée au pouvoir de Lyndon Johnson dont la femme, de manière assez peu courtoise, impose très vite  marque, et fit comprendre qu'elle était devenue la première dame.

Si le reste de la distribution manque peut-être de crédibilité physique, il est évident que le film repose intégralement à la fois sur le mimétisme mais également sur le talent de comédienne de Nathalie Portman (Léon). En effet, l'actrice incarne Jackie Kennedy avec une telle ferveur qu'il est difficile de faire la différence entre la véritable et celle incarnée par la comédienne. Rarement dans une biographie on a vu une actrice comprendre à ce point son personnage mais surtout l'instant présent dans lequel elle évolue. Car nous n'oublions pas que le film s'intéressent particulièrement à ce dur travail de deuil et tout le cynisme de de la situation auxquelles Jackie Kennedy dû faire face. Ce que l'on dit rarement c'est que la première dame qui accepta tous les errements de son mari, en était follement amoureuse et lorsque ce dernier fut assassiné elle dut affronter l'horreur de l'instant lorsque son mari la tête à moitié arrachée gisait sur ses genoux, puis la pression des hommes de la Maison-Blanche qui l'empêche involontairement ou non, de faire son deuil d'une certaine manière et son besoin même de contrôler ses funérailles tout en poussant la jeune femme a quitter rapidement la maison blanche sans lui laisser le temps de comprendre et d'accepter ce qui venait d'arriver. Nathalie Portmann parvient avec beaucoup de finesse à composer son personnage tout en le comprenant et en lui donnant toutes les nuances qui la rendait si fascinantes.

En conclusion, dans la course aux Oscars il est évident que « Jackie » devrait trouver sa place si ce n'est pour le meilleur film dans tous les cas pour la meilleure actrice.  Nathalie Portman porte son personnage avec une aisance, une intelligence et une maîtrise que l'on voit rarement que l'on voit rarement chez une actrice. La mise en scène est brillante et le scénario d'une rare intelligence, il a su capter toute l'ambiguïté, toute la nuance où le sombre de ce drame qui marqua L'Amérique des années 60.


Définition
Couleurs
Compression
   
Format Vidéo HD 1080p
Format Cinéma 1.66:1
   
   

Les équipes techniques ont fait un travail titanesque en peu de temps pour pouvoir donner corps à ce film et la reconstruction minutieuse de l’univers de la maison blanche de l’époque. Le résultat est saisissant et le rendu sur ce blu-ray absolument magnifique, avec un piqué précis et des couleurs parfaitement dosées y compris dans les noirs et blancs des scènes de complément des archives de « La visite de la Maison Blanche ». L’ensemble bénéficie en même temps de contrastes qui mettent parfaitement en perspective l’image et donne une profondeur de champ remarquable.

Langues  
Format  
Bonus  
Commentaires  
Spatialisation  
Dynamique  
Effets surround  
   
   
   
   
 
Langues Type Format Sous Titres Film Sous Titres Bonus Sous Tit. Comment. Spatial. Dynamiq. Surround
Anglais DTS HD Master Audio 5.1 Oui Oui Non Bonne Bonne Bonne
Français DTS HD Master Audio 5.1 Oui Oui Non Bonne Bonne Bonne

La piste sonore bénéficie d’un DTS-HD Master Audio 5.1 d’une très belle précision. La piste sonore s’installe doucement pour mieux nous imprégner et utilise chaque recoin de notre installation pour mieux nous plonger dans un univers entre douceur et cynisme. La musique de Mica Lévi vient habiller avec force et douceur un film qui plonge dans les dessous d’une histoire que l’on pensait connaitre par cœur mais qui se révèle bien plus douloureuse qu’elle n’y parait.

Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
   
Durée Bonus 43 min
Boitier Amaray
   
   
   
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
  

Bonus 

« Interview de Natalie Portman » : la comédienne est interviewée par Didier Allouche Et revient principalement si la personnalité de Jackie Kennedy.
 
« Le choix de Natalie Portman par Darren Aronofsky » : Un très court docks sur le choix de l'actrice Et le travail qu'elle a effectué pour se laisser porter par le personnage.

« Pablo Larrain Réalisateur idéal » : Darren Aronofsky revient sur le choix de ce réalisateur hors du commun avec l'aide du reste de l'équipe.

« Du scénario à l'écran » : Un petit reportage sur les choix opéré pour adapter le scénario et rester fidèle à l'histoire.

« Créer l'univers de Jackie » : Un focus sur les équipes techniques qui ont travaillé dur pour recréer la Maison Blanche à Paris.

« Reconstituer la visite de la Maison Blanche » : Lève un voile discret sur les dessous de cette prouesse technique.

« La Musique de Jackie » : Un focus sur le travail de Mica Levi une compositrice remarquable.

« Natalie Portman est Jackie Kennedy » : Un bonus redondant sur le talent de l'actrice.

« Le casting de Jackie », comme son nom l'indique met en lumière tous les acteurs et actrices qui participèrent au film.

« Le Mythe de Jackie Kennedy » revient sur le personnage lui-même sans en dire plus.

« La tragédie en héritage » : in ultime bonus en forme de conclusion redondante.

Tous semblent là pour remplir un vide mais manquent terriblement d'inventivité et de profondeur pour mieux comprendre et les clés de ce tournage compliqué mais également la personnalité complexe de Jackie.