Donnez votre avis!
Images du film
Images des bonus

Les Trois Mousquetaires

Catégorie Cinéma
Genre Aventures
Pays FR
Date de sortie 22/11/2017
Réalisateur André Hunebelle
Avec Georges Marchal, Bourvil, Gino Cervi, Jacques François, Jean Martinelli, Louis Arbessier
Format Blu-Ray
Boitier Amaray
Producteurs André Hunebelle
Scénaristes Michel Audiard
Compositeur Constantino Ferri et Jean Marion

Critique de Emmanuel Galais
Editeur Fox pathé europa
Edition Standard
Label  
Zone / Région 2
Durée Film 118 min
Support
   
   

Le jeune D'Artagnan quitte sa Gascogne natale afin de se rendre à Paris pour devenir un mousquetaire du roi Louis XIII. Ne refusant aucun duel, il arrive à la capitale après de nombreuses aventures. Afin d'éviter un scandale, il doit bientôt se diriger vers l'Angleterre pour retrouver le collier de la Reine offert par son admirateur le duc de Buckingham. Accompagné par les trois mousquetaires, D'Artagnan devra notamment faire face à ceux qui complotent la chute du Roi...

André Hunebelle, pour les plus anciens d’entre nous, représente d’abord les films de cape et d’épée comme « Le Capitan » ou « Les Trois Mousquetaires ». Mais en fait, André Hunebelle, est avant tout le réalisateur qui a découvert et lancé la carrière d’un acteur de comédie symbolique et reconnu dans la culture française : Louis de Funès. Le réalisateur, d’abord associé à des comédies populaires, s’est surtout illustré, d’abord dans les films de cape et d’épée, mais également dans des films d’actions mêlant la comédie avec les actes de bravoure tels que : « Fantomas ».

« Les trois mousquetaires », un film de 1953 dans lequel, le rôle de d’Artagnan est tenu par George Marshall, un fringant acteur de l’époque, qui accumula les films de cape et d’épée, et finit sa carrière d’acteur à la télévision dans une série remarquable : « l’île aux 30 cercueils ». L’acteur y est léger, et interprète un d’Artagnan fougueux, impulsif, à l’image de celui décrit par Alexandre Dumas dans son livre. Si l’on peut regretter que l’acteur ne parvienne pas réellement à maîtriser l’art de l’escrime, de manière à faire rêver les enfants, il a au moins le mérite, de rendre son personnage suffisamment séduisant pour ne pas être ridicule. Dans cette version qui date de 1953, on peut également découvrir un acteur un petit peu plus discret, mais qui marquera toute une génération de spectateurs, par son rôle de pharmaciens pressés d’aller fêter la nouvelle année dans la comédie des bronzés : « le Père Noël est une ordure » : Jacques François. L’acteur interprète le rôle d’Aramis, et lui donne cette inclinaison plus noble, qui détonne forcément avec les trois autres mousquetaires.

C’est aussi un film dans lequel on peut découvrir un monstre mythique du cinéma français : « Bourvil ». L’acteur qui est alors, au début de sa carrière et commence à se faire un nom notamment grâce à des comédies comme « le passe muraille », se voit octroyer dans les œuvres de cape et d’épée des rôles de second couteau, qui pourtant ne laisse pas insensible les spectateurs, voir même, donne une certaine crédibilité à l’aspect un peu léger du film. Si dans « Les trois mousquetaires » Bourvil n’est pas forcément mise en valeur et s’il accumule des scènes aux gags un peu « balourds », il est indéniable que le comédien apporte à son personnage une innocence et une naïveté qui apporte un vrai vent de fraîcheur à l’ensemble du film. 

En 1953, les chorégraphies de combats n’étaient pas forcément monnaie courante, et on peut regretter que les combats d’épées ne soient pas forcément très bien réussis voir même qu’ils ont tendance à friser le ridicule. Les acteurs s’attendent, parfois même tombe sans que l’on sache vraiment pourquoi, et il faut bien le dire, les acteurs principaux ne sont pas forcément très à l’aise avec une épée dans la main. Et si le scénario de Michel Audiard s’éloigne de l’intrigue Alexandre Dumas, notamment autour du personnage de Constance, il n’en demeure pas moins qu’il arrive à servir une œuvre efficace qui malgré des imperfections notables parvient à rivaliser avec les adaptations américaines.

« Les Trois Mousquetaires » n’en restent pas moins un film de cape et d’épée efficace, et virevoltant, à la fraîcheur contagieuse, qu’on regarde son bouder son plaisir, en s’amusant presque du jeu et du montage un petit peu approximatif, qui rendent finalement ce film amusant et léger.

Définition
Couleurs
Compression
   
Format Vidéo HD 1080p
Format Cinéma 1.78:1
   
   

Malgré son âge (1953) et grâce à une restauration minutieuse et efficace, « Les Trois Mousquetaires », bénéficient d’un excellent rendu. L’image est nettoyée de ses imperfections, et le film retrouve une nouvelle jeunesse qui permettra ainsi à la jeune génération de redécouvrir le film comme s’il venait de sortir sur les écrans. Le revers de la médaille d’une remasterisation, et d’un support aussi précis que le Blu-Ray, c’est qu’évidemment certaines coupures de montage, sont un peu trop mis en avant, et montre à quel point le film a nécessité quelques retouches.

Langues  
Format  
Bonus  
Commentaires  
Spatialisation  
Dynamique  
Effets surround  
   
   
   
   
 
Langues Type Format Sous Titres Film Sous Titres Bonus Sous Tit. Comment. Spatial. Dynamiq. Surround
Français DTS HD Master Audio 2.0 Oui Oui Non Bonne Bonne Bonne

Preuve que le film date d’une autre époque, il n’est malheureusement disponible qu’avec une piste Dolby digitale 2.0, qui laisse transparaître une bande-son un peu usée, avec notamment des aigües très présents et malgré une spatialisation efficace, l’ensemble ne permet pas de retrouver une nouvelle jeunesse, et d’offrir ainsi au film une répartition plus immersive.

Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
   
Durée Bonus 10 min
Boitier Amaray
   
   
   
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
  

Bonus 

L’édition propose trois courts extraits un peu coupés à la serpette il faut le dire, de la présentation en grande pompe du film 1953.