Donnez votre avis!
Images du film
Images des bonus

Westworld Saison 1

Catégorie Série TV
Genre Science Fiction
Pays USA
Date de sortie 08/11/2017
Réalisateur Jonathan Nolan
Avec Evan Rachel Wood, Thandie Newton, Jeffrey Wright, James Mardsen, Anthony Hopkins, Ed Harris
Format Blu-Ray
Boitier Amaray
Producteurs J.J. Abrams, Lisa Joy et Jonathan Nolan
Scénaristes Divers
Compositeur Ramin Djawadi

Critique de Emmanuel Galais
Editeur Warner
Edition Coffret
Label  
Zone / Région 2
Durée Film 520 min
Support
   
   

A Westworld, un parc d'attractions dernier cri, les visiteurs paient des fortunes pour revivre le frisson de la conquête de l'Ouest. Dolores, Teddy et bien d'autres sont des androïdes à apparence humaine créés pour donner l'illusion et offrir du dépaysement aux clients. Pour ces derniers, Westworld est l'occasion de laisser libre-cours à leurs fantasmes. Cet univers bien huilé est mis en péril lorsqu'à la suite d'une mise à jour, quelques robots comment à adopter des comportements imprévisibles, voire erratiques. En coulisses, l'équipe, qui tire les ficelles de ce monde alternatif, s'inquiète de ces incidents de plus en plus nombreux. Les enjeux du programme Westworld étant énormes, la Direction ne peut se permettre une mauvaise publicité qui ferait fuir ses clients. Que se passe-t-il réellement avec les androïdes ré-encodés ?

Il y a toujours un danger à survendre une série ! Et les médias dans leur généralité, ont tendance à vouloir systématiquement chercher Le ou La remplaçante d’un gros carton. Ce fut donc le cas avec « Westworld » qui fut, avant même sa diffusion, présentée comme la nouvelle « Game Of Thrones ». Du coup, on attendait beaucoup, et ce fut la déception qui nous attendit au tournant. Alors n’allons pas non plus tirer sur l’ambulance, la nouvelle série du duo J.J. Abrams (Star Wars Episode VII) et Jonathan Nolan (Le Prestige), est quand même loin d’être un ratage complet, mais, malgrés tout, elle est quand même très très loin de la réussite du « Trône de fer ».

En fait, ce qui surprend avec « Westworld » c’est un mélange des genre assez redoutable, puisque la série nous entraîne tout d’abord dans un western, qui se révèle très rapidement être finalement un parc d’attractions d’un autre genre dans lequel les habitants de la petite ville de l’Ouest américain, sont en fait des robots ultraperfectionnés, qui réagissent aux situations, ont des émotions, et peuvent interagir avec les humains comme s’ils étaient leur égal. De manière assez régulière les techniciens du parc d’attractions viennent faire des mises à jour afin que leurs attractions soient toujours les plus performantes possible. Mais ce sont ces mises à jour, qui vont finir par créer un dysfonctionnement et notamment donner envie à ces robots de vivre autre chose que la pauvre vie à laquelle ils sont destinés.

On se rend compte, alors, très rapidement que le scénario est solide, et qu’il va nous emmener, de la même manière que l’une des séries les plus connus de J.J. Abrams : « Lost », dans une intrigue à plusieurs niveaux, dans lesquelles, à chaque saison, une flopée de questions viendra titiller le spectateur médusé par autant d’inventivité. Et il faut bien dire le sujet est particulièrement intéressant, même si la série est adaptée d’un film de 1974 réalisé par Michael Crichton (Jurassik Park) avec Yul Brynner (Les 7 Mercenaires) et James Brolin (Arrête-moi si tu peux !), puisqu’il pose la question de l’évolution de la robotique, des dérives de l’informatique et encore une fois du moment où les machines finiront par remplacer les traits des êtres humains. La force de « Westworld » c’est de capter l’attention du spectateur par une mise en scène à la fois sobre et pourtant totalement efficace, où chaque élément a parfaitement été dosé de manière à plonger le spectateur dans une série à l’intrigue particulièrement bien menée. Pourtant cette mise en scène sobre qui ne cherche pas particulièrement les grands effets de caméra, a tendance, au fil des épisodes, a parfois laisser traîner quelques longueurs qui peuvent perdre le spectateur.

Pour cela le producteur et son showrunner, se sont alloués les services d’un casting 3 étoiles qui comprend : Anthony Hopkins (Le Silence des Agneaux), Ed Harris (Rock), James Mardsen (X-Men), Thandie Newton (Collision), Evan Rachel Wood (Les Marches du Pouvoir) et Jeffrey Wright (Hunger Games). Et chacun y va de sa composition impeccable ! On se croirait tout simplement dans un véritable long-métrage hollywoodien, avec une mention spéciale pour Evan Rachel Wood qui porte son personnage et parvient à lui apporter toutes les nuances nécessaires à l’évolution de l’intrigue.

En conclusion, « Westworld » est, à coup sûr, une série de grande qualité, dont on perçoit le potentiel évident qui va pouvoir captiver sur plusieurs saisons, notamment grâce au travail toujours aussi minutieux de son producteur : J.J. Abrams, ainsi que de son Showrunner Jonathan Nolan. Toutefois la série a tendance à se perdre dans quelques longueurs qui peuvent faire lâcher le spectateur au beau milieu d’une saison. Il est toutefois imaginable, que l’équipe saura relevée le défi.


Définition
Couleurs
Compression
   
Format Vidéo HD 1080p
Format Cinéma 1.78:1
   
   

Le support se révèle d’une redoutable efficacité pour donner du relief aux décors soignés de la série. L’ensemble brille par une grande qualité qui permet au spectateur de plonger dans les méandres de ce pas d’attractions d’un autre genre, ou la réalité se confond avec le fantasme. Les contrastes  donnent finalement suffisamment  de profondeur à l’ensemble pour lui offrir un certain volume.

Langues  
Format  
Bonus  
Commentaires  
Spatialisation  
Dynamique  
Effets surround  
   
   
   
   
 
Langues Type Format Sous Titres Film Sous Titres Bonus Sous Tit. Comment. Spatial. Dynamiq. Surround
Anglais DTS HD Master Audio 5.1 Oui Oui Non Bonne Bonne Bonne
Français DTS HD Master Audio 5.1 Oui Oui Non Bonne Bonne Bonne

Côté son la piste HD Master Audio fait des merveilles et plonge radicalement le spectateur au cœur de l’action. La dynamique est efficace et la spatialisation assure le spectacle des effets sonores qui viennent accentuer l’atmosphère entre western et film de science-fiction des épisodes. L’ensemble est minutieux et très bien travaillé. Il est toutefois préférable, pour profiter un maximum de la série de la visionner en VO car le doublage en version française peut parfois manquer d’inspiration.

Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
   
Durée Bonus 45 min
Boitier Amaray
   
   
   
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
  

Bonus 

Au sujet de la série : Est une présentation de la série, plutôt promotionnelle.
 
Une invitation sur le plateau : on découvre l'envers du décor et les équipes pendant le tournage.

Le grand moment : Certaines scènes clés sont décryptés par Jonathan Nolan.

Un making of de plus de 7 minutes qui revient déjà un peu plus en détail sur les dessous de la série.

Réaliser le rêve : la première semaine de tournage de la série. Une immersion sur quelques jours avec Jonathan Nolan le créateur et réalisateur de la série.

« Imaginer le générique » : Est certainement le bonus le plus surprenant de l’édition, puisqu’il revient, de manière assez conséquente, sur toute la conception du générique que ce soit la musique, le choix des images mais aussi le choix de certains détails qui ont nécessité une préparation beaucoup plus longue que certaines scènes, comme l’œil qui apparait à un moment donné.

 On trouvera également sur le Blu-ray 2, un focus sur l’utilisation de l’intelligence artificielle dans la série ainsi qu’un bêtisier inutile que l’on retrouve de manière systématique dans les éditions de Série.

Sur le Blu-ray numéro 3 deux focus l’un sur l’histoire développée dans la série et un autre sur la musique du piano mécanique, typique du Far West, utilisée dans la série.