Donnez votre avis!
Images du film
Images des bonus

La Tour Sombre

Catégorie Cinéma
Titre Original The Dark Tower
Genre Fantastique
Pays USA
Date de sortie 13/12/2017
Réalisateur Nicolaj Arcel
Avec Idris Elba, Matthew McConaughey, Jackie Earle Haley, Dennis Haysbert, Abbey Lee
Format Blu-Ray
Boitier Amaray
Producteurs Akiva Goldsman, Jeff Pinkner, G. Mac Brown, Ron Howard
Scénaristes Stephen King, Akiva Goldsman, Jeff Pinkner, Anders Thomas Jensen, Nikolaj Arcel
Compositeur Tom Holkenborg (de Junkie XL)
Critique cinéma La Tour Sombre

Critique de Charly Halper
Editeur SPHE
Edition Standard
Label  
Zone / Région 2
Durée Film 95 min
Support
   
   

Si la nouvelle adaptation de «It» par le jeune réalisateur Argentin Andrés Muschietti s'avère être un véritable succès au box-office (avec plus de 695 millions de dollars à travers le monde à l'heure actuelle) -et semble faire mentir la tenace malédiction d'adaptation impossible des romans de Stephen King- on ne peut pas dire que la sortie (juste quelques mois avant) de cette «Tour Sombre» ait joui du même succès et de la même réputation. Au contraire.

Semblant perpétuer cette impossibilité de transposer au cinéma les (4000) pages de Stephen King, le film du réalisateur Danois Nikolaj Arcel se devait, à son tour, de passer par un development hell.
Ayant vendu, en février 2007, les droits d'adaptation du cycle de sa «Tour Sombre» (pour la modique somme symbolique de 19 dollars) aux cocréateurs de la série «Lost» pour voir, comme d'autres de ces écrits, celui-ci éventuellement adapté en un projet télévisé, dont le
tournage du premier des sept (télé)films devait débuter en 2010, Stephen King devra se rendre compte que même J.J. Abrams abandonne un tel projet (pour produire un reboot spatial et une nouvelle série: «Fringe»): trop ambitieux, long et complexe, sortant tout juste de la franchise «Mission: Impossible» qu'il a maintenu à flot avec un troisième opus pour première expérience cinématographique.
Réalisateur à la fois commercial et oscarisé, qu'on sait capable d'adapter des best-sellers (avec le succès au box-office du «Da Vinci Code» de Dan Brow, 86 millions d'exemplaires de vendus à travers le monde et près de 760 millions de dollars au box-office), l'ex enfant-star de la télévision américaine Ron Howard vient remplacer notre pucelle effrayée, approché, en septembre 2010, par NBC et Universal Pictures, désireux de mettre en chantier une trilogie de films (ainsi qu'une série télévisée spin-off basée sur cet univers), après avoir acquis les droits des romans, mais aussi de la nouvelle «Les Petites Soeurs d'Eluria» (prequel dans laquelle Roland recherche la piste de Walter) et des comics de Jae Lee et Richard Isanove.
S'appuyant sur un scénario d'Akiva Goldsman (scénariste oscarisé en 2001 à ses cotés pour «Un Homme d'exception»), le flamboyant réalisateur de la trilogie cinématographique Langdon se voyait déjà réaliser le premier film (prévu pour le 17 mai 2013) et la première saison de la série dérivée (avant de voir un deuxième film -flashback sur la jeunesse du protagoniste Roland, une deuxième saison, un troisième film et finalement une ou plusieurs saisons conclure cette mercantile et commerciale aventure -un peu comme le MCU de la Maison aux Idées avec ses films «Avengers», série «Agents of SHIELD» et cie). Mais, le 18 juillet 2011, Ron Meyer, directeur de la major, annonce, à son tour, que ce projet trop risqué d'un point de vue financier doit cesser... et renvoie chez eux les stars susceptibles d'incarner Roland de Gilead (de Hugh «Wolverine» Jackman à Daniel «007» Craig en passant par Viggo «Aragorn» Mortensen ou Javier Bardem), ainsi que Naomie Harris (envisagée pour le rôle de Susannah Dean, cette Afro-Américaine handicapée schizophrène qui accompagne Roland et son mari Eddie) ou la jeune star de «Breaking Bad» Aaaron Paul (contacté par Howard pour le rôle d'Eddie Dean, junkie new-yorkais propulsé dans l'Entre-Deux-Mondes pour aider le héros).
Pourtant, Ron Howard et Brian Grazer (fidèle scénariste du réalisateur depuis son second film, «Les Croques-Morts en folie» en 1982) ne désespèrent pas de mener ce complexe projet ambitieux à terme... et se lancent dans la recherche d'un nouveau financement: la chaine payante du groupe Time Warner (fort intéressée par l'idée que Russel «Maximus» Crowe incarne Roland), HBO, qui diffusait «True Blood» et «Carnivale», pouvant, dans les fantasmes de nombreux fans, être intéressée par la partie télévisée ce celui-ci. Mais, encore une fois, et même avec toute la bonne volonté et l'envie, réalisateur, producteurs et soutiens se retirent de cette adaptation en août 2012.
Il ne reste plus à espérer que le studio de production indépendant Media Rights Capital (connu pour des films aussi différents que «30 Minutes Maximum» avec Columbia ou «Ted» avec Universal) n'abandonne pas le navire en péril... jusqu'à avril 2015, date à laquelle ce studio s'associe avec la major Sony (Picture Entertainment), en quête d'une nouvelle franchise de films à exploiter -après les multiples «Spider-Man» et hommes en noir de «MIB»: le scénariste Akiva Goldsman (toujours associé au projet), aidé de Jeff Pinkner (producteur et scénariste des séries Bad Robot mais aussi de la sequel Sony «The Amazing Spider-Man 2»), s'attelant à une
nouvelle version du scénario pour un premier film... que va réécrire le réalisateur et scénariste Danois Nikolaj Arcel appelé désormais sur le projet, en compagnie de son compatriote et ami Anders-Thomas Jensen, scénariste multi-récompensé et connu pour avoir vu son nom associé au polémique «Antichrist» de Lars von Trier, en annonçant y combiner des éléments des trois premiers livres du cycle-quand le père de ce cycle jupitérien de son propre système solaire imaginé, Stephen King, laisse entendre que ce film serait autant une suite qu'une adaptation. Sic!

Mais, alors, qu'est-ce que ça donne ?
Qu'ont réussi à sauver tous ces réalisateurs, scénaristes et producteurs qui se sont suivis et ont enchaîné les déconvenues -comme dans nombre d'adaptations de romans de Stephen King grommelleront ou ironiseront certains ?

Jake Chambers, orphelin d'un père dont il a du mal à se remettre de la tragique disparition, et hanté par des visions d'un éternel combat entre un mystérieux Pistolero et un sombre Homme en Noir ainsi que le destin d'une méconnue Tour Sombre qu'il retranscrit à chaque réveil sur papier, pourrait bien découvrir que ces dessins ne sont pas que les hallucinations obsédantes d'un adolescent en mal de sommeil mais bel et bien la prophétique bataille du Bien contre le Mal. Et que lui, pourrait être une clef importante et capitale dans cet affrontement final !

Et ce résumé du film de sûrement faire hurler et bondir plus d'un défenseur du temple royal qu'est ce monumental cycle littéraire qui permet de lier tous les romans de Stephen King («Shining», «Ca», «Christine», etc, etc) en un seul univers (le Kingverse ?) dans lequel se côtoient finalement des univers parallèles, puisque ce n'est plus la reconnue figure héroïque du Pistolero, Roland de Gilead, qui est ici mis en avant mais celle de Jake Chambers, cet adolescent perturbé qui va se retrouver propulser de New-York dans cet étrange Entre-Deux-Mondes.
Alors, oui, vous pourrez crier au scandale, de même que vous avez pianoté partout sur la toile que ce film était nul, sous le fallacieux argument d'une fidélité encore une fois mise à mal et violée et bafouée.. mais, comme le dit le Maitre lui-même (dans l'un des modules proposés en bonus), il n'a toujours fait qu'une chose: amuser les gens, nous distraire et divertir en nous permettant de nous évader dans d'autres mondes que celui dans lequel nous sommes enfermés. Et ce film, à son image, dans cette optique, réussi très bien ce pari... d'évasion, de divertissement. Et d'adaptation.
Comme il l'ajoute dans l'une de ces interviews, les scénaristes ont eu la bonne idée, pour présenter ce chef d'oeuvre trop difficile à raconter en lui restant strictement fidèle, et réussir à y amener de nouveaux spectateurs qui n'ont jamais lu tous ça, de commencer par le milieu... en utilisant l'élément principal de l'action qui est que tous les enfants possédants des pouvoirs digne Daniel Torrance (héroïque enfant de «Shining, l'enfant lumière», adapté plusieurs fois sur vos écrans) ou Carrie White (adaptée également à plusieurs reprises) sont réunis dans ce Devar-Toi de l'Homme en Noir.
Blasphème inconcevable pour ceux qui ne veulent qu'une chose -un respect méticuleux de chaque ligne (comme à chaque adaptation de livres de chevets, avez-vous déjà lu: «Harry Potter», «Twilight», «Le Seigneur des Anneaux»...)- et pourraient encore une fois hurler à l'hérésie, habile et intelligent stratagème qui ne ne fait que confirmer ce qui a été évoqué plus haut: ce film peut être à la fois une adaptation comme une suite, mais est surtout une re-lecture, une lecture différente de l'oeuvre originale. Et c'est, on le sait, ce qui déplait dans nombres d'adaptations.

Pourtant, et quitte à en choquer plus d'un, en s'éloignant et trahissant (car « adapter c’est trahir » comme le savent plus d'un scénariste) ainsi le matériau d'origine et la trame principale, qui a passionné pendant plus de quarante ans ces millions de lecteurs, le film de Nikolaj Arcel parvient à devenir pleinement lisible. Et ce même bien plus que cet énorme pavé de romans à raccorder les uns aux autres. Surtout pour de néophytes spectateurs qui ne se sont jamais attardés sur la soixantaine de romans qui composent la bibliographie de cet auteur (que trop ?) prolifique.
Usant du stratagème scénaristique assez facile d'un nouvel élément (ici la figure adolescente de Jake Chambers qui va, tout en apprenant à se découvrir et chercher à retrouver une figure paternelle protectrice et constructrice, suivre un chemin initiatique des plus classiques... avec les lourdes responsabilités qui incombent, comme chez un autre héros Sony, à celui ayant de grands pouvoirs), le scénariste à succès (sept prix récompensant différents films) Danois Nikolaj Arcel (sans oublier les autres), déjà responsable de la réussie série TV adaptant le triptyque «Millénium» de Stieg Larsson mais aussi des adaptations plus contestées des «E
nquêtes du Département V» de Jussi Adler-Olsen (celui-ci ayant rapidement mis fin à sa collaboration avec la société productrice, suite à un désaccord avec le réalisateur Mikkel Nørgaard et son scénariste Nikolaj Arcel sur leur niveau de transposition du bourru vieil Inspecteur Carl Mørck et de son mystérieux assistant Assad, dès le premier film, «Miséricorde»), rattrape donc là le ratage de son précédent (triple) travail. Ou presque. Selon votre tolérance.
Si certains lecteurs-téléspectateurs se voudront toujours plus minutieux que les réalisateurs, scénaristes et même auteurs originaux vendant à qui bon leur semble leurs droits, et aimeraient et fantasmeront toujours de voir leurs films mentaux être projetés sur grand écran, il ne faudra pas oublier que, oui, cette fois le scénariste a été adoubé/anobli par (le) King lui-même : qui reconnaît en cette version une bonne façon d'approcher l'histoire et même très classique, décidant lui-même en script-doctor de faire avancer ou reculer certaines choses pour construire cet objet défini entre adaptation et suite cinématographique.

Ces mêmes lecteurs ayant enflammé, dès mars 2016, la toile (bar de quartier préféré des h8terz), car désavouant le choix d'Idris Elba (devant faire oublier ses pâles prestations dans de récents blockbusters allant d'adaptations de comics aux reboots et remakes) en Dernier Pistolero: l'acteur Britannique (aux origines africaines: Ghana et Sierra Leone) ne correspond pas à sa description dans les romans (ou sous les crayons magnifiques du dessinateur Jae Lee)!
Des lecteurs se voulant
«plus royalistes que le King» et refusant, encore une fois, a contrario de lui (signe largement positif après des années d'adaptations bordéliques à la limite du n'importe nawak voire de la zéderie alimentant en locations hebdomadaires les rayonnages des vidéo-clubs) de se féliciter de ce choix: car Noir ou Blanc, pour Stephen King, ce personnage reste toujours le personnage, proche du Clint Eastwood du «Le Bon, la Brute et le Truand» de Sergio Leone qui lui a inspiré ce petit projet... qui deviendra titanesque. Une vision et comparaison contemporaines toutes personnelles dont je vous laisserai seuls juges...
Malgré cette haute trahison et d'autres, plus ou moins choquantes, selon votre niveau de connaissance et d'acceptation des romans (refonte chronologique de la trame, absence du couple Dean -le ka-mai Eddie, ancien héroïnomane venu de la Terre-Clef comme Jake, et son épouse schizophrène Susannah- qui pourrait apparaître dans une potentielle suite, ou que l'Homme en Noir -magnifiquement incarné par le vil séducteur et séduisant Matthew McConaughey, qui semble s'amuser et s'éclater, éclipsant Idris Elba, investi dans ce rôle de méchant- ne soit pas le fidèle Randall Flagg, apparitions maléfiques de nombreux romans), ou parce que le scénario a su intelligemment couper dans des pages et des pages et réduire et sélectionner plusieurs tomes d'une oeuvre lourde à digérer, non sans garder de nombreux «easter eggs» références au foisonnant univers sur papier chers aux passionnés lecteurs, cette «Tour Sombre» de Nikolaj Arcel sait préserver ldes éléments essentiels de l'oeuvre fantastique de l'écrivain le plus célèbre du Maine: l'enfance (et ici le re-construction d'un pré-adolescent d'onze ans qu'un deuil plonge dans une certaine solitude et enferme dans son propre monde) et la confrontation entre le Bien et le Mal! La morale est sauve.

Maintenant, en ce qui concerne, la réalisation du primé réalisateur de «Royal Affair» (film historique et dramatique, succès public et international de 2012), ce premier film hollywoodien -qui flirte à la fois avec les films post-apocalyptique, western et fantastique- ne faisant que concrétiser les rêves et confirmer l'envie d'un enfant -ayant découvert le cinéma avec des films comme «Star Wars» et «E.T.»- de se lancer à corps et à cris dans ce monde de fantaisie et de divertissement, oscille, malheureusement, entre de superbes moments et du déjà-vu, sans saveurs et loin d'être novateur.
Sans chercher à imaginer où auraient pu emmener cette adaptation des filmmakers hollywoodiens comme Abrams ou Howard, cette version débute magnifiquement bien (très bonne idée de commencer ainsi le récit, mise en place rapide, flashbacks constructifs) pour se faire un peu plus académique voire peu innovante, donc.
Le duel final entre un cow-boy et ce magicien pompant allégrement «Matrix», abusant trop de ces ralentis plus que d'effets bullet time que tous les réalisateurs semblent vouloir citer pour décrire des échanges de balles désormais.
Mais, tout cela gâche à peine le plaisir de se plonger dans cette aventure.

Jouissant d'un «modeste» budget de 60 millions de dollars (quasiment le double du «Ca» d'Andres Muschietti), en comparaison des budgets bien supérieurs des grosses machineries hollywoodiennes inondant ponctuellement nos écrans, cette «Tour Sombre» d'Arcel reste un honnête film fantastique de bonne facture... qui avait de quoi faire concurrence à ces énièmes sequels de sagas trainant sur des générations lors de sa sortie estivale en salles.
C'était sans compter sur des campagnes négatives de gardiens du temple se disant fans.
A vous désormais de vous faire une idée...

Jake, pion dans la relation tendue entre sa veuve de mère, Laurie, et ce beau-père, Lon, Jake, soi-disant pion dans le mortel et éternel jeu de chat et de la souris entre notre Dernier Pistolero plus si héroïque que ça (rongé par un esprit vindicatif bien loin de ces principes que lui ont inculqué et légué les siens, détruit par les derniers meurtres de son sombre adversaire) et le Mal qu'incarne cet Homme en Noir (qui affirme que ce puissant enfant n'est venu à lui que pour assouvir son funeste destin et accomplir les terribles projets destructeurs de cet Homme), Jake, déchiré entre ces deux mondes, cette Terre-Clef, que nous connaissons tous pour y vivre notre quotidien dépourvu de fantastique et le rechercher ailleurs, et cet Entre-Deux-Mondes, qui n'est pas vraiment le nôtre mais qui y ressemble avec les vestiges d'un passé culturel et fantasmagorique et dans lequel l'héroïsme et la croyance subsistent dans le coeur des hommes, Jake, en quête d'une famille ressuscitée et du retour d'un père qui lui manque que trop, saura vous entrainer dans ce très beau récit initiatique... et forcément fantastique, qui mérite largement une seconde chance désormais disponible à la vente depuis ce 13 décembre 2017.



Définition
Couleurs
Compression
   
Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
Format Cinéma 2.35:1
   
   

Western (ou presque) oblige, le traditionnel cinémascope (2.39:1) projeté dans vos salles de cinéma se retrouve magnifiquement transposé sur ce support Haute Définition dans un cinémascope 35 mm anamorphosé (2.35:1) qui, en 1920 x 1080p, vous permet de retrouver, entre autres, les vastes paysages de l'Entre-Deux-Mondes, confirmant le superbe travail de directeur de la photographie du Danois Rasmus Videbaek collaborateur depuis son premier film «Kongekabale» (qui n'a rien à voir avec un congélateur mais veut dire «roi du jeu») en 2004, mais aussi d'apprécier en plein écran les superbes décors de Christopher Glass (storyboarder du somptueux «Dernier Samurai» et «Sahara» déjà avec Matthew McConaughey, sûrement resté sur le projet après l'implication de Ron Howard, puisque ayant travaillé sur les deux premiers Langdon) qui confirme ses vues artistiques de l'adaptation live du «Livre de la Jungle» et d'Oliver Scholl (ayant œuvré sur le récent «Spider-Man: Homecoming» de Sony et pouvant poursuivre ici ces concepts aliens et post-apo développés sur la méconnue série «Earth 2») et les costumes de Trish Summerville, qui confirme son talent depuis ses travaux pour la chanteuse Christina Aguilera et sa récente participation à «Hunger Games» et sa dystopie.


Langues  
Format  
Bonus  
Commentaires  
Spatialisation  
Dynamique  
Effets surround  
   
   
   
   
 
Langues Type Format Sous Titres Film Sous Titres Bonus Sous Tit. Comment. Spatial. Dynamiq. Surround
Allemand DTS HD Master Audio 5.1 Oui Non Non Bonne Bonne Bonne
Anglais DTS HD Master Audio 5.1 Oui Non Non Bonne Bonne Bonne
Français DTS HD Master Audio 5.1 Oui Oui Non Bonne Bonne Bonne
Russe Dolby Digital 5.1 Oui Non Non Bonne Bonne Bonne
Arabe Sous-Titrage Oui Non Non      
Danois Sous-Titrage Oui Non Non      
Finnois Sous-Titrage Oui Non Non      
Néérlandais Sous-Titrage Oui Non Non      
Norvégien Sous-Titrage Oui Non Non      
Suédois Sous-Titrage Oui Non Non      

Tentant de restituer les puissants derniers systèmes sonores (DTS-X et Auro 11.1) qui ont submergé vos oreilles dans les salles obscures, la piste française DTS-HD Master 5.1 (et son équivalent Allemand) de cette édition Haute Définition n'en reste pas moins puissante, ainsi que, si vous êtes anglophones ou des cinéphiles, -phages et autres dévédévores (et de Blu-ray aussi) pointilleux, équipés correctement, la piste originale Anglais Auro-3D, qui vous permet encore plus d'immersion avec une troisième couche verticale de son, la « Voix de Dieu », en comparaison aux deux couches du format Dolby Atmos -mais compatible DTS-HD Master 5.1 tout de même.
Des pistes Russe (Dolby Digital 5.1) et Ukrainienne (Dolby Digital 5.1) à votre grande surprise complétant l'offre et les choix proposés.


Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
   
Durée Bonus 53 min
Boitier Amaray
   
   
   
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
   Blu-Ray exclusif (Featurette)

Bonus 

Proposé différentes versions qui font l'impasse sur le DVD (d'offres un disque Blu-ray et copie Digital Ultra Violet offerte, édition SteelBook ou non, à des éditions double disques, dont les désormais inévitable 4K Ultra HD Blu-ray -en HDR- et Blu-ray, copie Digital Ultra Violet en plus), ce sera la version SteelBook limitée (Blu-ray + Blu-ray bonus exclusif et version Digital Ultra Violet) que votre serviteur a pu tester.

Vous pourrez trouver
-en commun à toutes ces éditions- les bonus suivants (tous sous-titrés en français), qui s’enchaîneront une fois votre visionnage du film terminé:
- 4 scènes coupées (06:22)
, dont la première («L'entrée de Walter», 00:54) enchaînée ainsi au générique de fin peut laisser croire à une scène post-générique confirmant que ce film pourrait très bien n'être que le premier d'une future série...
- La Dernière Fois (09:14) qui, au-delà de revenir sur les influences de Stephen King (et non Hawking comme le mentionne certains sites marchands proposant ce film à la vente) et l'amour que porte depuis son adolescence à ses écrits le réalisateur et scénariste Nikolaj Arcel, explique l'approche qu'on eut de cette histoire l'équipe créative, à travers des extraits du film (attention aux spoilers) et dessins de pré-production mais surtout l'aval de Stephen King himself en interview parallèle
- Stephen King : Inspirations, module de 4 minutes 25 pouvant faire doublon avec le précédent («La Dernière Fois») puisque encore une fois Stephen King revient sur poème de Robert Browinng, «Le chevalier Roland s'en vint à la Tour noire», et le personnage de l'Homme sans nom incarné par Clint Eastwood, qui, avec JRR Tolkien, l'ont inspiré en 1970 (à l'âge de 22 ans) pour se lancer dans cette écriture, importante pour lui, et Nikolaj Arcel de déclamer son amour pour ce cycle... qu'il a commencé à lire alors qu'il ne parlait pas parfaitement anglais.
- Coup d’œil par le trou de la serrure (03:42), composé des bonus (que vous pourrez lire en continu ou séparément) :
- Et le Pistolero le poursuivait: les premières phrases du roman fondateur, «Le Pistolero» édité en 1982, «L'homme en noir fuyait à travers le désert, et le pistolero le poursuivait...» sont ici présentées (et lues et agrémentées d'images et de scènes du film) en bonus de 95 secondes
- D'autres mondes que celui-là, autre extrait du cycle revenant sur l'idée des limites de l'univers (du créateur ? King?) vues comme une coquille d’œuf, etc, durant 98 secondes (illustrées d'extraits du film)
- Les principes du Pistolero (00:37) ou cette prière que Roland n'a pas répété depuis des années: «Je ne vise pas avec ma main (...)» mis en image comme le reste avec des stock-shots du film.
et un
bêtisier de 2 minutes 50 des plus classiques (avec des fous-rires, oublis de texte, incidents, gags mais aussi faute de frappes dans les sous-titres français).

Disponibles dans la sélection des bonus, vous pourrez regarder:

-
Le Pistolero en action (08:29) qui revient, à travers les interviews de son interprète, Idris Elba, du réalisateur, et de Grant Hulley, coordinateur des cascades, sur le coté actionner mais authentique de ce film fantastique qui mélange et s'inspire de différents genres à l'instar du matériel initial: devant créer des obstacles à cet héros qui n'a qu'à simplement tirer sur ses ennemis, tout en modifiant à bon escient le scénario et le roman. Le tout appuyé par des extraits des making-of de la scène de l'attaque du village Manni et du QG, le Dixie Pig, des Tahines, serviteurs fidèles de Walter.
- L'Homme en Noir (08:22) qui revient, lui, à travers les interviews de son interprète, Matthew McConaughey (superbe encore une fois dans ce rôle inhabituel), du réalisateur, d'Akiva Goldsman, producteur et scénariste, de Stephen King et d'autres sur la nature du Mal, qui est cet Homme (en Noir) et pourquoi Matthew McConaughey préférait ce rôle, comment il s'y est impliqué et ce qu'il y apporté...
- Le Monde a changé (07:02), qui s'attarde, à grands renforts de dessins de pré-production et avec l'aide de Christopher Glass, chef décorateur faisant preuve de talents, sur ce qu'est cet Entre-Deux-Mondes post-apocalyptique dont est originaire Roland et le Dixie Pig, lien entre ce monde parallèle et le nôtre, reproductions les plus fidèles des moindres détails des romans de Stephen King. Des images du making-of sud-africain démontrant le travail minutieux (jusqu'au Ka-mandala de l'église de Manni) des équipes artistiques pour à peine quelques secondes ou plans à l'écran...
Et
films-annonces (02:11) qui bien qu'au pluriel ne propose, en fait, que la et une seule bande-annonce... du nouveau «Spider-Man: Homecoming» de Sony (boulotté par Marvel) désormais disponible en Blu-ray et DVD, que vous avez pu retrouver et découvrir en insérant votre disque dans votre lecteur.

Le Blu-ray
de bonus exclusif (toujours en VOST), intitulé « Roland de Gilead, le dernier Pistolero », se focalise, durant 20 minutes (et 08 secondes), sur cette autre version cinématographique qu'est ce Chevalier Roland d'Eld et non plus le Pistolero des romans: un fantôme désirant seulement se venger et non plus rechercher et protéger la Tour Sombre, qui va petit à petit ressusciter et retrouver ses étonnants réflexes de Pistolero.
Idris Elba, Nikolaj Arcel, Anders-Thomas Jensen, Stephen King mais aussi la costumière
Trish Summerville et les armuriers du film expliquant comment leurs collaborations ont donné naissance à ce nouvel héros.