Donnez votre avis!
Images du film
Images des bonus

Barbara

Catégorie Cinéma
Genre Biopic
Pays FR
Date de sortie 31/01/2018
Réalisateur Mathieu Amalric
Avec Jeanne Balibar, Mathieu Amalric, Vincent Peirani, Aurore Clément, Grégoire Colin
Format Blu-Ray
Boitier Amaray
Producteurs Patrick Godeau
Scénaristes Mathieu Amalric et Philippe Di Folco
Compositeur Barbara

Critique de Emmanuel Galais
Editeur Gaumont
Edition Standard
Label  
Zone / Région 2
Durée Film 97 min
Support
   
   

Une actrice va jouer Barbara, le tournage va commencer bientôt. Elle travaille son personnage, la voix, les chansons, les partitions, les gestes, le tricot, les scènes à apprendre, ça va, ça avance, ça grandit, ça l'envahit même. Le réalisateur aussi travaille, par ses rencontres, par les archives, la musique, il se laisse submerger, envahir comme elle, par elle.

Pour rendre hommage à un artiste disparu, il y a bien des possibilités, mais on se tourne le plus souvent vers la biographie qui, bien des années après la mort de l’artiste, vient apporter un regard différent et mettre en lumière toutes les nuances d’une personnalité plus complexe que son œuvre ne le laissait supposer. Baignés par la lumière, les artistes façonnent leurs images, et même les biographies autorisées ou non qui peuvent foisonner autour des célébrités, ne viennent pas forcément apporter toute la justice nécessaire à ces personnalités hors norme. Et malheureusement, la biographie a tendance à répondre à un schéma de narration qui consiste à reprendre sa vie en démarrant de la naissance et en finissant par la mort. Et même si ces biopics ont su trouver un angle de narration intéressant, force est de constater que l’on ne peut que réprouver une certaine frustration de n’avoir pas eu toute la matière nécessaire pour satisfaire un subtil mélange entre l’image que nous avions de l’artiste à travers son œuvre et ce qui nous touchait autant que l’envers du décor.

Alors forcément parler de « Barbara », l’une des chanteuses les plus iconiques du XXème siècle, qui a su, par sa présence et à travers de textes sensibles et profonds marquer plusieurs générations de fans et d’artistes, il pouvait y avoir une évidente inquiétude que sa mémoire ne soit pas souillée par une biographie trop ou pas assez condescendante. Car Barbara c’était une chanteuse hors norme, qui a su façonner une image épurée qui ne laissait finalement passer que son œuvre. Et l’impact de sa présence à Précy sur Marne, qui ressemble à un pèlerinage pour des fans orphelins depuis la disparition de la chanteuse en 1997, ou encore des salles mythiques dans lesquelles elle s’est produite et plus simplement de son œuvre portée comme une référence ultime de la finesse d’écriture à la vision épurée de sa musique, semblait rendre l’entreprise bien ardue.

Mais Mathieu Amalric (Tournée) n’est pas un réalisateur comme les autres ! C'est avant tout un fan assumé de la chanteuse, un des ces amateurs qui a su explorer l’œuvre de l’artiste et la vivre au plus profond pour mieux en garder le nectar. Et en bon admirateur qui se respecte, il lui était inconcevable de réaliser un film qui ne serait qu’une lecture linéaire de l’existence de Barbara. Pour écrire son scénario, le réalisateur s’est inspiré du livre de Jacques Tournier : « Barbara ou les parenthèses » paru en 1968 et du documentaire de Gérard Vergez, réalisé durant la tournée de 1972, dans lequel on peut voir la chanteuse, parler, chanter et divaguer. Ces deux supports permettent à Mathieu Amalric de tisser un portrait de la star tout en nuance et en respect, qui colle parfaitement, comme un écrin, à l’image que l’on a envie de voir de la star décédée en 1997. Avec une idée redoutablement efficace, le réalisateur a ainsi décider de raconter l’histoire d’un réalisateur et de son actrice qui tournent un film sur Barbara et se laisse envahir par l’aura de l’artiste. Fascinant de bout en bout, le film impose aux néophytes, sans pour autant les brusquer de pénétrer l’œuvre d’une chanteuse hors norme, aussi contradictoire que désordonnée, mais à l’écriture sensuelle et puissante masquée par une voluptuosité fascinante.

Et pour incarner sa fausse Barbara, Mathieu Amalric a fait appel à Jeanne Balibar, qui, en plus de lui traiter ses traits, lui donne toute la nuance et en même temps la puissance dans ses douces colères comme dans ses délires verbaux qui contrastent avec la fourmilière qui l’entoure. Une star habitée et envoûtante qui ne laisse rien au hasard, qui s’efface derrière son œuvre pour mieux en contenir la lumière.

En conclusion « Barbara » de Mathieu Amalric est un film fascinant sur une artiste envoûtante, qui vient redistribuer les codes narratifs du biopic, pour mieux en apporter toute la puissance et toute la nuance nécessaire à la compréhension de l’œuvre de Barbara. Un scénario précis et inventif qui permet aux fans et aux néophytes de mieux pénétrer l’œuvre de l’artiste.


Définition
Couleurs
Compression
   
Format Vidéo HD 1080p
Format Cinéma 2.35:1
   
   

Dans l’ensemble l’image est de bonne tenue avec des couleurs bien pesées et des contrastes qui donnent une véritable profondeur à l’ensemble. Les décors sont parfaitement bien travaillés pour nous plonger dans ce biopic au visuel très stylisé où le grain s’invite dans la mise en scène pour mieux métisser les images et ainsi prolonger l’idée d’un vrai faux biopic. Tout est parfaitement dosé et les contrastes offrent une belle profondeur à l’ensemble. Le support donne tout son volume au film.

Langues  
Format  
Bonus  
Commentaires  
Spatialisation  
Dynamique  
Effets surround  
   
   
   
   
 
Langues Type Format Sous Titres Film Sous Titres Bonus Sous Tit. Comment. Spatial. Dynamiq. Surround
Français DTS HD Master Audio 5.1 Oui Oui Non Bonne Bonne Bonne

La piste DTS-HD Master Audio 5.1 se révèle d’une grande précision et permet au film d’appuyer encore un peu plus son ambiance particulière. La musique de Barbara se révèle encore plus hypnotique qu’auparavant. La voix est magnifiée par une répartition subtile qui vient rendre justice à l’œuvre de l’artiste. Heureusement, le réalisateur a eu l’idée de mettre en lumière des chansons moins connues de la chanteuse tout en faisant de petits clins d’œil aux succès tels que « l’Aigle Noir » ou « Gottingen ». Jamais dans l’excès, la piste sonore est parfaitement bien harmonisée pour que les dialogues ne soient pas effacés par la musique.

Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
   
Durée Bonus 2 min
Boitier Amaray
   
   
   
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
  

Bonus 

Juste la bande annonce !!!