Donnez votre avis!
Images du film
Images des bonus

Maryline

Catégorie Cinéma
Genre Drame
Pays FR
Date de sortie 21/03/2018
Réalisateur Guillaume Gallienne
Avec Adeline D'Hermy, Vanessa Paradis, Alice Pol, Eric Ruf, Xavier Beauvois
Format Blu-Ray
Boitier Amaray
Producteurs Cyril Colbeau-Justin, Jean-Baptiste Dupont, Sidonie Dumas et Guillaume Gallienne
Scénaristes Guillaume Gallienne
Compositeur Divers

Critique de Emmanuel Galais
Editeur Gaumont
Edition Standard
Label  
Zone / Région 2
Durée Film 117 min
Support
   
   

Maryline a grandi dans un petit village. Ses parents ne recevaient jamais personne et vivaient les volets clos. À 20 ans, elle "monte à Paris" pour devenir comédienne. Mais, elle n'a pas les mots pour se défendre. Elle est confrontée à tout ce que ce métier et le monde peuvent avoir d'humiliant mais aussi de bienveillant. C'est l'histoire d'une femme, d'une femme modeste, d'une blessure.

Guillaume Gallienne avait pris tout le monde à contre-pied avec l’adaptation de son spectacle « les Garçons et Guillaume à table », dans lequel il expliquait au public comment il avait du lutter toute sa vie pour faire entendre à sa famille qu’il n’était pas homosexuel. Avec « Maryline », le réalisateur s’intéresse à cette dure loi du cinéma qui broie aussi facilement les être sensible qu’elle les rend célèbres. Une histoire maintes fois reprises et particulièrement dans les biopics qui décrivent les dessous de destins devenus célèbres et adulés.

Comme à son habitude, l’acteur réalisateur prend tout le monde à revers puisqu’il décide de parler d’une actrice inconnue qui tente de faire son petit bonhomme de chemin dans une industrie ou plus que l’apparence, c’est la capacité à encaisser les coups qui prédomine. Une histoire qui lui a été inspirée par le récit d’une actrice que le réalisateur avait rencontré, il y a une quinzaine d’année et qui avait particulièrement marqué le comédien. Il le dit lui-même : « J’avais déjà proposé l’histoire de Maryline à mes producteurs avant « Les Garçons et Guillaume à Table ». Et ce qui marque, avant tout dans l’histoire que nous décrit le réalisateur c’est ce manque de lumière, une absence de paillette qui pousse le spectateur à mieux voir ce monde sous l’angle plus nuancé de la vraie vie, de la simple vie.

Et, pour cela, alors que le cinéma ou le théâtre porte le verbe haut, « Maryline », elle, ne manie pas la langue comme elle voudrait, elle ne parvient pas à s’imposer face à des réalisateurs indélicats et caractériels qui la poussent à l’humiliation. La jeune fille plonge doucement dans un refuge nauséabond qui va la faire se perdre et se perdre encore à mesure que les bonheurs et les déconvenues se succéderont. Une histoire, finalement, assez banale où les rêves se transforment en une dure réalité pleine de nuances, qui vient marquer les être qu’ils soient combatifs ou non. Ici l’héroïne ne lâche rien de ce qu’elle veut et même si son bonheur est bien fragile et peut se rompre à chaque instant, elle tient à son ambition pour ne pas retourner ans ce qu’elle a fui.

Et si le scénario est éminemment impeccable, la mise en scène et les choix de narration ne sont pas forcément du goût de tout le monde. Notamment, parce que le montage peut parfois décontenancer le spectateur qui voit devant lui se mélanger, la réalité et la fiction, sans grande transition marquée, bien au contraire, si l’on excepte la fin. Du coup, il apparaît difficile pour le spectateur dans les premières minutes du film, de se repérer dans la narration, et alors qu’il parvient à se sentir en confiance dans l’intrigue, les cartes se mélangent à nouveau, et finissent pas lasser quelque peu le spectateur.

Côté distribution, l’actrice et sociétaire de l’académie française, à l’instar du réalisateur, Adeline D’Hermy (Camille Redouble) impose une rigueur tout académique à la composition de son personnage à la fois tendre, naïve et lunaire qui s’oppose avec les dérives d’une personnalité accro à l’alcool et qui se perd d’une telle addiction. Avec une subtilité et une force évidente, l’actrice porte le film à bout de bas et lui apporte toute cette folie et cette tendresse qui la rende encore plus touchante.

En conclusion, « Maryline », le nouveau long métrage de Guillaume Gallienne est une œuvre qui plonge le spectateur sans fard ni paillette dans les coulisses de comédiens faits d’espoirs et de désillusions, de bonheurs et d’addictions en tout genre qui rendent ce métier tout autant attractif qu’inquiétant. Un seul regret pourtant, une mise en scène décousue qui veut jouer la carte de la déstructuration où se mêlent la réalité et la fiction, la vie et l’œuvre qui s’en inspire. Mais à trop vouloir en faire, le réalisateur à tendance à perdre son auditoire.


Définition
Couleurs
Compression
   
Format Vidéo HD 1080p
Format Cinéma 2.35:1
   
   

Le réalisateur a choisi un éclairage qui puisse mettre en valeur autant les acteurs que les environnements qui les entourent. Pour cela le chef opérateur a su mettre en valeur toutes les nuances nécessaires, que ce soit pour donner une ambiance volontairement plus sombre et parfois avec un manque de clarté assumé qui appuie ce besoin de plonger le spectateur dans la réalité. Il est d’ailleurs amusant de voir que les scènes les plus lumineuses sont celles où l’actrice se retrouve en famille. Famille qu’elle considère comme toxique. Les couleurs sont parfaitement bien dosées. Les ambiances sont superbement retranscrites et le support se révèle à la hauteur de ce travail soigné. Les contrastes donnent un volume et une profondeur à l’image à la hauteur de l’ensemble.

Langues  
Format  
Bonus  
Commentaires  
Spatialisation  
Dynamique  
Effets surround  
   
   
   
   
 
Langues Type Format Sous Titres Film Sous Titres Bonus Sous Tit. Comment. Spatial. Dynamiq. Surround
Français DTS HD Master Audio 5.1 Oui Oui Non Bonne Bonne Bonne

La piste DTS-HD Master Audio 5.1 se révèle d’une grande précision et met parfaitement en valeur les ambiances et les dialogues du film. Jamais dans l’excès, la piste sonore est parfaitement bien harmonisée pour que les dialogues ne soient pas effacés par la musique qui parvient à se faire suffisamment discrète pour être oubliée ou plus forte pour susciter le malaise ou la dérive de l’héroïne. 

Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
   
Durée Bonus 15 min
Boitier Amaray
   
   
   
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
  

Bonus 

Des scènes coupées commentées par le réalisateur.