Donnez votre avis!
Images du film
Images des bonus

Hana-Bi

Catégorie Cinéma
Genre Drame
Pays Japo
Date de sortie 06/06/2018
Réalisateur Takeshi Kitano
Avec Takeshi Kitano, Tetsu Watanabe, Kayoko Kishimoto, Susumu Terajima
Format Blu-Ray
Boitier Amaray
Producteurs Yasushi Tsuge, Takio Yoshida et Masyuki Mori
Scénaristes Takeshi Kitano
Compositeur Joe Hisaishi

Critique de Emmanuel Galais
Editeur M6 vidéo
Edition Standard
Label  
Zone / Région 2
Durée Film 113 min
Support
   
   

Nishi est policier. Son épouse est atteinte d’un cancer en phase terminale. Suite à une fusillade, son partenaire Horibe devient paraplégique et un autre de ses collègues est tué. Nishi démissionne alors afin de commettre un casse pour rembourser d’importantes dettes contractées auprès des yakuzas et, finalement, chercher un sens à sa vie…

Chef de file de la nouvelle vague Japonaise, Takeshi Kitano est aujourd’hui l’un des réalisateurs les plus importants de la scène cinématographique mondiale et aura, dès le début de sa carrière, touché à tous les genres : de la comédie romantique aux polars intenses et musclés, mais toujours avec une très grande profondeur dans ses personnages qui les rendent à la fois intriguant et attachant. Comme Kikujiro dans « L’été de Kikujiro », qui apparait comme un vieil homme lunaire facilement embarqué par le petit Masao, mais qui cache tout de même un parcours de Yakusa. Minimaliste et sans esbroufe, mais avec une mise en scène tout de même soignée, Takeshi Kitano nous embarque dans une histoire aux antipodes de ce qui a fait sa réputation.

Connu pour son style pince sans rire et comédien cantonné dans les rôles de gangster, Takeshi Kitano s’est imposé, au fil d’une filmographie inspirée, comme la référence du cinéma Japonais. Avec « Hana-Bi » il pousse encore plus le mélange des genres toujours avec un sens inné de la narration et un gout pour les plans plus soigné et les rythmes moins hystérique, comme cela est souvent le cas dans le cinéma voisin (Honk-Kongais) celui de John Woo par exemple. Avec « Hana-Bi », Kitano mélange les genres celui du cinéma de gangster japonais et une œuvre plus méditative comme dans l’univers de Hou Hsia O-Hsien (Les Garçons de Fengkuei). Le réalisateur film ici une œuvre hybride, avec des gags et des situations qui ne sont pas sans faire penser à Jacques Tati, une construction multiple qui laisse le spectateur recoller les morceaux.

Kitano, consciemment, avec pudeur se livre et offre au spectateur une œuvre poétique magnifique qui l’ont fait entrer dans le panthéon des grands réalisateurs Nippons. La mort y est omniprésente mais présentée sous toutes ses formes :  Violentes à travers les fusillades, obsessionnelles avec le cancer de la femme du héros, et intérieur dans l’écriture du scénario que le réalisateur a sorti après un grave accident de moto. Pourtant, le film ne souffre pas d’un patho trop pesant, bien au contraire, il parvient avec subtilité à entremêler les genres et à laisser parler la beauté de la vie à travers des couleurs, comme celle des cerfs-volants par exemple, ou simplement par des paysages stupéfiant de beauté qui enivre.

Côté distribution, celui qui avoue volontiers avoir eu un problème de reconnaissance, sait parfaitement trouver le ton juste pour pouvoir offrir toutes les nuances possibles à son personnage, entre froideur morbide du Yakuzas et silence ironique d’un personnage hors du temps. Face à lui Kayoko Kishimoto (L’été de Kikujiro) si elle n’en demeure pas moins l’atout charme du film elle en devient surtout la contre balance d’une œuvre hybride qui se laisse porter par le jeu des acteurs et les qualités de son metteur en scène.

Et pour finir l’éditeur nous permet de découvrir une nouvelle fois « Hana-Bi». Une œuvre remarquable de Takeshi Kitano, à la sensibilité palpable tout autant que l’humour décalé qui ressort de la violence de son personnage principal. La mise en scène est tout aussi sobre que précise et la composition d’une justesse remarquable.


Définition
Couleurs
Compression
   
Format Vidéo HD 1080p
Format Cinéma 2.35:1
   
   

Le film a bénéficié d’une restauration minutieuse et précise, qui permet aux images du réalisateur de pouvoir retrouver un nouvel éclat. Du coup le travail minutieux et précis de son chef opérateur Hidéo Yamamoto (Ring 2), les plans choisit par le réalisateur ressortent avec plus de brillance et de précision.

Langues  
Format  
Bonus  
Commentaires  
Spatialisation  
Dynamique  
Effets surround  
   
   
   
   
 
Langues Type Format Sous Titres Film Sous Titres Bonus Sous Tit. Comment. Spatial. Dynamiq. Surround
Français DTS HD Master Audio 2.0 Oui Oui Non Bonne Bonne Bonne
Japonais DTS HD Master Audio 2.0 Oui Oui Non Bonne Bonne Bonne

Le film est disponible en DTS-HD Master Audio 2.0, en VO comme en VF qui ne manque pourtant pas d’intérêt, même si effectivement cela ne permet pas une plongée plus précise dans la beauté renversante de ce film capital dans la carrière de l’acteur. Pourtant l’ensemble reste suffisamment bien restauré pour que le film retrouve une nouvelle splendeur et que le public puisse profiter du film dans les meilleures conditions.

Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
   
Durée Bonus 60 min
Boitier Amaray
   
   
   
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
  

Bonus 

Côté Bonus, un making of toujours saisissant, qui nous permet une plongée quasiment sans commentaire et avec peu d’interview mais beaucoup de séances de tournage qui montre le maitre mais également l’équipe au travail, que ce soit dans les bons moments comme les mauvais.