Donnez votre avis!
Images du film
Images des bonus

Nous Les Gosses

Catégorie Cinéma
Genre Comédie
Pays FR
Date de sortie 09/11/2018
Réalisateur Louis Daquin
Avec Louise Carletti, Raymond Bussières, Gilbert Gil, Pierre Larquey
Format Blu-Ray
Boitier Amaray
Producteurs Adrien Remaugé
Scénaristes Marcel Aymé, Gaston Modot et Maurice Hilero
Compositeur Marius-François Gaillard

Critique de Emmanuel Galais
Editeur Fox pathé europa
Edition Standard
Label  
Zone / Région 2
Durée Film 90 min
Support
   
   

Un élève d'une école primaire brise par accident la grande verrière de son école. C'est alors un véritable élan de solidarité qui se manifeste au cours de la récréation : tous ses camarades décident de le soutenir en travaillant pendant les vacances d'été afin de payer la reconstruction. Ainsi, c'est un véritable petit trésor qu'ils arrivent à constituer. Mais un voyou du coin s'empare de leurs économies. C'est l'occasion pour ces jeunes bambins de mener leur première enquête en tentant de récupérer leurs gains...

Louis Daquin (Madame et le Mort) est un réalisateur à part dans l’univers de la cinématographie français de la période trouble de la seconde guerre mondiale. Réalisateur et acteur à ses moments perdus, comme dans « Paris Brûle-t-il ? » de René Clément en 1966, Il fut l’un des seuls à continuer de tourner pendant l’occupation. Injustement oublié, parfois calomnié de collaborateur, il ne tourna pourtant jamais pour « la Continental », société cinématographique créée par Joseph Goebels et destinée à la propagande nazie. Alors que certains vont se laisser aller, à tort ou à raison, à réaliser des films sous l’égide de la sombre compagnie, comme Henri Georges Clouzot, Maurice Tourneur ou Christian-Jacques, Louis Daquin restera fidèle à es convictions et réalisera des films pour Pathé. D’un style résolument optimiste et bavard, Daquin en profite pourtant pour livrer certains messages de cohésion de groupe, d’unité, et de résistance face à l’adversité. 

« Nous les Gosses », est d’une certaine manière l’un de ces exemples. D’une certaine manière, en réalisant une œuvre un peu naïve, Daquin adapte une histoire de Marcel Aymé dans laquelle un enfant brise la verrière de son école et se voit condamner à la repayer. Ses camarades, sachant que ses parents n’ont pas les moyens de payer une telle somme, vont se mobiliser pour trouver l’argent. Seulement, une fois la cagnotte atteinte, un sombre personnage va leur voler et tout le monde se retrouvera plongé dans une enquête pour découvrir le coupable. Avec une fraîcheur évidente, qui dénote de la société ambiante, nous pouvons aisément lire entre les lignes un message de solidarité et de cohésion pour une société divisée en deux camps.

Si le film n’est pas un chef d’œuvre reconnu, comme a pu l’être le film d’Yves Robert : « La Guerre des Boutons » en 1962, il n’en demeure pas moins un film réussit qui redonne le sourire et se regarde sans grande difficulté. La mise en scène est soignée et souvent inventive, comme la scène d’ouverture où les enfants s’amusent à l’attaque de diligence. Il est d’ailleurs important de noter une exception, qui peut se voir également comme un acte de résistance dans une France rongée par son antisémitisme et son racisme absurde, la présence d’une petite fille noire à l’écran. Jouant continuellement sur les luttes de classe, ou sur cette cassure évidente entre le monde des adultes et celui des enfants, Louis Daquin livre une œuvre simple mais remarquable. 

Finalement, personnage centrale du film, Raymond Buissière (L’Aile ou la cuisse) campe un personnage trouble et mesquin qui ne recule devant aucune bassesse pour arriver à ses fins avec une subtilité et une justesse évidente. Le comédien, lui aussi oublié de la mémoire collective après une carrière de seconds rôles particulièrement fournie, se retrouve finalement à être celui qui capte toute l’attention et se retrouve le plus nuancé de tous. Face à lui une ribambelle de gamins tous plus justes les uns que les autres avec une réelle fraîcheur de ton qui donne toute sa saveur au film. 

En conclusion, « Nous Les Gosses » est un film qui sort du cadre de la production française de l’époque par un ton résolument positif qui s’éloigne radicalement de la propagande sous-jacente de l’inévitable « Continental ». Ici le réalisateur entraîne le spectateur dans une intrigue à hauteur de gamins qui se mobilisent pour aider l’un des leurs, puis pour retrouver l’argent qui leur a été volé. Un film à la mise en scène soignée et à la réflexion subtile sur les valeurs d’une société qui semble en manquer terriblement à l’époque.


Définition
Couleurs
Compression
   
Format Vidéo HD 1080p
Format Cinéma 1.85:1
   
   

Le travail de restauration est absolument remarquable avec un noir et blanc particulièrement bien dosé, qui donne un nouveau relief. Le film est débarrassé de ses défauts et nous donne ainsi un film touchant, et des environnements qui gagnent en nuances. Le support est de toute façon remarquable de précision et donne ainsi au film une nouvelle jeunesse qui mérite de s’y arrêter.

Langues  
Format  
Bonus  
Commentaires  
Spatialisation  
Dynamique  
Effets surround  
   
   
   
   
 
Langues Type Format Sous Titres Film Sous Titres Bonus Sous Tit. Comment. Spatial. Dynamiq. Surround
Français DTS HD Master Audio 2.0 Oui Oui Non Bonne Bonne Bonne

La piste DTS-HD Master Mono ne masque pas le passage du temps, mais se révèle d’une grande précision et met parfaitement en valeur les dialogues et les effets sonores. Jamais dans l’excès, la piste Audio est parfaitement bien harmonisée pour que les dialogues ne soient pas effacés par la musique qui parvient à se faire suffisamment discrète pour être oubliée.

Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
   
Durée Bonus 45 min
Boitier Amaray
   
   
   
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
  

Bonus 

Des Bonus toujours à la hauteur de Evènement dans les rééditions de Pathé Films. Ici l’éditeur nous propose, une analyse et une explication de texte par Thomas Baurez et Jonathan Broda qui nous permettent de mieux connaitre ce réalisateur et particulièrement son œuvre au milieu de cette période particulièrement trouble.

Puis trois actualités de l’époque tournant autour de l’école sous le régime de Vichy.