Donnez votre avis!
Images du film
Images des bonus

Darkest Minds : Rebellion

Catégorie Cinéma
Titre Original The Darkest Minds
Genre Science Fiction
Pays USA
Date de sortie 08/12/2018
Réalisateur Jennifer Yuh Nelson
Avec Amandla Stenberg, Harris Dickinson, Mya Cech, Bradley Whitford
Format Blu-Ray
Boitier Amaray
Producteurs Dan Levine et Shawn Levy
Scénaristes Chad Hodge
Compositeur Benjamin Wallfisch

Critique de Emmanuel Galais
Editeur Fox pathé europa
Edition Standard
Label  
Zone / Région 2
Durée Film 103 min
Support
   
   

Dans un futur proche, les adolescents ont été décimés par un virus inconnu. Les survivants, dotés de pouvoirs psychiques incontrôlables, sont classés par couleur en fonction du danger qu’ils représentent pour la société, et parqués dans des camps. Ruby, l’une des plus puissantes d’entre eux, parvient à s’en échapper pour rejoindre un groupe de jeunes en fuite à la recherche d’un refuge. Rapidement, cette nouvelle « famille » réalise que fuir ne suffira pas dans un monde où les adultes au pouvoir les ont trahis. Ils vont mener une rébellion, unissant leurs pouvoirs pour reprendre le contrôle de leur avenir.

Depuis les adaptations phénoménales de la saga « Harry Potter » et « Hunger Games » sans oublier celles moins reluisantes mais tout autant à succès de « Twilight », les studios cherchent une nouvelle source de revenu dans de nouvelles licences éventuelles. Cette fois ci c’est la trilogie best seller d’Alexandra Braken « Les Insoumis » qui fait l’objet d’un transfert sur grand écran. Une aventure qui doit se décliner en trilogie. Si le film fut un échec un peu partout dans le monde, peut-être à cause d’un essoufflement de l’engouement pour les adaptations de littérature dite « Young Adulte », elle ne manque toutefois pas d’intérêt.

Et même si le scénario ne fait pas forcément dans l’originalité, avec des enfants qui possèdent des pouvoirs qui font peurs aux adultes et du coup qui se retrouvent enfermés dans des camps de travaux forcés, classés par couleurs qui correspondent à leurs pouvoirs avec le Orange et le Rouge pour les plus dangereux, il est difficile de tirer à boulets rouges sur ce film qui ne va pas forcément révolutionner le genre mais parvient tout de même à tirer son épingle du jeu et se laisse regarder sans trop de difficulté. Car le scénariste Chad Hodge, qui a notamment officié sur la série « Wayward Pines » a su manœuvrer ses effets pour donner une couleur bien particulière à cette aventure d’adolescent fuyant une mort certaine. Il distille tout ses indices au grès d’une histoire qui peut se révéler beaucoup moins complexe qu’elle n’y parait. Pourtant il parvient à faire sortir un discours de tolérance et quelque peu politique, au regard de la société américaine actuelle.

Et le moins que l’on puisse dire c’est que la réalisatrice Jennifer Yuh Nelson, qui avait officié sur « Kung Fu Panda » a parfaitement compris l’essence même de l’œuvre de son auteur. La mise en scène oscille en permanence entre plans rigoureux, soignés, entre technologie poussée et nature presque minimaliste. Le monde où évoluent nos héros est partagée entre société High-tech et environnement post apocalyptique, avec des rues désertes, des magasins abandonnés et une coupure électrique généralisée. Comme dans la série « Handmaids Taie », la société Dystopique a cédé la place à celle que l’on connait actuellement et tout semble désert. Le rythme y reste soutenu et malgré quelques longueurs ou quelques incohérence, « Darkest Minds : Rebellion » ne manque pas d’intérêt.

Côté distribution, la jeune Amanda Stenberg (Hunger Games) se retrouve face à Harris Dickinson (Beach Rats) et les deux acteurs de former un duo étonnant, qui ne sonne pas toujours juste tant il subsiste un certain décalage entre le jeu un peu adulte du garçon et celui un plus adolescent de la jeune fille. Leurs personnages évoluent peu durant le film, oscillant entre sentiments douloureux, et tendresses amoureuses, entre violence pure et instinct de survie, il aurait été nécessaire de les rendre plus cohérent et de ne pas laisser un si grand décalage s’opérer entre eux. Les comédiens ne se laissent pas prendre au piège du trop de jeu pour masquer les faiblesses, ni à celui du minimalisme pour laisser parler l’aventure. Malgré cela ils parviennent à trouver la composition juste pour ne pas sombrer dans la caricature.

En conclusion, « Darkest Minds : Rebellion » est une adaptation du premier tome de la trilogie d’Alexandra Braken « Les Insoumis ». Si le film manque de régularité dans son déroulement et si les comédiens souffrent d’un décalage un peu trop marqué entre leurs personnages, le résultat ne s’avère pas si catastrophique que cela et aurait mérité, tout au moins, un succès d’estime. Le public en a décidé autrement, en le boudant dans les salles. Espérons qu’il se rattrapera en Blu-ray.


Définition
Couleurs
Compression
   
Format Vidéo HD 1080p
Format Cinéma 2.40:1
   
   

Du côté de l’image, rien à dire ! Le contrat est remplie et bien remplie, avec des couleurs brillante et des contrastes qui donnent une bonne profondeur à l’ensemble. Avec parfois quelques bonnes surprises, notamment les extérieurs avec des niveaux de couleurs intéressants et une lumière parfaitement mise en valeur par le transfert sur le support Blu-ray.

Langues  
Format  
Bonus  
Commentaires  
Spatialisation  
Dynamique  
Effets surround  
   
   
   
   
 
Langues Type Format Sous Titres Film Sous Titres Bonus Sous Tit. Comment. Spatial. Dynamiq. Surround
Anglais DTS HD Master Audio 7.1 Oui Oui Oui Bonne Bonne Bonne
Français DTS HD Master Audio 5.1 Oui Oui Oui Bonne Bonne Bonne

Une piste DTS-HD Master Audio 7.1, en VO, qui tient ses promesses, les ambiances sont reconstruites avec beaucoup de brillance. Le DTS-HD fait des merveilles avec une belle spatialisation, une dynamique parfaitement bien équilibrée et un Surround particulièrement remarquable qui donne un véritable volume au film. Dommage que la piste Française soit en 5.1, et donc moins précise.

Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
   
Durée Bonus 45 min
Boitier Amaray
   
   
   
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
  

Bonus 

Les Bonus font dans le juste ce qu’il faut de remplissage pour être appréciés. On commence par une explication animée d’une des scènes marquantes du film : « Remember : L’histoire autour du dernier baiser de Rudy et Liam ».

Un Focus sur Jennifer Yuh Nelson la réalisatrice qui signe là sa première réalisation Live. Elle avait auparavant réalisé le troisième volume des aventures de « Kung Fu Panda ».

Les portraits des personnages, une manière de mieux comprendre le décalage qui pouvait exister entre eux, par exemple.

Une comparaison Story-Board/ Grand Ecran.

Puis les commentaires audios et un bêtisier.