Donnez votre avis!
Images du film
Images des bonus

Future world

Catégorie Cinéma
Genre Science Fiction
Pays USA
Date de sortie 09/01/2019
Réalisateur James Franco
Avec Jeffrey Wahlberg, James Franco, Milla Jovovich, Lucy Liu, Snoop Dog
Format Blu-Ray
Boitier Amaray
Producteurs Dark Rabbit Productions
Scénaristes Bruce Thierry Cheung, Jay Davis, Jeremy Cheung et James Franco
Compositeur Divers

Critique de Emmanuel Galais
Editeur Universal
Edition Standard
Label  
Zone / Région 2
Durée Film 90 min
Support
   
   

Dans un monde post-apocalyptique où les ressources naturelles ont disparu depuis longtemps, le prince de l’Oasis, l’un des derniers havres de paix au monde, part à la quête d’un remède pour sa mère mourante. Il s’engage alors dans un périple à travers des étendues désertiques dans lequel il va devoir affronter le seigneur de la guerre et un baron de la drogue.

« Bien, bien, bien », voilà au bout de 10 minutes de visualisation de ce film futuriste qui surfe assez lamentablement, il faut bien le dire, sur les terres du « Mad max » de Georges Miller (Quand on n’a pas d’idée, on pompe les idées des autres !), ce que l'on pense laconiquement. Et plus le film avance, et plus nous sommes atterrés de voir à quel point un acteur et réalisateur talentueux tel que James Franco est capable du pire. Et dans ce film rien n’est réellement à garder tant, le film ressemble à tout ce qui a déjà été fait par le maître de la mise en scène post apocalyptique. Dans sa mise en scène James Franco (127 heures) semble avoir voulu rendre hommage à George Miller, mais ne fait que copier assez maladroitement son modèle. A l’instar de la scène d’ouverture, où l’on voit les motos arriver dans un nuage de poussière qui les masque.

Outre le fait que James Franco ne fasse pas d’étincelle dans ce film, alors qu’il a sut prouver qu’il était capable de faire bien mieux comme avec « The Disaster Artist » ou encore « As i Lay Dying », deux films dans lesquels il su faire preuve d’un véritable sens de la subtilité, de l’émotivité et de la sobriété. Ici, le réalisateur est assisté de Bruce Thierry Cheung (Les Insoumis), un directeur de la photo, également scénariste et donc, ici réalisateur au côté de son mentor. Le résultat est un désastre absolu, inintéressant, fade et l’utilisation des ralentis ne sert qu’à appuyer ce manque d’originalité qui court actuellement à Hollywood. Le ralenti est devenu la nouvelle arme de séduction massive, depuis que les Wachowski l'ont magnifié dans « Matrix », il semble qu’il ne soit plus possible de faire des films d’action sans y mettre un ralenti pour mieux appuyer la violence d’une scène. Il n’est peut-être pas injuste que de demander un peu d’originalité plutôt que de pomper de façon systématique ce que les autres ont fait des millions de fois et en bien mieux.

Car ici, en plus d’une mise en scène laborieuse, on se repose également sur un scénario inepte qui se retrouve également dans les « Mad Max » ou dans le « Waterworld » de Kevin Costner. Un monde où les ressources sont épuisées et où des hordes de méchants sanguinaires font régner la terreur dans les populations survivantes. Au milieu de tout cela, un jeune héros, a besoin de chercher un remède pour « Sa pauvre maman malade » et va devoir affronter toutes ces hordes pour s’en sortir. Voilà, nous avons fait le tour ! Si cela vous rappelle l’œuvre de Georges Miller, c’est tout le problème de ce « Future World ». Ah si, il y a quand même une originalité, le jeune « Prince » va aussi croiser la route d’un baron de la drogue.

Du coup : Mise en scène laborieuse, Scénario inintéressant, pour boucler la boucle, nous avons le droit à une distribution en adéquation. A commencer par James Franco, qui livre ici une composition proche du ridicule, également maladroitement pompée sur celle de Clancy Brown dans « Highlander », qui achève le spectateur, tant l’acteur se ridiculise. Face à lui Milla Jovovitch (Le Cinquième Elément), qui, depuis le film de Luc Besson, brille par une filmographie, si bas de plafond que l’on doit y vivre allongé. Héroïne de la série « Reisdent Evil », l’actrice brille par un jeu inexistant qui colle finalement assez bien à ce genre de production, inepte et sans intérêt. On termine avec la présence également au générique de Snoop Dog, et l’on imagine bine que nous n’allons pas naviguer dans les eaux de la finesse de jeu.

En conclusion, « Future World » est un film à fuir absolument de peur d’être contaminé par la bêtise de son scénario et la transparence de sa mise en scène.


Définition
Couleurs
Compression
   
Format Vidéo HD 1080p
Format Cinéma 2.35:1
   
   

« Future World » évolue dans un milieu fait de poussière et de contre jour, il est donc difficile de trouver le bon éclairage. C’est donc tout le travail du Directeur de la Photographie que de créer une atmosphère sombre et pesante dans cet univers post apocalyptique livré aux hordes de psychopathes en tout genre. Et de ce côté là, toujours sans véritable originalité, nous pouvons dire qu’il a réussi. Le résultat est là et le support retranscrit une image de grande qualité avec des sombres soignés et des couleurs parfaitement dosées

Langues  
Format  
Bonus  
Commentaires  
Spatialisation  
Dynamique  
Effets surround  
   
   
   
   
 
Langues Type Format Sous Titres Film Sous Titres Bonus Sous Tit. Comment. Spatial. Dynamiq. Surround
Anglais DTS HD Master Audio 5.1 Oui Non Non Bonne Bonne Bonne
Français DTS HD Master Audio 5.1 Oui Non Non Bonne Bonne Bonne

Primordiale dans « Future World », comme dans n’importe quel film de ce genre, l’environnement sonore se devait d’être particulièrement bien réparti. Et la piste DTS-HD Master Audio 5.1 se révèle d’une grande efficacité dans la mise en place des ambiances. Les effets sonores envahissent les différents canaux, avec beaucoup de précision et de dynamique. Et les dialogues ne manquent pas de volume pour ne pas se laisser envahir par les effets sonores qui fourmillement dans tout le film. La musique vient parfaitement habiller l’ensemble pour donner des transitions de grandes qualités.

Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
   
Durée Bonus 0 min
Boitier Amaray
   
   
   
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
  

Bonus 

Heureusement, pas de bonus !