Donnez votre avis!
Images du film
Images des bonus

Assassination nation

Catégorie Cinéma
Genre Thriller
Pays USA
Date de sortie 10/04/2019
Réalisateur Sam Levinson
Avec Odessa Young, SUki Waterhouse, Hari Nef, Abra ., Bella Thorne, Bill Skarsgård
Format Blu-Ray
Boitier Amaray
Producteurs Matthew J. Malek, Anita Gou, Kevin Turen, David S. Goyer, Aaron L. Guilbert et Manu Gargi
Scénaristes Sam Levinson
Compositeur Ian Hultquist

Critique de Emmanuel Galais
Editeur Universal
Edition Standard
Label  
Zone / Région 2
Durée Film 108 min
Support
   
   

Lily et ses trois meilleures amies, en terminale au lycée, évoluent dans un univers de selfies, d’emojis, de snapchats et de sextos. Mais lorsque Salem, la petite ville où elles vivent, se retrouve victime d’un piratage massif de données personnelles et que la vie privée de la moitié des habitants est faite publique, la communauté sombre dans le chaos. Lily est accusée d’être à l’origine du piratage et prise pour cible. Elle doit alors faire front avec ses camarades afin de survivre à une nuit sanglante et interminable.

Fils de l’immense Barry Levinson, réalisateur de « Rain Man » et « Good Morning Vietnam », Sam Levinson, n’en n’est pas moins un réalisateur de talent qui a su imposer sa signature, tant sur son premier film « An Another Happy Day », qui traitait des difficultés relationnelles au sein d’une même famille, que sur ce nouveau long métrage : « Assassination Notion » dont il a également signé le scénario. Cette fois-ci le réalisateur assume son côté polymorphe avec des inspirations aussi variées que Wong Kar Wai, Jean Luc Godard, John Carpenter ou encore Abel Gance, Billy Wilder et Vincente Minelli. Et puis, même s’il ne le dit pas ouvertement, il y a aussi du Kubrick notamment dans la scène d’ouverture avec l’enfant sur son tricycle, devenu le symbole d’un film sur une société proche de l’explosion.

Et c’est bien de cela que parle le film de Sam Levinson : Une société qui se perd dans ses contradictions, dont son envie d’imposer des règles plus restrictives tout en les bafouant à la moindre occasion. Nous pouvons évidemment y voir une sorte de pamphlet sur la société Américaine, puritaine, et intolérante sous influence Trumpienne. Et la mise en scène un peu « Foutraque » au départ se dessine plus précisément à mesure que le film avance et qu’il plonge les héroïnes dans une spirale destructrice dans laquelle Internet et les réseaux sociaux sont les nouvelles armes de Harcèlement et de destruction massive, puisque par le seul petit et infime mouvement de la main et du doigt, chaque personne derrière son ordinateur ou sur son portable, a la possibilité de détruire des vies sans imaginer un seul instant les ravages collatéraux. Il y a du Kubrick, évidemment, mais aussi du Tarantino, du Rodiguez dans les influences du réalisateur, qui ressortent de ce film avec une tension palpable, et une deuxième partie qui explose dans la violence. 

D’ailleurs dans sa construction, le film « Assassination Nation » fait également penser à « American Nightmare », mais cette fois-ci en version plus Survival, avec des citoyens décidés à « zigouiller » ces pauvres jeunes filles, qui n’ont d’autres tort que d’être en marge de cette société qui se veut, hypocritement puritaine et saine. Mais à la différence de « American Nightmare », le film de Sam Levinson ne fait pas dans la violence gratuite, il lui donne une forme, un fond et une consistance. D’ailleurs il suffit de voir la scène d’invasion de la maison des jeunes filles (réalisée, comme cela, faute de budget !!!) pour comprendre à quelle point le réalisateur a voulu soigner chaque plan, leur donner une puissance visuelle.

Alors si le début est un peu confus, le film se lance dans une intrigue, puissante, et tellement édifiante, qui montre bien à quel point notre monde change, avec encore plus de paradoxes et ce qui devait unir ou rapprocher les gens, finit par les éloigner encore plus. Sam Levinson propose sa vision d’une société qui veut croire en des valeurs qu’elle bafoue chaque fois, en se trouvant toujours des alibis plus propres et plus « Politiquement écoutable ». Une excellente surprise.


Définition
Couleurs
Compression
   
Format Vidéo HD 1080p
Format Cinéma 2.35:1
   
   

« Assassination Nation » bénéficie d’un transfert de grande qualité dans lequel les couleurs sont parfaitement dosées, et permettent d’appuyer une ambiance qui passe par tellement de styles et d’influences, impliquant des couleurs et des lumières compliquées à maintenir. Les contrastes sont suffisamment présents pour pouvoir donner plus de profondeur à l’image, et le grain est bien évidemment inexistant y compris dans les scènes de nuit comme toute la dernière partie du film, ce qui permet de profiter agréablement du film.

Langues  
Format  
Bonus  
Commentaires  
Spatialisation  
Dynamique  
Effets surround  
   
   
   
   
 
Langues Type Format Sous Titres Film Sous Titres Bonus Sous Tit. Comment. Spatial. Dynamiq. Surround
Anglais DTS HD Master Audio 5.1 Oui Oui Non Bonne Bonne Bonne
Français DTS HD Master Audio 5.1 Oui Oui Non Bonne Bonne Bonne

La piste DTS-HD Master Audio 5.1 se révèle d’en grande efficacité dans la mise en place des ambiances. La bande-son envahie les différents canaux, avec beaucoup de précision et de dynamique. Et comme le film a été conçu autour des effets sonores et des dialogues, il était nécessaire que la piste sonore soit à la hauteur de manière à ne pas trop se laisser déséquilibrer par l’un ou par l’autre, notamment lors des scènes de « guérillas » urbaine. Le résultat est saisissant même si on peut noter parfois un certain déséquilibre dans les dialogues notamment lorsque la bande-son est à l’honneur et qu’elle doit rythmer la scène.

Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
   
Durée Bonus 15 min
Boitier Amaray
   
   
   
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
  

Bonus 

Des scènes coupées et Alternatives et un bêtisier c’est un peu court.