Donnez votre avis!
Images du film
Images des bonus

Glass

Catégorie Cinéma
Genre Thriller
Pays USA
Date de sortie 24/05/2019
Réalisateur M. Night Shyamalan
Avec Bruce Willis, Samuel L. Jackson, James Mcavoy, Anya Taylor-Joy, Sarah Paulson, Charlayne Woodard, Spencer Treat Clark
Format Blu-Ray
Boitier Amaray
Producteurs Jason Blum, M. Night Shyamalan, Marc Bienstock et Ashwin Rajan
Scénaristes M. Night Shyamalan
Compositeur West Dylan Thordson

Critique de Emmanuel Galais
Editeur Universal
Edition Standard
Label  
Zone / Région 2
Durée Film 129 min
Support
   
   

Peu de temps après les événements relatés dans Split, David Dunn - l’homme incassable - poursuit sa traque de La Bête, surnom donné à Kevin Crumb depuis qu’on le sait capable d’endosser 23 personnalités différentes. De son côté, le mystérieux homme souffrant du syndrome des os de verre Elijah Price suscite à nouveau l’intérêt des forces de l’ordre en affirmant détenir des informations capitales sur les deux hommes…

Après des années d’errances un peu forcées par des échecs commerciaux et critiques comme « La Jeune fille de l’Eau », « The Last Airbender » ou encore « After Earth », le réalisateur M. Night Shyamalan a retrouvé le chemin du succès en croisant la route du producteur Jason Blum, grand maître de l’horreur à petit budget qui rapporte des sacs entiers de billets verts dans ses caisses. Un choix de minimiser les budgets au maximum pour pousser les réalisateurs à aller plus loin dans leurs recherches artistiques et à ne pas se reposer trop systématiquement sur les effets spéciaux devenus quasiment inévitables dans les productions de genre. Et pour un réalisateur comme Shyamalan, toujours à la recherche d’une structure narrative complexe, qui puisse chaque fois surprendre son auditoire, une telle démarche ne pouvait que l’amener à reprendre effectivement la route du succès en mettant en avant ses talents de narrateur et nouveau maître de l’ambiance oppressante. Avec « The Visit », où il reprenait le mythe du conte « Hansel et Gretel » avec un brio toujours aussi désarmant, le réalisateur retrouva le succès, et put ensuite prendre tout le monde par surprise avec « Split », l’histoire d’un psychopathe souffrant d’un dédoublement de 23 personnalités.

Si la fin était, comme bien souvent avec le réalisateur, un peu frustrante, parce que trop facile, M Night Shyamalan, nous prenait par surprise avec une scène post générique, qui nous révélait que ce film était en fait le deuxième volume d’une trilogie engagée vingt ans plus tôt avec « Incassable » dans lequel un homme, spécialiste de comics, tentait de faire prendre conscience à un autre, qu’il était un super-héros. Sans vouloir révéler le contenu du film, pour tous ceux qui n’auraient pas eu le loisir de le découvrir, comme d’habitude le réalisateur avait soigné son scénario et s’amuser à prendre le mythe du super héros dans le sens inverse, de ce qu’il se fait maintenant. Et avec « Glass », donc il pousse la logique encore plus loin, en ne sacralisant pas les personnages, bien au contraire mais en les confrontant à un monde réel qui vit de fantasmes mais ne veut pas les assumer s’ils se révèlent réels. Ici, donc Elijah Price, qui se fait appeler Mr Glass, en rapport avec sa maladie des os de verres, David Dunn, l’homme incassable, et Kevin Crumb et ses multiples personnalités vont se retrouver pour un affrontement qui se veut plus compliquer qu’il n’y parait. Notamment parce qu’ils sont enfermés dans un hôpital psychiatrique qui n’a pas vraiment l’intention de les laisser sortir.

Et le scénario va donc enfoncer le clou de ce qui avait déjà été le principe d’« Incassable », avec une trame qui va se centrer sur les nuances de ces personnages, les plonger entre folie et détermination. Les rendre humains avant de les sacraliser, pour ensuite les pousser dans leur retranchement pour pouvoir prendre à revers le principe de lecture d’un comics. Ici le réalisateur insiste sur leurs fêlures, leurs traumas, ce qui les a rendus associables, pour ensuite mieux mettre en lumière les tensions qui vont naître inévitablement, d’abord d’un Kevin Crumb, dont la bête (Sa personnalité la plus redoutable) n’accepte pas que David Dunn ait pu vouloir le combattre et se sentir capable de le détruire et un Elijah Price en chef d’orchestre. Alors bien sûr, comme à chaque fois le scénario cache dans des tiroirs des secrets qui ne seront révélés qu’à la toute fin, mais le réalisateur se laisse, encore une fois, aller à la facilité, lorsqu’il s’agit de passer à la conclusion. Et comme avec « Split », le spectateur assiste à un film dont la tension est tenue à son maximum, malgré des conversations un peu bavardes en milieu de film. Mais dés lors qu’il s’agit de conclure son film, Shyamalan semble ne plus avoir l’idée de génie qui avait rendu son « Sixième sens » si incroyable.

En conclusion, « Glass » est une conclusion d’une trilogie commencée en 2000, avec « Incassable ». Si le film est, une fois de plus une réussite dans la plus grande partie de son intrigue, c’est à nouveau la conclusion qui laisse le spectateur dubitatif et ne convainc pas forcément, notamment pas un excès de facilité. Et si le principe de prendre à revers le film de super-héros pour se démarquer d’une production comics de masse, est parfaitement louable et bien tenu, son final laisse sur une touche amère qui pourrait rester trop insistante dans l’esprit du spectateur.


Définition
Couleurs
Compression
   
Format Vidéo HD 1080p
Format Cinéma 2.35:1
   
   

Film de super héros oblige l’image est particulièrement soignée et les contrastes se doivent d’offrir le plus de profondeur de champ possible. Du coup, le support se révèle forcément d’une très grande qualité pour servir la photographie du film dont le réalisateur a particulièrement travaillé l’esthétisme, un choix qui se révèle forcément payant, comme cette salle de thérapie rose dans l’hôpital qui n’est pas sans rappeler un univers à la Kubrick. L’ambiance lumineuse et le souci du détail furent les maitres mots de la réalisation et l’édition Blu-Ray est à la hauteur de travail de M. Night Shyamalan. Les contrastes donnent un volume et une profondeur à l’image qui viennent parfaitement souligner chaque détail.

Langues  
Format  
Bonus  
Commentaires  
Spatialisation  
Dynamique  
Effets surround  
   
   
   
   
 
Langues Type Format Sous Titres Film Sous Titres Bonus Sous Tit. Comment. Spatial. Dynamiq. Surround
Anglais DTS HD Master Audio 5.1 Oui Oui Non Bonne Bonne Bonne
Français DTS HD Master Audio 5.1 Oui Oui Non Bonne Bonne Bonne

La piste DTS-HD Master Audio 5.1 se révèle d’une grande déception. La répartition n’est pas suffisante pour pouvoir nous plonger complètement dans l’histoire. Très en façade, la dynamique du film se fait puissante et brillante lors des scènes de combat mais s’efface significativement lors des scènes de dialogue. La musique vient pourtant habiller l’ensemble pour donner des transitions de grandes qualités, mais ne parvient pas à venir faire le contre poids des défaillances de répartition et de dynamique que l’on peut reprocher à la poste sonore.

Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
   
Durée Bonus 90 min
Boitier Amaray
   
   
   
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
   Début Alternatif

Bonus 

La section bonus joue clairement la carte du contenu avec pour commencer :

Un making of en 9 parties qui vont parcourir toutes les facettes de fabrication du film en plongeant un peu plus dans les directions opérées par le réalisateur et son équipe. Le making of reprend notamment les thèmes suivants : Les retrouvailles de l’équipe et surtout le rassemblement de tous les personnages emblématiques : David Dunn, La Bête, Elijah Price, bien sûr mais également chaque personnage secondaire qui fait également office de lien. Le travail de M. Night Shyamalan en tant que réalisateur et scénariste, le son de « Glass », qui comme dans toutes les productions de ce type est capital pour pouvoir plonger, le spectateur au plus près. Et d’autres encore.

Suivent 12 scènes coupées et un début alternatif.

Puis un documentaire un peu redondant sur la présentation des personnages.

Et pour finir une Conversation avec James McAvoy et M. Night Shyamalan