Donnez votre avis!
Images du film
Images des bonus

Le Livre Perdu des Sortilèges Saison 1

Catégorie Série TV
Titre Original A Discovery of Witches Season 1
Genre Fantastique
Pays USA
Date de sortie 12/06/2019
Réalisateur Kate Brooke
Avec Teresa Palmer, Matthew Goode, Edward Bluemel, Louise Brealey, Owen Teale
Format Blu-Ray
Boitier Amaray
Producteurs Kate Brooke
Scénaristes Divers
Compositeur Rob Lane

Critique de Emmanuel Galais
Editeur Koba Films Vidéo
Edition Standard
Label  
Zone / Région 2
Durée Film 342 min
Support
   
   

Diana, une jeune historienne à l'Université d'Oxford qui se trouve être une descendante des sorcières de Salem, est forcée d'embrasser sa destinée de sorcière lorsqu'elle ouvre par mégarde un livre magique. Elle va alors découvrir un univers surnaturel qu'elle ne soupçonnait pas et va croiser le chemin de Matthew, un vampire de 1500 ans au charme ravageur, avec qui elle va bientôt débuter une histoire d'amour interdite. 

Les vampires et les sorcières, voilà des personnages qui passionnent depuis longtemps les amateurs de littérature comme les cinéphiles, en quête de sensations fortes. Si le genre s'est quelque peu essoufflé au cinéma, notamment depuis l'insipide mais saga à succès « Twilight », ou encore l’indigeste « Underworld », c'est à la télévision que le mélange des genres s'est le mieux opéré à l'instar de séries comme « True Blood » pour les adultes ou « Teen Wolf » pour les ados. Quoi qu'il en soit le genre en série cherche à se renouveler constamment dans le meilleur ou dans le pire comme « The Good Witch » et son univers assommant de mièvrerie ou encore « Shadow Hunter » avec ses intrigues et ses acteurs au rabais. Pour autant quelques soient les qualités discutables ou non de ces programmes à destination de tous les publics, le genre s'est trouvé une nouvelle vie à la télévision et cela lui va bien.

Avec « Le livre Perdu des Sortilèges » justement, il est proposé une énième relecture des deux mythes : celui des vampires et celui des sorcières de Salem. Ces personnages horrifiques ne sont plus des créatures de la nuit, mais vivent tout de même cachés des humains. Inspirés du best-seller de Deborah Harkness, la série nous entraîne, donc, dans un Londres actuel où les vampires peuvent sortir le jour, se retenir de dévorer a tour de bras des humains, mais souffrent de ne plus pouvoir engendrer. Depuis des siècles, ils vivent une paix relative avec les sorcières, détentrices de bien des secrets et de formules les tenant à l'écart. Bien sûr, nous ne pouvons en douter, l'une d'entre elle, plus puissante et en même temps un peu innocente, va croiser la route de l'un des plus énigmatique et des plus emblématiques de ces sombres seigneurs de la nuit. 

Avec un tel résumé, nous pouvions logiquement craindre une série insipide et fort peu originale à destination d'adolescents en manque de bluette. Mais le résultat est agréablement surprenant ! D'abord, parce que si la série ne peut s'empêcher de surfer sur la romance de deux personnages que tout oppose (l'inévitable mythe de Roméo et Juliette, broyé à toutes les sauces), elle a tout de même le mérite de ne pas s'enfermer dans une romance trop pesante et trop naïve. Et si la mise en scène reste tout de même assez classique, les intrigues mêlant les deux corporations de créatures, sont assez bien construites pour ne pas rendre l’ensemble, ni trop mièvre, ni trop voyeuriste. Une chose est sûre, la série parvient à nous tenir en haleine, sans pour autant aller chercher des cliffhangers sans queue ni tête.

Côté distribution, les acteurs font le job et plutôt bien. La production à mis les moyens et cela se voit, car les comédiens dans un Londres intemporels mais parviennent à donner des prestations à la hauteur de l’attente et non pas au rabais comme cela est souvent le cas dans ce genre de production. Ici pas d’acteurs se déformant le visage pour faire comprendre qu’il est méchant ou en colère. Ici, juste des prestations intéressantes avec des effets spéciaux réussit.


Définition
Couleurs
Compression
   
Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
Format Cinéma 2.35:1
   
   

Dans l’ensemble l’image est de bonne tenue avec des couleurs bien pesées et des contrastes qui donnent une véritable profondeur à l’ensemble. La série joue très souvent entre les extérieurs d'un Londres lumineux ou d'une campagne anglaise brumeuse ou encore de nuit et des intérieurs aux éclairages moins puissants, il fallait un support qui ne soit pas trop en défaillance ou en saturation. Le travail de transfert et de très bonne qualité.

Langues  
Format  
Bonus  
Commentaires  
Spatialisation  
Dynamique  
Effets surround  
   
   
   
   
 
Langues Type Format Sous Titres Film Sous Titres Bonus Sous Tit. Comment. Spatial. Dynamiq. Surround
Anglais DTS HD Master Audio 5.1 Oui Non Non Bonne Bonne Bonne
Français DTS HD Master Audio 5.1 Oui Non Non Bonne Bonne Bonne

Côté son, la piste 5.1 en VO Comme en VF, offre une répartition suffisante, si bien que l’on plonge très rapidement au cœur de la série. L’immersion dans la série se fait donc rapidement et avec très peu d’effort de la part du spectateur, qui se laisse griser par les effets sonores qui entourent la série.

Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
   
Durée Bonus 0 min
Boitier Amaray
   
   
   
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
  

Bonus 

Pas de Bonus !