Donnez votre avis!
Images du film
Images des bonus

La Grande Aventure Légo 2

Catégorie Cinéma
Titre Original The Lego Movie 2
Genre Animation
Pays USA
Date de sortie 26/06/2019
Réalisateur Mike Mitchell
Avec Chris Pratt, Elizabeth Banks, Will Arnett, Arnaud Ducret, . Tal
Format Blu-Ray
Boitier Amaray
Producteurs Phil Lord, Christopher Miller, Dan Lin, Roy Lee et Jinko Gotoh
Scénaristes Phil Lord et Christopher Miller
Compositeur Mark Mothersbaugh

Critique de Emmanuel Galais
Editeur Warner
Edition Standard
Label  
Zone / Région 2
Durée Film 108 min
Support
   
   

Alors que les habitants de Bricksburg coulent des jours heureux depuis cinq ans, une nouvelle et terrible menace se profile à l'horizon : des envahisseurs Lego Duplo® venus des confins de l'espace qui détruisent tout sur leur passage ! Pour vaincre ces redoutables ennemis et rétablir la paix dans l'univers Lego, Emmet, Lucy, Batman et leurs amis devront explorer des mondes lointains et inconnus. Ils découvriront même à cette occasion une étrange galaxie où chaque situation est une comédie musicale ! Cette nouvelle aventure mettra à l'épreuve leur courage, leur créativité et leurs facultés de Maîtres Constructeurs…

Avec la première « Grande Aventure Lego » le duo Phil Lord et Christopher Miller, avait réussi un coup de maître, en réalisant un dessin animé qui pouvait autant s’adresser aux enfants qu’aux adultes. Avec un humour débridé, qui n’hésitait pas à prendre à contre-pied les personnages décrits dans le film, et a utiliser de l’humour à double sens pour mieux parler à toutes les générations. Le succès en salle fut immédiat et il apparaissait donc évident que Warner allait se lancer dans une seconde aventure. De son côté, le duo s’est fait évincer de l’aventure « Solo A Star Wars Story » suite à un différend artistique avec la productrice Kathleen Kennedy qui trouvait l’humour du scénario écrit par Phil Lord Christopher Miller trop décalé par rapport à l’esprit de la licence.
Mais pendant que le duo, était occupé à tourner les trois quarts du film « Solo », il avait tout de même signé le scénario de cette « Grande aventure Lego 2 » et c’est donc à Mike Mitchell,qui avait déjà officié sur « Kung Fu Panda 3 » qu’est revenue la lourde tâche de se lancer dans la réalisation de cette deuxième aventure. Si le scénario, garde toujours un rythme et une autodérision équivalente au premier opus, avec un humour à deux niveaux, la réalisation manque de douceur, et fait penser à un dessin animé réalisé beaucoup trop rapidement, avec une mise en scène hystérique comme on peut en voir tellement à la télévision. Dès les premières minutes du film, il est difficile de rester concentré et surtout de suivre l’aventure, tellement les personnages sont dispersés et l’hystérie de la mise en scène, rendu difficile à cerner

Si dans la première aventure, ce rythme débridé, jouait en faveur d’un scénario justement qui s’amusait à casser les codes de narration, face à des personnages déjà bien installés dans l’esprit du spectateur, ici, la réalisation a pris le parti d’estimer que les spectateurs étaient déjà habitués aux personnages et qu’il n’était donc plus nécessaire, de les laisser s’adapter à ce style d’animation. C’est une grossière erreur, car, encore une fois, le rythme très rapide de la mise en scène, le débit parfois hystérique des personnages, y compris lorsqu’il s’agit de faire de l’humour, freine la concentration du spectateur.

En conclusion, ce deuxième opus de « La grande aventure Lego » rate donc sa cible par une mise en scène hystérique, un débit et des dialogues difficiles à supporter, tant ils se succèdent à un rythme particulièrement soutenu, qui empêche, voire même qui freine, la concentration du spectateur et rend impossible de plonger dans l’histoire et dans l’aventure. On a beaucoup de mal à se laisser embarquer, et au bout d’une bonne demi-heure de films, nous commençons à nous fatiguer de cette succession de répliques qui ne servent qu’à alimenter un humour certes débridé, mais qui ne vient absolument pas servir la narration et donc la compréhension de l’intrigue.


Définition
Couleurs
Compression
   
Format Vidéo HD 1080p
Format Cinéma 2.35:1
   
   

L’animation soignée de « La Grande aventure Lego 2 » demandait un support qui puisse retranscrire toutes les nuances apportées par les animateurs. L’édition se révèle digne des espoirs portés en lui, notamment en ce qui concerne les couleurs, un peu acidulées et parfois pastels qui donnent une ambiance si particulière au film. Les contrastes mettent en valeur cette précision de l’animation en ce qui concerne toutes les formes de jeux lego utilisées dans le film.

Langues  
Format  
Bonus  
Commentaires  
Spatialisation  
Dynamique  
Effets surround  
   
   
   
   
 
Langues Type Format Sous Titres Film Sous Titres Bonus Sous Tit. Comment. Spatial. Dynamiq. Surround
Anglais DTS HD Master Audio 5.1 Oui Oui Non Bonne Bonne Bonne
Français DTS HD Master Audio 5.1 Oui Oui Non Bonne Bonne Bonne

La piste DTS-HD Master Audio 5.1 se révèle d’une grande précision et nous plonge avec précision dans l’univers du film, à l’instar des scènes où les effets spéciaux pullulent. La spatialisation fonctionne à merveille race à une répartition fine et intelligente. La musique vient parfaitement habiller l’ensemble pour donner des transitions de grandes qualités. Jamais dans l’excès, la piste sonore est parfaitement bien harmonisée pour que les dialogues ne soient pas effacés par la musique ou les effets sonores.

Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
   
Durée Bonus 60 min
Boitier Amaray
   
   
   
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
  

Bonus 

Une bonne dose de scènes coupées, puis un making of : « La Guerre des Briques : L’assemblage de La Grande Aventure Légo 2 », assez classique qui revient sur les dessous de la fabrication du film. Le problème avec les making of américains, c’est qu’ils ont toujours un arrière goût de promotion, et du coup, si les aspects techniques exposés sont toujours intéressant, nous nous lassons très vite des superlatifs utilisés à foison.

Puis des clips et des featurettes, qui viennent surtout alimenter une section bonus, et qui se révèlent sans grand intérêt.