Donnez votre avis!
Images du film
Images des bonus

Rocketman

Catégorie Cinéma
Genre Biopic
Pays GB
Date de sortie 09/10/2019
Réalisateur Dexter Fletcher
Avec Taron Egerton, Jamie Bell, Richard Madden, Bryce Dallas Howard
Format Blu-Ray
Boitier Amaray
Producteurs David Furnish, Matthew Vaughn, Adam Bohling et David Reid
Scénaristes Lee Hall
Compositeur Matthew Magerson
Critique cinéma Rocketman

Critique de Emmanuel Galais
Editeur Paramount
Edition Standard
Label  
Zone / Région 2
Durée Film 121 min
Support
   
   

Rocketman nous raconte la vie hors du commun d’Elton John, depuis ses premiers succès jusqu’à sa consécration internationale. Le film retrace la métamorphose de Reginald Dwight, un jeune pianiste prodige timide, en une superstar mondiale. Il est aujourd’hui connu sous le nom d’Elton John. Son histoire inspirante, sur fond des plus belles chansons de la star, nous fait vivre l’incroyable succès d’un enfant d’une petite ville de province devenu icône de la pop culture mondiale.

Après « Bohemian Rhapsody », Dexter Fletcher, qui ne fut pas crédité au générique du succès mondial de l'année 2018, peux enfin tenir sa revanche avec « RocketMan », un biopic retraçant la vie de Sir Elton John. De la même manière que pour le film sur Freddie Mercury (avec Brian May et Roger Taylor à la production), la star est impliquée dans la production, et a donné son autorisation pour que le réalisateur et son scénariste Lee Hall (Cheval de Guerre), puissent explorer les faces lumineuses et surtout les plus obscures de l'existence de la star planétaire. Du coup forcément, une question se pose, sachant que Dexter Fletcher fut appelé à la rescousse pour finir « Bohemian Rhapsody », est-il réellement à la hauteur d'un biopic sur une star planétaire, et a-t-il suffisamment les capacités de pouvoir mettre en lumière toutes les faces cachées d'un personnage aussi complexe qu’Elton John ? 

Et bien la réponse, est oui et mille fois oui ! Avec « RocketMan », le réalisateur signe une œuvre majeure, délirante, totalement à l'image du personnage, et surtout amène une certaine vision du Biopic, qui aurait certainement pu servir celui du groupe Queen. Car avant tout, Elton John c'est un chanteur exubérant, avec des costumes plus excentriques les uns que les autres, une certaine image de la prestation scénique, et bien évidemment des chansons endiablées ou mélodieuses qui traversèrent les époques et furent sources d'inspirations pour des réalisateurs comme Baz Luhrmann, par exemple, dans son film « Moulin Rouge ». Si les chansons d’Elton John ont une résonance dans nos vies de public, le réalisateur s’amuse à les faire cette fois-ci, devenir le miroir évident de son compositeur et rend ainsi hommage à la collaboration fructueuse et indéfectible d’Elton John et de son auteur Bernie Taupin (Même si, au passage, le chanteur règle ses comptes avec ses parents et son ancien amant John Reid).

Avec son film « Rocket Man », Dexter Fletcher a donc bien compris que se limiter à une narration linéaire de la vie d’Elton John ne suffisait pas. Et comme cela aurait pu être le cas dans « Bohemian », il en fait une sorte de comédie musicale endiablée, dans laquelle les sentiments se transforment en chorégraphies, en chants choraux ou en moments de grâce comme avec « Rocketman » où le public est littéralement cueilli. Avec un sens aigu de la mise en scène, le film à la capacité de passer de la folie à la tendresse, du délire à l'émotion et surtout de pouvoir utiliser chaque plan, chaque note des chansons de la star, et chaque passage important dans cette vie qui fut faite d'alcool, de drogue, de sexe, et particulièrement de recherche inlassable d'amour et de tendresse, pour nous faire découvrir avec beaucoup d’émotion les différentes facettes d’une personnalité complexe.

Et puis surtout, il y a eu en 2018, Rami Malek en Freddie Mercury, en 2019, il y a Taron Edgerton en Elton John. L’acteur est époustouflant, éblouissant, renversant et toute une suite de mots finissant en « ant ». Il compose son personnage avec, certes, un mimétisme remarquable, jusqu’à chanter lui-même, les chansons (ce que ne faisait pas Rami Malek), et pour nous bluffer un peu plus, il impose une composition toute en sensibilité, montrant une facette de lui, que nous n’avions pas encore eut le loisir de découvrir. Si « Kingsman » nous a permis de découvrir cette acteur, « Rocketman » nous délivre toute l’étendue de son talent. Face à lui des comédiens comme Jamie Bell (Billy Elliott) ou Richard Madden (Game Of Thrones) viennent composer des personnages aussi différents que majeurs dans l’existence de l’artiste, Bernie Taupin pour le premier et John Reid, le manager et ex-amant de la star. 

Elton John, a su nous toucher avec ses chansons, avec ses prestations scéniques, toutes plus incroyables les unes que les autres, a vendu des millions d'albums à travers le monde et remplir toute sortes de salles de spectacles, et même si ces 20 dernières années il a su se faire un peu plus discret pour pouvoir profiter pleinement de sa nouvelle vie amoureuse, il fallait un réalisateur et un acteur à la hauteur de toute sa folie contagieuse. Dexter Fletcher parvient avec « RocketMan » à nous faire découvrir une existence complexe, faites de désamour, de sensibilité et de recherche constante d’un idéal. Avec Taron Edgerton, Le compositeur de chansons comme « Your Song », « I'm still standing » ou encore la bande originale du dessin animé « Le Roi Lion » trouve un acteur sensible et talentueux qui lui rend un bien bel hommage tout en sachant trouver la bonne gestuelle et la bonne tonalité pour faire renaître ce parcours hors norme. 


Définition
Couleurs
Compression
   
Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
Format Cinéma 2.35:1
   
   

Film particulièrement soigné, les contrastes se doivent d’offrir le plus de profondeur de champ possible. Du coup, le support se révèle forcément d’une très grande qualité, comme lorsque le réalisateur joue sur plusieurs textures visuelles, à l’instar de la scène où le passé un peu délavé, se mélange avec le personnage coloré d’Elton John. L’ambiance lumineuse et le souci du détail ayant été les maîtres mots de la réalisation le support se devait d’être à la hauteur, des scènes de live particulièrement travaillées. Et il l’est ! Les contrastes donnent un volume et une profondeur à l’image qui viennent parfaitement souligner chaque détail y compris dans les effets de premiers plans ou d’arrière-plan.

Langues  
Format  
Bonus  
Commentaires  
Spatialisation  
Dynamique  
Effets surround  
   
   
   
   
 
Langues Type Format Sous Titres Film Sous Titres Bonus Sous Tit. Comment. Spatial. Dynamiq. Surround
Anglais Dolby Digital 5.1 Oui Oui Non Bonne Bonne Bonne
Français DTS HD Master Audio 5.1 Oui Oui Non Bonne Bonne Bonne

Une piste Dolby Atmos en VO, vient servir avec brio ce film qui mélange intelligemment le biopic et la comédie musicale. La répartition est minutieuse, et les voix ne sont pas trop en retrait par rapport aux musiques qui se révèlent dominante souvent.  La dynamique de l’ensemble fait trembler les murs et on aime ça, surtout dans la scène particulièrement émouvante de la chanson « Rocketman » ou encore le concert au « Troubadour ». Un véritable plaisir pour les oreilles. Dommage que la VF ne bénéficie que d'une moins piquante piste DTS 5.1.

Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
   
Durée Bonus 90 min
Boitier Amaray
   
   
   
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
  

Bonus 

Les bonus son là pour offrir au vidéaste un peu plus de contenu que ne pouvait en contenir le film. Nous pouvons donc profiter du film en version Karaoké

« Vision créative » est un making of dans lequel l’ensemble de l’équipe vient parler de ce biopic et particulièrement, Dexter Fletcher qui nous expose sa vision créative donc de l’univers foisonnant et pittoresque de la star anglaise.

« Les séances en studio d’enregistrement » : Comme nous le savons, Taron Egerton a lui-même chanté les chansons du film. Tout cela commença donc par des sessions d’enregistrement des chansons en studio. L’occasion de voir à quel point ce travail est fastidieux.

« Devenir Elton John : la transformation de Taron » : Prestation tout aussi remarquable que celle de Rami Malek dans celui de Freddie Mercury, la composition de l’acteur qui incarne Elton John, méritait bien un focus complet.

« Plus grand que la vie : décors et costumes » : Tout aussi indissociable du personnage que ses lunettes, les tenues excentriques furent de véritable tenue que la costumière fut chargée de remettre au goût de la narration.

« À fond : mettre en scène les séquences musicales » :  Evidemment, l’un des défis du film fut de mettre en scènes les séquences musicales, pour qu’elles s’intègrent parfaitement au film sans pour autant lui retirer son essence.

Et pour finir :

10 scènes coupées
4 scènes musicales version longue
Le jukebox de Rocketman : écouter directement la musique.