Donnez votre avis!
Images du film
Images des bonus

Ma

Catégorie Cinéma
Genre Horreur
Pays USA
Date de sortie 09/10/2019
Réalisateur Tate Taylor
Avec Octavia Spencer, Diana Silvers, Juliette Lewis, McKaley Miller, Corey Fogelmanis
Format Blu-Ray
Boitier Amaray
Producteurs Jason Blum, John Norris et Tate Taylor
Scénaristes Scotty Landes
Compositeur Gregory Tripi

Critique de Emmanuel Galais
Editeur Universal
Edition Standard
Label  
Zone / Région 2
Durée Film 100 min
Support
   
   

Sue Ann, une femme solitaire vit dans une petite ville de l’Ohio. Un jour, une adolescente ayant récemment emménagé, lui demande d’acheter de l’alcool pour elle et ses amis. Sue Ann y voit la possibilité de se faire de nouveaux amis plus jeunes qu’elle. Elle propose aux adolescents de traîner et de boire en sûreté dans le sous-sol aménagé de sa maison. Mais Sue Ann a quelques règles : ne pas blasphémer, l’adolescent qui conduit doit rester sobre, ne jamais monter dans sa maison et l’appeler MA. Mais l’hospitalité de MA commence à virer à l’obsession. Le sous-sol qui au début était pour les adolescents l’endroit rêvé pour faire la fête va devenir le pire endroit sur terre.

Les productions de Jason Blum sont réputées pour pousser les réalisateurs a donner le meilleur d’eux, avec des budgets particulièrement serrés. Une politique qui lui a, jusque là réussit avec des productions comme « Get Out », « Insidious » ou encore « Paranormal Activity ». Pas forcément toutes de grande qualité, ces productions ont dépoussiéré le genre et l’on rendu « Bankable ». L’homme qui a redonné du crédit à M. Night Shyamalan (The Visit) ou celui qui a fait eclore Jordan Peel (Us) ne cesse de toujours pousser un peu plus loin les styles et les codes de narration qu’il produit. 
Avec « Ma », le producteur enfonce encore un peu plus le clou, avec une recette qui a fait ses preuves : Celle du psychopathe dormant. Ici une femme qui a gardé ses rancœurs enfouies depuis bien longtemps, et cache un secret, va se lier d’amitié avec une bande de jeunes de la ville pour, au final, devenir beaucoup plus inquiétante qu’il n’y parait. Sous la direction de Tate Taylor, qui avait déjà dirigé l’actrice Octavia Spencer dans « La Couleur des sentiments », « Ma » se veut un film de genre efficace et captivant.

Si dans l’ensemble, la promesse est tenue, dès que l’on y regarde d’un peu plus près, le résultat n’est pas si bon que cela. D’abord parce que le film manque cruellement de corps. Et lorsque l’on part sur une intrigue déjà vue dans bien d’autres films dont certains particulièrement prestigieux, comme « Psychose » d’Alfred Hitchcock en 1960, il faut avoir de grandes idées ou, dans tous les cas essayer de dépoussiérer le genre. Et ce n’est pas vraiment le cas dans le cas qui nous intéresse. Car si le film apparaît cohérent, son manque d’originalité et ses nombreuses incohérences lui font rater le coche. A commencer par l’utilisation des nouvelles technologies qui est sous utilisée et maladroitement mise en scène. L’ensemble manque de cohérence et tout y est, pour le coup, prévisible et attendu.

Et si le scénario manque de corps, la mise en scène qui parfois peut se révéler maîtrisée, se laisse aller à la simplicité et ne parvient jamais à totalement nous surprendre. La réalisation de Tate Taylor, reste sur le niveau d’un bon téléfilm d’angoisse, mais ne parvient pas réellement à nous embarquer plus loin. Assez classique dans l’ensemble, elle reste très linéaire et ne cherche jamais à vraiment tirer profit des personnages ou de son intrigue. Certaines questions restent en suspens, le final laisse imaginer une possible suite, en cas de succès, mais rien n’est réellement renversant. Ses résultats au Box-Office français furent d’ailleurs sans appel, avec à peine plus de 230 000 entrées en France. Ce dernier né des productions Jason Blum est peut-être le premier faux du nouveaux producteur phare d'Hollywood.


Définition
Couleurs
Compression
   
Format Vidéo HD 1080p
Format Cinéma 2.35:1
   
   

Le réalisateur a choisi une image volontairement granuleuse qui donne à son film un aspect retro. Les couleurs sont un peu délavés mais donnent toute sa qualité à la photographie du film. Les ambiances sont parfaitement retranscrites et le support lui rend un hommage appuyé. Les contrastes dont un volume et une profondeur à l’image à la hauteur de l’ensemble.

Langues  
Format  
Bonus  
Commentaires  
Spatialisation  
Dynamique  
Effets surround  
   
   
   
   
 
Langues Type Format Sous Titres Film Sous Titres Bonus Sous Tit. Comment. Spatial. Dynamiq. Surround
Anglais DTS HD Master Audio 5.1 Oui Oui Non Bonne Bonne Bonne
Finnois DTS HD Master Audio 5.1 Non Non Non Bonne Bonne Bonne
Français Sous-Titrage Oui Oui Non      

La piste DTS-HD Master Audio 5.1 se révèle d’en grande efficacité dans la mise en place des ambiances. Les effets sonores envahissent les différents canaux, avec beaucoup de précision et de dynamique. Et les dialogues ne manquent pas de volume pour ne pas se laisser envahir par les effets sonores qui fourmillement dans tout le film. La musique vient parfaitement habiller l’ensemble pour donner des transitions de grandes qualités. 

Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
   
Durée Bonus 30 min
Boitier Amaray
   
   
   
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
  

Bonus 

Dans la section bonus on découvrira un making of qui revient sur les dessous de ce film, et notamment sur l’écriture de l’histoire et la mise en place des ambiances.

Une fin alternative est également proposée. Elle montre, si le doute était permis, que le film est destiné à connaitre des suites.

Puis des scènes coupées.