Donnez votre avis!
Images du film
Images des bonus

Le Convoyeur

Catégorie Cinéma
Genre Policier
Pays FR
Date de sortie 10/09/2019
Réalisateur Nicolas Boukhrief
Avec Albert Dupontel, Jean Dujardin, François Berleand, Julien Boisselier, Claude Perron
Format Blu-Ray
Boitier Amaray
Producteurs Richard Grandpierre
Scénaristes Nicolas Boukhrief et Eric Besnard
Compositeur Nicolas Babi
Critique cinéma Le Convoyeur

Critique de Emmanuel Galais
Editeur Studio canal
Edition Standard
Label  
Zone / Région 2
Durée Film 95 min
Support
   
   

Petite société de transport de fonds, la compagnie Vigilante est en pleine crise, victime de trois violents braquages dans l'année qui n'ont laissé aucun survivant. C'est dans ce contexte difficile qu'un homme, Alexandre Demarre, se présente un matin au centre-fort de Vigilante pour entamer sa première journée de travail. Chômeur, flic, braqueur... Qui est cet individu et que cherche-t-il ?

Pour son troisième film en tant que réalisateur Nicolas Boukhrief a décidé de s’intéresser à un monde particulièrement opaque : Celui des convoyeurs de fonds. Un monde si fermé, qu’il ne fut jamais le sujet principal d’un long métrage, et qu’il ne fut toujours qu’un simple élément d’une intrigue ou d’un décor de film. Pourtant ces agents répondent à des codes de fonctionnement, à une cohésion lourdement malmenée par la présence constante d’un danger latent. Un univers si difficile à percer qu’il nécessita l’aide d’une journaliste. Cette dernière apporta des informations précieuses qui permit au réalisateur et à son scénariste Eric Besnard (L’Empereur de Paris) de construire un scénario solide qui évite suffisamment les clichés pour rester fidèle à une profession difficile et souvent snobée par le commun des mortels.

Et c’est bien toute la qualité de ce film que de se reposer sur une intrigue qui ne cherche pas à faire dans l’exceptionnel ou dans le spectaculaire, il tisse sa toile pour se pencher sur des personnalités toutes aussi différentes les unes que les autres, mais qui se retrouvent à cohabiter dans un lieu exigu (celui d’un camion blindé) et à devoir se soutenir et se protéger en cas de danger. Car c’est toute la difficulté de leurs missions, que ce danger sous-jacent qui peut arriver à tout moment, de celui généré par des habitants hostiles qui voient en ces convoyeurs des ennemis, sans vraiment savoir pourquoi, et des braqueurs lourdement armés qui n’ont aucun état d’âme à mettre la vie de ces hommes et ces femmes en danger pour arriver à leur fin.
Si le scénario est d’une précision et d’une intelligence évidente, la mise en scène manque parfois de rythme. A trop vouloir mettre l’accent sur la psychologie de ses personnages, Nicolas Boukhrief en oublie parfois le rythme de l’histoire et se laisse aller à des séquences qui ralentissent la progression du film, comme ces interminables conversations dans les vestiaires autour du rachat ou non de la société et de ceux qui risquent de perdre leur emploi. Imposant une ambiance sombre presque étouffante, le réalisateur signe un film, intéressant qui tente de lever le voile sur une profession méconnue, mais se perd un peu dans une lenteur qui ne le sert pas forcément.

En revanche la distribution est à son meilleur niveau. Si Dujardin attaque, en 2003, un virage plus sombre dans sa carrière, il reste un peu trop en retrait par rapport à Albert Dupontel (Bernie) grandiose de sobriété et de profondeur dans le rôle de cet homme fermé et blessé qui maîtrise mal ses sentiments. Quant à François Berléand (Les Choristes), il capte littéralement toute l’attention des spectateurs avec son personnage de convoyeur, instable, assoiffé de dangers et de rancœurs.

En conclusion, « Le convoyeur » est un film intéressant qui met en lumière le travail difficile et sus tension des convoyeurs. Si le scénario est solide, la mise en scène manque parfois de rythme. Reste une distribution au meilleur de sa forme à commencer par le duo Dupontel et Berlénad qui écrase la concurrence. 


Définition
Couleurs
Compression
   
Format Vidéo HD 1080p
Format Cinéma 2.35:1
   
   

Le réalisateur a choisi une image volontairement sombre et froide qui donne à son film un aspect oppressant, pour mieux ressentir la tension et la pression que subissent les héros du film. Les couleurs sont parfaitement tenues et mettent en valeur le travail de photographie du film. Les ambiances sont parfaitement retranscrites. Les contrastes donnent un volume et une profondeur à l’image à la hauteur de l’ensemble.

Langues  
Format  
Bonus  
Commentaires  
Spatialisation  
Dynamique  
Effets surround  
   
   
   
   
 
Langues Type Format Sous Titres Film Sous Titres Bonus Sous Tit. Comment. Spatial. Dynamiq. Surround
Français DTS HD Master Audio 5.1 Oui Oui Non Bonne Bonne Bonne

La piste DTS-HD Master Audio 5.1 se révèle d’une grande précision et permet au film d’appuyer encore un peu plus son ambiance sombre et oppressante. La musique vient parfaitement habiller l’ensemble pour donner des transitions de grandes qualités. Jamais dans l’excès, la piste sonore est parfaitement bien harmonisée pour que les dialogues ne soient pas effacés par la musique ou les effets sonores.

Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
   
Durée Bonus 30 min
Boitier Amaray
   
   
   
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
  

Bonus 

Un making of, sans commentaires, nous plonge au cœur du tournage. Il faut attendre l’entretien avec le réalisateur pour en apprendre un peu plus sur le film, à commencer par sa genèse.