Donnez votre avis!
Images du film
Images des bonus

A bout de souffle (Ultra HD / 4K)

Catégorie Cinéma
Titre Original A bout de souffle
Genre Drame
Pays Fra
Date de sortie 24/11/2020
Réalisateur Jean-Luc Godard
Avec Jean-Paul Belmondo, Jean Seberg, Daniel Boulanger, Roger Hanin
Format Blu-ray Ultra HD
Boitier Amaray
Producteurs Georges de Beauregard
Scénaristes François Truffaut, Jean-Luc Godard
Compositeur Martial Solal

Critique de Bruno Orru
Editeur Studio canal
Edition Standard
Label  
Zone / Région 2
Durée Film 90 min
Support
   
   

Marseille, un mardi matin. Michel Poiccard vole une voiture de l’U.S. Army et prend la route nationale en direction de Paris. Énervé par une 2CV qui n’ose pas dépasser un camion, Michel double en plein virage et se fait prendre en chasse par un motard. Paniqué, il abat le policier d’un coup de revolver et s’enfuit. Le lendemain, en arrivant à Paris, Michel retrouve une jeune étudiante américaine, Patricia, avec laquelle il a une liaison amoureuse libre. Elle veut devenir journaliste et, pour pouvoir financer ses études à la Sorbonne, vend le New York Herald Tribune sur les Champs-Élysées...

 

Nous sommes en 1959, le monde du cinéma français va se prendre une « claque ». Pour certains, anciens membres des cahiers du cinéma, un groupe de jeunes cinéastes vont s’ériger contre un « Certain classicisme du cinéma français ». François Truffaut (Les 400 coups), Claude Chabrol (Landru), Eric Rohmer (Le Signe du Lion), Jacques Rivette (Paris nous appartient) et bien sûr Jean Luc Godard. Le cinéaste va lancer les hostilités avec une œuvre inspirée des séries B américaines et dont il va privilégier un récit éclaté et un style quasi-documentaire pour peindre Paris et l’errance de ses personnages. Jean Luc Godar, qui signe là son premier film est bien décidé à se démarquer de ses ainés en explosant les codes narratifs du moment pour mieux sortir du sacro-saint « Classicisme » qu’il exècre quite à s’en prendre à des monstres du cinéma français comme Julien Duvivier par exemple.

 

Et pour un premier coup c’est un coup de génie, le réalisateur est couronné de prix, il obtient le prix Jean Vigo et celui de la mise en scène au Festival de Berlin en 1960. Godard va, en effet, proposer une autre vision du film « Criminel » en s’intéressant d’abord aux sentiments qu’éprouve son personnage Michel Poiccard pour la jeune vendeuse de journaux sur les Champs Elysées. Alors que son acte de départ est d’une certaine gravité, le réalisateur décide, au contraire, de centrer son récit sur l’amour et fait graviter autour de cela le fait divers dont est hauteur son héros. Parti sur le principe de « Nous sommes tous des morts en sursis », et qu’il faut vivre sa vie jusqu’au bout, Jean Luc Godard bouscule nos habitudes. Et même si le film, un peu trop en phase avec son époque peut sembler avoir mal vieilli, il n’en demeure pas moins un exemple de l’utilisation de bonnes idées et le témoin d’une volonté de bousculer les genres. Et même s’il n’est pas aussi révolutionnaire que ses défenseurs veulent le faire croire, il n’en demeure pas moins une œuvre majeure et fondatrice d’un style narratif dont se revendiqueront beaucoup de cinéastes à travers le monde, à commencer par Quentin Tarrantino, qui ne tarit pas d’éloge sur le cinéaste.

 

« A bout de Souffle » c’est aussi l’occasion pour un jeune débutant, qui, du haut de ses 3 ans de carrière seulement, mais déjà 8 films à son actif, de prendre de la hauteur et de se faire connaitre des plus cinéphiles : Jean Paul Belmondo. L‘acteur se cherche encore mais peaufine déjà un style qui le rendra célèbre et reconnaissable parmi tous les autres. Face à lui la belle américaine Jean Seberg (Sainte Jeanne) vient contrebalancer de son charme indéniable la décontraction et la noirceur désinvolte de son partenaire masculin.

 

Comme beaucoup d’œuvres majeures, « A Bout de Souffle » de Jean Luc Godard suscite les passions, nous l’aimons infiniment ou nous le détestons viscéralement. Une chose est entendue, c’est œuvre du réalisateur est une pierre angulaire et fondatrice de la nouvelle vague, elle impose un style narratif différent basé sur la technique et sur l’aversion du classicisme de l’époque. Godard, est devenu depuis l’enfant terrible du cinéma français, mais il est également l’un des pères d’un style majeur de ce 7ème art que même les américains nous envient.



Définition
Couleurs
Compression
   
Format Vidéo 4/3 n&b
Format Cinéma 1.33:1
   
   

La restauration est superbe, laissant un noir et blanc dénué de toute poussière ou griffure. Les contrastes sont appuyés et globalement la définition précise. Seul certains plans larges et les extérieurs sont en retrait.


Langues  
Format  
Bonus  
Commentaires  
Spatialisation  
Dynamique  
Effets surround  
   
   
   
   
 
Langues Type Format Sous Titres Film Sous Titres Bonus Sous Tit. Comment. Spatial. Dynamiq. Surround
Français DTS HD Master Audio 2.0 Non Non Non Bonne Bonne Bonne

Un mono totalement dépoussiéré de tout souffle qui semble avoir été enregistré hier ! Aucune distorsion donc et une belle dynamique, inespérée pour ce film.


Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
   
Durée Bonus 34 min
Boitier Amaray
   
   
   
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
  

Bonus 

Outre la bande annonce, le bonus du disque 4K (nous n'avons pas eu les autres éléments pour ce test) se constitue d’un documentaire de 34’ réalisé par Jeff Domenech qui s’intitule « Toujours pas… à bout de souffle ». Antoine Dulery, Albert Dupontel, Christophe Lambert, Cédric Klapish, Guillaume Canet et Michel Hazanavicus parlent de leur découverte du film et en quoi il a compté pour eux, de la structure du film ; de sa mise en scène et du récit, mais aussi de l’attrait du personnage joué par Belmondo.

A noter que le coffret collector inclut le vinyle 33 tours de la bande originale du film, un livret de 40 pages rédigé par la journaliste Guillemette Odicino, et des cartes postales.