Donnez votre avis!
Images du film
Images des bonus

Le Voyage du Dr Dolittle (Ultra HD / 4K)

Catégorie Cinéma
Titre Original Dolittle
Genre Fantastique
Pays USA
Date de sortie 10/06/2020
Réalisateur Stephen Gaghan
Avec Robert Downey Jr, Antonio Banderas, Jessie Buckley, Michael Sheen, Jim Broadbent, Harry Collett, Emma Thompson, Marion Cotillard, Octavia Spencer, Ralph Fiennes, Rami Malek, Tom Holland, Kumail Nanjiani
Format Blu-ray Ultra HD
Boitier Amaray
Producteurs Joe Roth, Jeff Kirschenbaum et Susan Downey
Scénaristes Stephen Gaghan, Daniel Gregor et Doug Mand
Compositeur Danny Elfman

Critique de Emmanuel Galais
Editeur Universal
Edition Standard
Label  
Zone / Région 2
Durée Film 112 min
Support
   
   

Après la perte de sa femme sept ans plus tôt, l’excentrique Dr. John Dolittle, célèbre docteur et vétérinaire de l’Angleterre de la Reine Victoria s’isole derrière les murs de son manoir, avec pour seule compagnie sa ménagerie d’animaux exotiques. Mais quand la jeune Reine tombe gravement malade, Dr. Dolittle, d’abord réticent, se voit forcé de lever les voiles vers une île mythique dans une épique aventure à la recherche d’un remède à la maladie. Alors qu’il rencontre d’anciens rivaux et découvre d’étranges créatures, ce périple va l’amener à retrouver son brillant esprit et son courage. Au cours de sa quête, le docteur est rejoint par un jeune apprenti et une joyeuse troupe d’amis animaux, dont un gorille anxieux, un canard enthousiaste mais têtu, un duo chamailleur entre une autruche cynique et un joyeux ours polaire, et enfin un perroquet entêté, le plus fiable conseiller et confident de Dolittle


Voilà l’exemple type d’un « Flop » injuste dans un contexte particulier. En effet, le film de Stephen Gaghan est sorti début 2020, alors que le virus se répandait et que les salles commençaient à se déserter. Pourtant cette seule excuse ne vient pas justifier à elle seule l’échec du film au box-office. Car après une production chaotique qui nécessita des « Reshoots » de scènes suite à des projection tests catastrophiques, le film ne parvient pas à trouver l’oreille et l’attention des critiques et du public. Un drame pour Universal qui accusa une lourde perte après celle de « Cats » l’an passé. Nous pourrions évidemment mettre tout sur le dos du réalisateur, dont la carrière est plus marquée par des films plus sérieux, avec moins d’effets ou par un Robert Downey Jr qui ne semble pas avoir fait le deuil de Tony Starck.


En fait, « Le Voyage du Dr Dolittle » n’est pas aussi catastrophique qu’il n’y parait ! Evidemment cette adaptation du roman de Hugh Lofting souffre d’une comparaison évidente avec ses interprètes précédents : Eddy Murphy en 1998 sous la direction de Betty Thomas ou Rex Harrison en 1967 dans « L’extravagant Dr Dolittle » de Richard Fleischer. Et même si les deux cités précédemment ne brillaient pas non plus par leurs qualités, les recettes au Box-Office laissaient espérer à Universal de pouvoir générer des revenus conséquents. Mais voilà, Dollitle est un personnage bien à part, un brin fantasque, et s’adressant, finalement à un public assez jeune. Betty Thomas avait décidé de transposer les aventures du médecin qui parle aux animaux à notre époque, alors que Richard Fleischer, lui, a décidé de librement adapter le roman sorti en 1922 : « Les Voyages du Dr Dollitle » en l’imaginant comme un nouveau Baron de Munchausen. C’est sur cette base que Stephen Gaghan s’est basé. Et le résultat est loin d’être si mauvais, car si l’on peut reprocher au réalisateur d’avoir sorti une œuvre un peu trop hystérique, avec des retournements de situations et des facilités d’usage, comme le personnage de King Rassouli, magnifiquement interprété par Antonio Banderas (Le Masque de Zorro), ou encore les inévitables prises de consciences des animaux, qui frôle l’excès de n’importe quoi, la mise en scène fait le choix assumé d’une dynamique toujours présente, avec des couleurs et des actions qui s’enchainent sans beaucoup de temps morts.


Et c’est bien cela qui plait ! d’autant que le casting 5 étoiles qui vient doubler les personnages, même s’il ne peut s’éviter des excès de tonalité, comme pour le Perroquet (Emma Thompson), l’Ours Polaire (John Cena) ou le Gorille (Rami Malek), l’ensemble prouve le véritable engagement des acteurs de doublages parmi lesquels on retrouve également Ralph Fiennes (Harry Potter), Tom Holland (Spider-Man Far From Home) ou encore Marion Cotillard (Inception) et Octavia Spencer (La Couleur des Sentiments). Le film prend corps dés lors que tout ce petit monde trouve ses marques et donne une texture particulière à leurs personnages. L’autre point positif du « Voyage du Dr Dolittle » réside notamment dans ses effets spéciaux. Les moyens ont été mis à disposition des équipes et cela se voit à l’écran, les décors sont pétillants, acidulés et créé une ambiance, certes candide et peut-être rétro, mais c’est ce qui fait son charme. 


Alors oui bien sûr, « Le Voyage du Dr Dollitle » est un film bourré de défauts, mais il a le mérite de vouloir embarquer les enfants et leurs parents dans une aventure haute en couleurs et au dynamisme proche des meilleurs films d’action. Si le résultat est en demi-teinte c’est certainement par excès d’orgueil ou par manque d’expertise du réalisateur. En attendant, les enfants y trouveront leur compte et les parents ne s’ennuieront pas, s’ils font quelques concessions




Définition
Couleurs
Compression
   
Format Vidéo Ultra HD 2160p
Format Cinéma 2.35:1
   
   

Le réalisateur a choisi une lumière très éclatante qui soit en accord avec l’esprit du film, qui oscille de façon régulière entre des scènes aux éclairages plus sombres comme lors de la scène de combat avec le dragon ou lorsque Dollitle est emprisonné et d’autres plus éclatante, comme, de manière générale, pour les extérieurs. Pour cela le chef opérateur et les équipes chargées des effets spéciaux, ont su mettre en valeur toutes les éclairages nécessaires, pour donner un éclat particulier y compris dans les scènes plus obscures. Les couleurs sont parfaitement bien dosées. Les ambiances sont superbement retranscrites et le support est totalement à la hauteur. Les contrastes donnent un volume et une profondeur à l’image à la hauteur de l’ensemble.

Langues  
Format  
Bonus  
Commentaires  
Spatialisation  
Dynamique  
Effets surround  
   
   
   
   
 
Langues Type Format Sous Titres Film Sous Titres Bonus Sous Tit. Comment. Spatial. Dynamiq. Surround
Anglais Dolby Digital 7.1 Oui Oui Non Bonne Bonne Moyenne
Français Dolby Digital 7.1 Oui Oui Non Bonne Bonne Moyenne

Cette édition présente une piste DTS:X en VO et VF (rétro-compatible 7.1). Sans être la plus dynamique que nous ayons entendu, ce mixage présente une atmosphère convaincante pour s'immerger dans cette étonnante histoire. Jamais dans l’excès, le mixage est bien dosé pour que les dialogues ne soient pas effacés par la musique ou par les effets spéciaux qui parviennent à trouver leur place dans les différents canaux arrière et verticaux. Au final cependant peu de spectaculaire.

Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
   
Durée Bonus 45 min
Boitier Amaray
   
   
   
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
  

Bonus 

Côté Bonus, l’éditeur nous plonge avec une série de featurettes autour du film et de sa fabrication.


« Parler aux Animaux », un focus sur la façon dont Robert Downey Junior a du interagir avec des animaux imaginaires.


« Robert Downey Jr et Harry Collett : Mentor et Elève ». L’autre star du film étant le jeune acteur Harry Collett (Dunkerque), qui partage l’écran avec la star, il était logique qu’il y ait une focus sur sa collaboration avec l’acteur emblématique de Marvel.


« Devenir le bon Docteur », un Focus sur la manière dont l’équipe, scénaristes, réalisateur et acteurs ont abordé le sujet.


« Antonio Banderas : Roi Pirate », un focus sur l’acteur d’origine espagnol qui fait un retour fracassant dans une superproduction avec son personnage du Roi Rassouli.


« Le méchant Dr Müddfly », l’acteur Michael Sheen (Good Omen) adore jouer les méchants, nous l’avons vu dans les séries « The Good Fight » ou encore « Prodigal Son », il devient ici, même avec moins de prestige, le méchant de cette nouvelle adaptation du « Dr Dolittle ».


« Une maison Inhabituelle », élément important de la mise en scène, la maison du Dr Dolittle avec toutes ses cachettes et toutes ses inventions, méritait bien un focus.