Dernières Actus
  DISPARITION D'ENNIO MORRICO...
  DVDCRITIQUES LIVE #14 : JOU...
  JEU LITTLE TOWN
  JEU THE CREW
  DISPARITION DU RÉALISATEUR ...
  DISPARITION DE IAN HOLM
  "IL ÉTAIT UNE FOIS DANS L'E...
  PREMIERS AMPLIFICATEURS AV ...

Dolby Atmos et DTS:X : Que faut-il comprendre et en attendre ?


Les deux concurrents que sont le Dolby Atmos et le DTS:X apportent leur lot de sensations sonores complémentaires en alimentant une ou deux paires d’enceintes qui s’ajoutent à une configuration multicanal 5.1 ou 7.1.

Pour rendre plus simple et homogène la gestion de ces canaux d’ambiance, les logiciels des amplis ont évolués. Depuis maintenant trois générations, le paramétrage est similaire pour les deux formats. Pour une configuration 5.1.4 ou 7.1.4 ils proposent un positionnement haut / avant et haut / arrière. L’option haut / milieu est proposée uniquement dans une configuration avec deux canaux (configuration 5.1.2 ou 7.1.2 et très rarement 9.1.2.

Les deux codecs promettent une expérience bien plus immersive et ils ont raison.  Toutefois, il ne s’agit pas d’avoir des informations sonores en plus mais une distribution différente, parfois en doublon de l’information déjà propulsée par les canaux Surround (configuration 5.1) et/ou Surround back (configuration 7.1). Attention, cet article ne parle que de mixages Dolby Atmos et STS :X, un autre article vous présentera les possibilités d’upmix pour la création d’environnements sonores 7 à 11 canaux à partir d’un « simple » mixage 5.1, voir un mixage Dolby Surround ou stéréo.

 

Voici en illustration le positionnement conseillé par Dolby pour le placement des enceintes. Les schémas ci-dessous correspondent à une configuration avec des enceintes physiquement placées en hauteur.

Je vous indique également le placement des enceinte Dolby Atmos si vous êtes dans ce cas. Des enceintes Dolby Atmos (également valable pour le DTS:X) sont des enceintes disposant d’un complément haut-parleur dirigé vers le plafond pour provoquer un rebond acoustique qui remplace une enceinte physiquement installée.

 

Positionnement pour une configuration 7.1.2 (enceintes physiquement installée)
  • Le 7 correspond au nombre d’enceintes d’une configuration « standard » ; avant, centre, Surround et Surround arrière.
  • Le 1 correspond au caisson de grave. Si vous en avez deux, vous êtes donc en 7.2.2
  • Le 2 correspond à la paire d’enceintes d’ambiance
    Les angles sur le schéma permettent de visualiser l’angle idéal.


  1. Places assises
  2. Enceintes gauche et droite (et enceintes d’ambiance Dolby Atmos si vous utilisez ce type d’enceinte)
  3. Enceinte centrale
  4. Caisson de grave
  5. Enceintes Surround gauche et droite
  6. Enceintes Surround arrière gauche et droite
  7. Enceintes d’ambiance haute - positionnement milieu
     

     

    Positionnement pour une configuration 7.1.4 (enceintes physiquement installées)
  • Le 7 correspond au nombre d’enceintes d’une configuration « standard » ; avant, centre, Surround et Surround arrière.
  • Le 1 correspond au caisson de grave. Si vous en avez deux, vous êtes donc en 7.2.4
  • Le 4 correspond aux deux paires d’enceintes d’ambiance

Les angles sur le schéma permettent de visualiser l’angle idéal.

 
 
 
  1. Places assises
  2. Enceintes gauche et droite (et enceintes d’ambiance Dolby Atmos si vous utilisez ce type d’enceinte)
  3. Enceinte centrale
  4. Caisson de graves
  5. Enceintes Surround gauche et droite (et enceintes d’ambiance Dolby Atmos si vous utilisez ce type d’enceinte)
  6. Enceintes Surround arrière gauche et droite
  7. Enceintes d’ambiance haute - positionnement avant
  8. Enceintes d’ambiance haute - positionnement arrière

 

Comme vous pouvez le voir sur les deux schémas ci-dessus, les enceintes d’ambiance s’installent de préférence sur les murs latéraux ou en hauteur au plafond, en veillant à ce que leur placement soit en ligne avec les enceintes avant. En cas de placement au plafond vous pouvez prévoir les enceintes dans l’alignement des enceintes Surround Arrière, avec les ambiances arrière positionnée au-dessus de la place assise pour accentuer la directivité des effets sonores de type pluie et orage, voix, effets d’hélicoptère etc…

 

Les plus du Dolby Atmos et du DTS:X

Ce qui est le plus intéressant, c’est l’aspect vertical de ces informations complémentaires, apportant une source sonore venant littéralement d’en haut, surtout si vous avez des enceintes physiquement accrochées au-dessus de vous.

La richesse d’information dans ces canaux est variable. C’est selon ce que le responsable du mixage à prévu (originellement celui du film ou un responsable du studio en charge du mastering du média domestique - Blu-ray ou streaming).

Si pour les films récents c’est quasiment devenu une norme pour la diffusion salle, pour les films plus anciens c’est différent et la ressortie en Blu-ray Ultra HD / 4K est souvent l’opportunité d’avoir une expérience nouvelle et bien supérieure à celle d’origine.

Ainsi, bon nombre de films des années 80/90/2000 ont bénéficiés d’une remise à niveau du mixage son, la plupart du temps en 5.1, vers un mixage 7 canaux, augmenté de 2 à 4 canaux d’ambiance. Les exemples sont nombreux et je vous invite à (re)découvrir la liste que j’ai pu déjà partagée pour les sorties de l’année dernière. Suivez ce lien.

L’un des intérêts de ces formats c’est qu’ils sont également sans compression. Le « vieux » mixage 5.1 a été généralement proposé en Dolby Digital ou DTS. Ces formats ont bouleversé notre paysage sonore à l’époque mais aujourd’hui nous pouvons constater qu’une résolution supérieure et une absence de compression peut vraiment faire une différence dans le détail, la dynamique, l’impact.

Alors que faut-il espérer avoir dans ces canaux d’ambiance ? Et bien comme je le disais, c’est très variable. Voici quelques exemples.

 



DTS:X
  • Backdraft : quelques effets pyrotechniques supplémentaires et des effets de souffle épars de quelques secondes. Une dynamique bien plus large.
  • Waterworld : beaucoup de musique et quelques effets sonores de mer ou d’armes.
  • The scorpion King : un peu de renfort musical, beaucoup d’effets de flèches et autres armes tranchantes, quelques cris.
  • Jurassic Park (Top !) : une distribution très intelligente pour les canaux d’ambiance avec des effets de pluie différents entre les canaux avant et les canaux arrière (selon la position des enfants dans la voiture par exemple !) et des chocs sonores. Mais c’est surtout la diabolique précision des effets sonores qui est époustouflante et une effroyable dynamique. Le mixage DTS était puissant, ce mixage DTS:X l’est encore plus.
  • Jurassic World Fallen Kingdom : des nombreux effets verticaux, notamment dans la séquence du volcan qui explose avec des bruits d’animaux volants et les rochers qui tombent. Et une belle impression de claustrophobie sous l’eau durant toute la séquence ou les personnages tentent de sortir de leur navette / bulle.
  • Pitch Perfect 3 : Un film désolant mais avec des séquences musicales et des effets assez réussit pour donner du volume et du punch à certains morceaux.

 




Dolby Atmos
  • The matrix : (top !) remixage fabuleux de dynamique et de force avec de nombreux effets verticaux qui viennent élargir sensiblement une scène sonore que nous avons découvert très étriquée dans sa version Dolby Digital. Ici cela respire large et les effets de tirs, fracas de murs ou impacts de points sont percutants.
  • Le 5ème élément : cet excellent souvenir de Luc Besson est revu avec une ambiance doucement amplifiée dans les canaux d’ambiance avant (beaucoup plus rarement dans les canaux arrière) ; bruitages, échos de voix. Lors des fusillades on profite de tirs dans tous les canaux. A noter un très beau moment sonore avec l’évasion de Leeloo (effets enveloppants et quelques trajectoires sonores hautes énergiques) et la poursuite du taxi livre quelques beaux effets de panoramiques sonores.
  • The Hunger games (import) : La licence dispose dans ses éditions américaines d’un mixage Dolby Atmos qui apporte beaucoup plus d’immersion, en particulier lors des affrontements avec des ambiances de nature bien plus dense (bruits de forêt, oiseaux…) et des effets beaucoup plus panoramiques (la propagation du feu par exemple)
  • San andreas : Un dolby Atmos qui supporte admirablement ce film catastrophe, propulsant des projectiles dans tous les canaux, des effets de feu et de vent. Un des meilleurs moments c’est la vague qui vient frapper l’immeuble avec une sensation forte de noyade par la suite, les effets d’ambiance n’étant ici qu’en renfort ponctuel mais en renfort très efficace.
  • Transformers Age of extinction : Tentez l’ouverture du film avec des panoramiques arrière / avant des vaisseaux très impressionnants, à l’image d’un contexte sonore riche et projeté à chacun des affrontements.
  • Sans un bruit : Un mixage d'exception avec des bruits qui parcourent chaque enceinte pour dupliquer les sensations d'angoisse de ce film. Les bestioles parcourent chaque canal, devant, à l'arrière, sur les côté et au dessus. Un vrai régal !