Livre : Gaming Goes To Hollywood

Verdict:Très Bon

par: Emmanuel Galais


Tron, Resident Evil, Doom, Pixels, Double Dragon, Super Mario Bros. ou plus récemment Tomb Raider, Monster Hunter et Mortal Kombat : ces quelques œuvres ont créé des ponts entre deux mondes, deux imaginaires, deux publics se partageant la planète Geek. « Gaming Goes to Hollywood » est appelé à devenir LA bible de références des adaptations de jeux vidéo au cinéma !

Avec Gaming Goes to Hollywood, explorez sur un ton à la fois humoristique et informatif les curieuses interactions qu'entretiennent le 7ème art et les jeux vidéo : des premières tentatives dans les années 1970-1980 aux récents blockbusters hollywoodiens, en passant par les séries TV animées, les expérimentations asiatiques, les essais français et même les séries B (ou Z) exploitant sans vergogne le genre.

Richement illustré, ce livre de 304 pages, hardcover et grand format, propose non seulement une historique de l'adaptation vidéoludique au cinéma (avec les premières tentatives dans les années 70), mais offre également une pléthore d'interviews de réalisateurs et acteurs ayant œuvré dans le genre, parmi lesquelles Paul W.S. Anderson, Milla Jovovitch, Christophe Gans, Alicia Vikander, Takashi Miike, Uwe Boll...

Alors c’est vrai quand même que le cinéma a souvent fait les yeux doux aux jeux Vidéos, particulièrement lorsque celui-ci à commencer à écrire des scénarii assez construits pour durer. Et même lorsque ceux-ci étaient à l’état embryonnaire, comme les premiers « Tomb Raider » ou encore « Résident Evil ». Mais à mesure que les techniques se sont affinés que les consoles ont commencé à briller par la qualité visuelle, les jeux sont devenus de véritables licences qui n’ont pas échappés au cinéma. Sans pour autant réellement convaincre. Et ce n’est pas la dernière version de « Mortal Kombat » qui viendra le démentir, ni « Warcraft » qui ne manquait pourtant pas de qualités.

Mais le livre de Claude Gaillard, John Prate et Olivier Lehmann vient nous offrir un tour d’horizon assez complet de cette attirance entre deux mondes qui ne sont plus si différent l’un de l’autre mais qui ne parviennent pas à se comprendre totalement. Mais le livre va plus loin parce qu’il n’en parle pas que des adaptations de jeux vidéo en long métrage, mais surtout de ces deux univers qui parvinrent à se retrouver et ce, dès 1974, avec « Soleil Vert » de Richard Fleisher qui nous embarque dans un 2022, très fantasmé et son « Computer Space », ou encore pour les plus nostalgiques le jeu « Pong » que l’on voit apparaitre pour la première fois en 1975 dans « Rancho Deluxe » de Frank Perry. De simples apparitions en éléments d’un décor futuriste ou en vedette centrale de l’intrigue comme dans « Pixel » de Chris Columbus (Adaptation du court métrage de Patrick Jean (2010) en 2015 à Ready Player One de Steven Spielberg en 2018. Le jeu vidéo a su trouver sa place dans l’esprit des faiseurs de rêve hollywoodiens.



Loin de n‘être qu’une simple compilation des adaptations TV, Ciné et autres de jeux vidéo, « Gaming Goes To Hollywood » est surtout l’occasion pour ses auteurs de parler de ces deux médias à travers de courts textes, mais surtout à grand renfort d’interviews et d’exemples qui viennent étayer leurs recherches et leurs analyses. Les amateurs autant que les néophytes y trouveront un style parfois drôle mais toujours passionné et passionnant qui les plongeront dans deux univers similaires, presque devenus siamois au fil du temps.