Test Jeu de Société : Wingspan Extension Océanie

Verdict:Excellent

par: Emmanuel Galais




Dans Wingspan, les joueurs incarnent des passionnés d'oiseaux de tous les bords : des chercheurs, des observateurs, des ornithologues ou encore des collectionneurs. L'objectif du jeu est de chercher à découvrir et attirer les plus beaux spécimens dans votre volière. Chaque oiseau posé déclenche une combinaison d’actions dans un de vos habitats. L’extension « Océania » se focalise sur les oiseaux d’Australie et de Nouvelle-Zélande et comprend de nouveaux plateaux de jeu, de nouveaux oiseaux et des œufs de couleur jaunes. Les cartes d'oiseaux d'Océanie sont conçues pour être mélangées avec les cartes d'oiseaux du jeu de base, avec ou sans autres extensions.


Cette extension comprend de nouveaux tapis de jeu et un nouveau type de nourriture, permettant aux joueurs d'explorer différentes stratégies dans ce nouvel environnement. Elle comprend également de nouvelles cartes bonus et davantage d'objectifs de fin de partie, ainsi qu'une nouvelle couleur d'œuf. Le nectar est également un nouvel élément introduit dans le jeu, celui-ci vous permettra d'activer certains oiseaux , mais aussi de gagner des points de victoires.


A la fois Deck building et Gestion de ressources, « Wingspan » d’Elizabeth Hargrave qui avait déjà à la manœuvre sur « Mariposas » et « Tussi Mussi », est un jeu qui fait le pari de nous amener à jouer en apprenant un peu plus des oiseaux. Car au-delà des qualités du jeu, ce qui est surprenant avec ce jeu c’est qu’il nous en apprend un peu plus sur les oiseaux de tous les continents. Car chaque carte comprend un court résumé de présentation de l’animal que nous allons jouer, et cela est une idée suffisamment excellente pour être soulignée, car ce n’est pas si souvent que des jeux de société, autre que des quizz parviennent également à nous en apprendre un plus sur son sujet. L’auteure du jeu avait déjà utilisé ce procédé sur « Mariposas », mais cette fois ca avec des papillons.


Concernant « Wingspan », la première grande bonne nouvelle est cette approche particulièrement épurée du jeu qui lui donne finalement tout son sens et toute sa dynamique. Pas d’explication durant des heures, juste quelques minutes pour expliquer la mécanique et ensuite en un tour de jeu la dynamique est acquise. Car pour « Wingspan » se joue en quatre manches durant lesquelles les joueurs vont devoir à tour de rôle et jusqu’à épuisement de leurs cubes d’actions, choisir entre 4 actions possibles : Jouer un Oiseau, c’est à dire le poser dans une des cases libres de son plateau et en activer son pouvoir, soit pondre des œufs qui serviront ensuite de ressources, soit récupérer de la nourriture et enfin piocher de nouvelles cartes oiseaux. La simplicité de jeu est aussi sa dynamique, car en limitant à une action par tour de joueur, l’auteur évite les temps morts et permet de garder une fluidité constante dans la partie.


Autre grande et belle surprise, l’esthétique du jeu, particulièrement soignée qui nous interpelle dés le départ. Des plateaux de jeux solides, des petits œufs que l’on a envie de manger et une mangeoire dans laquelle nous lançons les dés qui servent à récupérer des ressources, à monter et à démonter. Rien n’est laissé au hasard pour que l’expérience soit agréable et donne envie de refaire des parties, sans parlers des cartes aux illustrations ludiques. Une esthétique visuelle que l’on doit à un trio d’illustratrices : Natalia Rojas, Ana Maria Martinez Jaramillo et Beth Sobel (Viticulture).


Et l’extension « Océania » qui prend la suite de l’extension « Europe » ne déroge pas à la règle, avec de nouveaux plateaux de jeux, de nouveaux œufs, de nouveaux dés et surtout une nouvelle ressource qui n’en n’est pas tout à fait une : Le Nectar. En fait, le Nectar peut prendre la place de n’importe quelle ressource, sauf pouvoir contraire, mais génère également des points suivant la gestion du joueur. Ce qui offre une nouvelle dynamique au jeu qui ne se contente pas de simplement rajouter de nouvelles cartes oiseaux pour un peu d’exotisme. Ici, le jeu prend u nouveau sens, et c’est ce qui nous plait d’emblée. Ainsi « Océania » ne se contente pas d’être une extension, il vient s’imposer comme une nouvelle règle, toujours aussi simple, mais qui offre une nouvelle manière de jouer. 

Editeur : Stonemaier (https://stonemaiergames.com/) A partir de 10 ans   Partie de 1 à 2h00  pour 1 à 5 joueurs  Prix de vente conseillé 32€