LE GRAND REX fête ses 90 ans ! Retour sur une histoire remarquable


Nous vous proposons ci dessous des informations et des extraits d'interviews issus du dossier de presse que nous avons reçu à propos des 90 ans de cette fabuleuse salle qu'est LE GRAND REX. Salle de cinéma mais également salle de spectacles et de concerts, cette salle unique fait réver dès qu'on y pénètre. Pour ceux qui n'ont jamais eu la chance d'assister à une séance, n'hésitez pas une seconde lors d'un passage à Paris.




Le GRAND REX: les dates clefs de son histoire

Septembre 1931 l'édification du Grand Rex débute par la démolition du bâtiment situé sur la parcelle et par le creusement d’une fosse de plus de 16 mètres pour réaliser les fondations.

8 décembre 1932 inauguration officielle en présence de 3 300 invités. Le premier film à l’affiche est Les Trois Mousquetaires d’Henri Diamant-Berger dans sa version parlante, remake du précédent muet tourné en 1921.

1941-1945 le Grand Rex est réquisitionné pendant l’occupation allemande et devient un « Soldatenkino ».

1953 le Grand Rex est le premier cinéma français à projeter en CinémaScope, technique permettant de filmer avec un format panoramique sur un film classique 35mm. Le film La Tunique réalisé d’Henry Koster devient alors la première projection de ce type.

1957 un escalier mécanique remplace l’escalier d’origine pour rejoindre sans effort l’espace du foyer de la mezzanine. Cette innovation technique majeure pour l’époque est inaugurée par les acteurs Gary Cooper et Mylène Demongeot.

1971 le Grand Rex va significativement changer de visage sous la main de l’architecte Artémisios Wang dont le projet lui fait définitivement perdre la plupart de ses attributs Art déco en façade.

1974 3 nouvelles salles de projection sont créées à la place des loges. La même année, la discothèque le Rex Club ouvre ses portes à la place du dancing le Rêve, sous le bâtiment principal.

1981 les façades, les toitures et la salle du Grand Rex sont inscrites aux Monuments Historiques.

1984 3 nouvelles salles de projection sont aménagées, portant leur nombre à 7.

1988 le Grand Large, plus grand écran de France pendant plus de 25 ans (260 m2), est installé dans la salle principale. Le Grand Bleu de Luc Besson est projeté lors de l’inauguration et restera en tout 3 ans à l’affiche.

2010 3 grands bandeaux électroniques à LED remplacent les supports d’affiches du plein de travée sous la marquise. Les huisseries de la tour sont repeintes en rouge et encadrées par deux écrans électroniques verticaux.

 



Dossier
Créé par Jacques Haïk et inauguré en 1932, le Grand Rex s’est immédiatement démarqué par sa capacité hors-norme pour l’époque, ses innovations techniques, son architecture Art déco aux multiples influences et sa salle dite « atmosphérique », inspirée des cinémas américains des années 1920. Des particularités qui lui ont permis de résister au temps, à la différence de nombreux établissements contemporains aujourd’hui disparus. S’il a été profondément remanié au cours de son histoire, mais sans toutefois toucher à la grande salle, le Grand Rex renoue aujourd’hui avec son aspect originel et reste l’un des témoins les plus emblématiques d’une période faste pour l’architecture des cinémas français de l’entre-deux guerres. À l'occasion des 90 ans de vie de ce lieu mythique du paysage culturel parisien, le duo d'architectes Grichka Martinetti et Stéphane Thomasson a été appelé à restaurer en profondeur le monument afin de le rajeunir en lui offrant un futur nourri de son passé légendaire. Après plusieurs mois de travaux, la nouvelle façade sera dévoilée au public le 8 décembre prochain.



« C’est à Jacques Haïk, le créateur du Grand Rex que l'on doit la décoration de la Grande salle. Jacques Haïk était franco-tunisien et voulait un cinéma qui évoque son pays, d’où ce jardin méditerranéen art déco, avec ses arbres, ses statues qui lui rappelaient son enfance. Au départ, Jacques Haïk voulait créer une salle de plus de 5 000 places, mais il n’a pas pu le faire pour des raisons administratives. Il est donc revenu à une formule de 4000 sièges, avec de nombreux strapontins. Les grands fauteuils en cuir que l’on connaît aujourd’hui qui datent des années 60/70 sont désormais la signature du Grand Rex. »

— Extrait de l'interview d'Alexandre Hellmann,
Directeur général délégué du Grand Rex par Laurent Cottilon 




 « Mieux qu’un rideau de scène, une gigantesque bâche destinée à envelopper des mois durant la totalité d’un bâtiment. Sous ce drap taille magnum : le Grand Rex, mythique cinéma affichant comme seul et unique programme sa propre renaissance. Pour acteurs, des bataillons d’ouvriers, maçons, peintres, serruriers, électriciens, informaticiens avec à leur tête un duo d’architectes  enthousiasmés par leur tâche et dopés par leur bâche. Car oui tout est né d’elle et de l’obligation de la suspendre pour mieux protéger les passants des scories provoquées par l’indispensable ravalement de l’édifice. Au départ d’ailleurs, il n’était question que de cela, ravaler et assurer l’étanchéité déficiente des toitures de cet immeuble édifié en 1932, retouché dans les années 70, dénaturé dans les années 80. Nettoyer le cinéma, lui redonner belle allure, c’était la moindre des choses pour un anniversaire, son 90e.

Mais voilà que dans la tête de Grichka Martinetti et Stéphane Thomasson, les architectes appelés à mener à bien cette entreprise, a surgi une idée d’apparence saugrenue, faire de cette bâche non pas une contrainte mais une chance, qui permettrait d’assurer un nettoyage et carrément un lifting pour le restaurer en profondeur afin de le rajeunir en lui offrant un futur nourri de son passé légendaire.

[...] Édifice aux façades inscrites à l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques par Jack Lang en 1981, Le Grand Rex est le dernier exemple encore debout de cinéma à l’architecture Art déco. Il est l’œuvre d’un premier duo d’architectes, le français Auguste Bluysen, auteur entre autres de la Biscuiterie LU à Nantes et du casino du Touquet, et de l’américain John Eberson. Ce dernier fut le grand manitou des cinémas de style dit « atmosphérique ». Il en édifia des dizaines Outre-Atlantique. En France, le Grand Rex en est l’unique et dernier représentant. »

— Extrait du texte ReXnovation
par Philippe Trétiack, journaliste et écrivain

 




« L’histoire d’amour entre la salle parisienne inspirée par le Radio City Music Hall de New York et la musique a commencé il y a plus de quarante ans, avec un concert de Billy Joel. Le songwriter américain, rare sur nos terres, a en effet inauguré ce qui est devenu un temple des musiques populaires, dans leur acception la plus large. En quatre décennies, le Grand Rex a accueilli aussi bien les plus grands noms de la pop et du rock, les ténors de la chanson française, des jazzmen, tout en s’ouvrant largement aux musiques lusophones, du Portugal au Brésil. « Aux débuts, j’ai commencé par organiser des concerts les mardis et jeudis », se souvient Bruno Blanckaert, directeur de la salle. « A cette époque-là, j’aimais la pop de la Côte Ouest ». S’il est initialement difficile de convaincre les acteurs traditionnels du métier, une nouvelle génération de producteurs va accompagner l’émergence du Grand Rex dans les salles incontournables de Paris. »

— Extrait de l'interview de Bruno Blanckaert,
Directeur général du Grand Rex par Olivier Nuc




LE GRAND REX
EN QUELQUES CHIFFRES (par an)

1 million de spectateurs

2 702 places dans la Grande salle, la plus grande salle de cinéma au monde

100 Avant-Premières

150 000 spectateurs pour les dessins animés de Noël et la Féerie des Eaux

70 000 visiteurs au Rex Studios