Eragon (Blu-Ray)

Catégorie
Cinéma
Genre
Pays
USA
Date de sortie
20/06/2007
Réalisateur
Format
Blu-Ray
Boitier
Amaray
Scénaristes
Peter Buchman
Compositeur
Patrick Doyle
Edition
Standard
DureeFilm
104
Support
Critique de Frédéric Beaufrere
Depuis le Seigneur des Anneaux, l’heroïc fantasy est à la mode à Hollywood et la sortie d'Eragon fut probablement la résultante de cet engouement des spectateurs pour le genre. La Fox nous propose aujourd’hui l’édition Blu-Ray du premier épisode de ce qui est annoncé comme étant une trilogie. Conte fantastique plongeant le spectateur dans une époque où dragonniers et dragons peuvent communiquer grâce au lien fusionnel qui les unit, le film constitue un spectacle distrayant mis en valeur par une version haute définition à l’image très soignée qui fait honneur au support Blu-Ray.

Un dragon tout n'oeuf

Alors que jadis la paix régnait en Alagaësia, un traitre se glissa parmi les dragonniers. Le félon anéantit par les armes tous les dragons et leurs dragonniers puis se proclama roi. Au temps présent, alors que l’époque des dragonniers n’est plus qu’une légende, le roi Galbatorix (John Malkovitch) règne en tyran sur les terres de ses sujets sans que personne n’ose s’opposer à sa suprématie. Mais un jeune chasseur du nom d’Eragon (Edward Speleers) trouve un jour une étrange pierre bleue sur le chemin de la chasse.

Une trouvaille qui lui vaut d’être traqué sans relâche par les hommes de Galbatorix et qui s’avère finalement être un œuf de dragon prêt à éclore. Un mystérieux habitant du village qui s’intéresse à tout ce qui peut rendre la vie du roi difficile (Jeremy Irons), entreprend alors de protéger Eragon contre les hordes lancées par Galbatorix et son magicien maléfique (Robert Carlyle)…

Un rythme effrené

S’éloignant à grande coudées du scénario déroulé par le livre, ce portage cinématographique, simple mais trépidant, s’attache surtout à évoquer, sur fond de bataille et de luttes à grand spectacle, le lien personnel et puissant qui unit les dragonniers à leur monture. Un remaniement scénaristique qui prend des libertés par rapport à l'oeuvre papier, en faisant des bonds dans le temps en ne détaillant peut-être pas suffisamment l’évolution des différents personnages ni la progression de leur talents et de leur entente. Il en résulte un film trop rapide et trop bref pour contenter les lecteurs de l'ouvrage, mais suffisemment hollywoodien pour séduire les spectateurs découvrant l'histoire.

On y perçoit un John Malkovitch (aux trop brèves apparitions) cantonné au rôle d’un roi exigeant moins impressionnant que dans le court métrage Pirelli qui le met en scène et un Jeremy Irons qui demeure un peu cabotin mais parvient à porter sur ses épaules une bonne partie du film. Pour sa part, le jeune Edward Speleers au brushing peu crédible interprète avec un certain talent le rôle principal, mais manque cruellement de peps. La belle Sienna Guillory reste quant à elle trop discrète, trop blonde et aurait mérité un personnage d'Elfe plus développé dans ce premier film.

Eragon captive cependant les spectateurs les plus jeunes qui se retrouvent aisément dans l’adolescence téméraire et insouciante du héros. L’histoire est traitée à la manière d’un Star Wars (un jeune padawan impétueux, son mentor, un méchant doté de pouvoirs impressionnants, des armées entière de soldats soumis au méchant, etc) mais emprunte aussi beaucoup aux seigneur des anneaux dans sa photographie et ses décors immensément soignés. Eragon, dans cette version HD, flatte donc l’imaginaire en nous plongeant dans un conte fantastique saupoudré d’une très légère pointe d’humour, le tout s’enchainant à grande vitesse dans des tableaux majestueux.

Conclusion

Tiré du livre du même nom, Eragon le film s’avère trop court en durée et trop rapide en cadence pour traduire toutes les subtilités et les évolutions lentes des personnages imaginés par l’auteur du livre. La retranscription cinématographique s’avère donc un peu frustrante et chronophage concernant la progression des protagonistes et emprunte visuellement beaucoup au seigneur des anneaux. Les fans de l’œuvre papier seront donc déçus, mais les spectateurs découvrant l’histoire passeront un agréable moment, d’autant que la version Blu-Ray est un régal pour les yeux.

Définition
Couleurs
Compression
Format Vidéo
16/9 anamorphique couleur
Format Cinéma
2.35:1

Il faut chercher et pinailler pour trouver le moindre grain dans l’image sur les séquences les plus sombres. Le reste du temps, c'est-à-dire le plus souvent, la photographie magnifique d’Eragon, ses décors et ses plans larges, font honneur à la haute définition. Le piqué d’image est impeccable. L’encodage en MPEG2 est ici incroyablement propre, avec une image dynamique et volumineuse. Les couleurs légèrement saturées dans les paysages donnent à ce conte toute sa personnalité, tandis que les teintes plus naturelles lors de scènes entre protagonistes sont baignées de nombreux effets spéciaux qui se fondent dans en toute discrétion à l’ensemble.

La mise en scène honnête et les effets spéciaux signé ILM assurent le spectacle en créant des scènes de combat épiques à grand renfort de figuration numérique et de sortilèges luminescents. Le résultat visuel est au dessus de ce que l’on constate généralement sur les éditions Blu-Ray encodées en MPEG2, de quoi faire découvrir ou redécouvrir ce très bon film fantastique dans des conditions optimales, sur un écran 1080p.

Sous Titres
Notes
Langues
Film
Bonus
Com
Spatial
Dyn
Surr
Anglais
Oui
Non
Non
Bonne
Bonne
Bonne
Français
Oui
Non
Non
Bonne
Bonne
Bonne
Allemand
Oui
Non
Non
Bonne
Moyenne
Bonne
Français
Oui
Non
Non
Bonne
Moyenne
Bonne
Danois
Oui
Non
Non
 
 
 
Finnois
Oui
Non
Non
 
 
 
Néérlandais
Oui
Non
Non
 
 
 
Norvégien
Oui
Non
Non
 
 
 
Suédois
Oui
Non
Non
 
 
 
Seule la piste anglaise bénéficie d’un traitement DTS HD Master Audio. Sur un film de cet acabit, mêlant scènes d’action et nombreux effets spéciaux, la restitution du son HD devient percutante et incisive. L’efficacité de la bande son est un plaisir pour les oreilles, même si l’on peut regretter que les voies arrières ne soient pas assez sollicitées. Les français et les allemands doivent se contenter, comme souvent, d’une piste compressée en DTS 5.1.

Côté bande originale, la majestueuse partition de Patrick Doyle (qui a signé les musiques des films Harry Potter), sait osciller entre grandes envolées chevaleresques et moments plus intimistes. Sans égaler la partition des meilleurs films du genre Heroic Fantasy, on apprécie tout de même la bande son tout au long de l’œuvre, la musique enveloppant les images sans exagération pendant plus d’une heure trente de magie.
Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
Durée Bonus : 6 min
Livret
Bande annonce
Biographies
Making of
Documentaire
Interviews
Com. audio
Scènes sup
Fin alternative
Galerie de photos
Story board
Multi-angle
Liens internet
Interface Rom
Jeux intéractifs
Filmographies
Clips vidéo
Bêtisier
Bonus Cachés
Court Metrage
Point de scènes coupées ou de documentaire sur cette version Blu-Ray d'Eragon hélas. C'est là qu'est l'os. La section du menu pompeusement intitulée "Bonus" se contente de proposer quelques bandes annonce de titres de la Fox à sortir en Blu-Ray : la bande annonce d'Eragon lui-même, mais aussi celle de l'Age de Glace 2 et enfin celle de La nuit au Musée.