Donnez votre avis!
Images du film
Images des bonus

Red Sparrow

Catégorie Cinéma
Genre Espionnage
Pays US
Date de sortie 08/08/2018
Réalisateur Francis Lawrence
Avec Jennifer Lawrence, Joel Edgerton , Charlotte Rampling, Jeremy Irons
Format Blu-Ray
Boitier Amaray
Producteurs Peter Chernin, David Ready, Jenno Topping, Steven Zaillian
Scénaristes Justin Haythe
Compositeur James Newton Howard

Critique de Chanh Hong
Editeur Fox pathé europa
Edition Standard
Label  
Zone / Région 2
Durée Film 140 min
Support
   
   

L'histoire
Dominika Egorova est une jeune ballerine russe brillante,, mais au cours d'une représentation elle est blessée gravement, mettant fin ainsi à sa carrière. Elle est alors recrutée par son oncle qui travaille pour les services secrets russes, afin de démasquer la taupe au sein de l'organisation.

Critique

Le réalisateur Francis Lawrence et l'actrice Jennifer Lawrence (aucun lien de parenté) sont de nouveau réunis, après Hunger games, pour le film d'espionnage : Red sparrow.

La lecture du synopsis et la bande annonce ne laissent rien espérer d'excitant. Encore un énième film d'espionnage ayant pour personnage central une femme pour démontrer que celles-ci sont aussi fortes que les hommes. Salt avec Angelina Jolie est passé par là, Conspiracy avec Noomie Rapace, et dernièrement Atomic Blonde avec  Charlize Theron.

Heureusement, Red sparrow évite de tomber dans le piège de ses collègues citées ci-dessus. Jennifer Lawrence ne pratique pas d'arts martiaux, ne manipule pas de mitrailleuses, les scènes d'action sont quasi inexistantes, excepté une. Et aucune explosion et effets numériques improbables ne sont à déplorer. Le film mise tout sur les personnages, l'intrigue et une ambiance pesante. L'histoire est simple à suivre mais reste néanmoins captivante grâce à la mise en scène. Les personnages principaux comme secondaires bénéficient d'un traitement qui ne sont ni manichéen ni outrageusement complexe inutilement, comme dans les autres films de ce type. Ils sont juste crédibles.

Autant la mise en scène rigoureuse et traditionnelle de Francis Lawrence a desservi la série Hunger games, qui avait besoin d'un peu plus d'audace, autant elle va comme un gant à Red sparrow. Revenant ainsi à l'essentiel et au réalisme qui manquent cruellement aux films d'espionnage de ces dernières années.
L'autre point fort du film repose sur l'aspect graphique, à savoir la violence, la nudité, le sexe. Le film montre ce qu'il doit montrer sans se soucier d'être interdit au moins de 13 ans. C'est un gros risque de la part du réalisateur et surtout de l'actrice Jennifer Lawrence.  

En effet dans Red Sparrow, l'actrice ose montrer son corps, sa sexualité, on est loin de l'image lissée de Katniss dans Hunger games, des X-Men et ses autres comédies romantiques . On découvre une autre facette de son jeu. Ses partenaires Joel Edgerton, Charlotte Rampling et Jeremy Irons  se voient offrir des rôles étonnamment intéressants par rapport à leurs habitudes.

Le film a quelques défauts malgré tout, comme certains raccourcis narratifs ou une révélation finale non prévisible, mais pas obligatoire. Et quelques codes habituels et incontournables des films d'espionnage, mais cela n'entache rien à la qualité finale du film.

Conclusion
Red sparrow
se révèle être une très bonne surprise, sortant du lot des films d'espionnage au féminin sortis ces dix dernières années.

Définition
Couleurs
Compression
   
Format Vidéo HD 1080p
Format Cinéma 2.40:1
   
   

Le Blu ray est encodé en AVC au format 2.40:1, proposant une image ultra détaillée et contrastée, en particulier sur les gros plans des visages (on peut voir la texture des couches de maquillage appliquées sur les acteurs). Les scènes nocturnes sont remarquablement gérées, avec de vrais noires, sans bruits. La qualité de la compression est également au rendez-vous. On se croirait presque devant une image d'un Blu ray UHD.

Langues  
Format  
Bonus  
Commentaires  
Spatialisation  
Dynamique  
Effets surround  
   
   
   
   
 
Langues Type Format Sous Titres Film Sous Titres Bonus Sous Tit. Comment. Spatial. Dynamiq. Surround
Anglais DTS HD Master Audio 7.1 Oui Oui Oui Bonne Bonne Bonne
Français DTS 5.1 Oui Oui Oui Bonne Moyenne Bonne

La VO est en DTS HD MASTER AUDIO 7.1, et la VF est en DTS 5.1 classique. Le mixage se montre discret mais efficace, le film est basé sur une ambiance de suspense et paranoïa sur fond de Guerre Froide plutôt que sur les scènes d'action avec de grosses explosions à tout va. Les basses sont présentes mais de manière subtile, la musique et les différents bruitages se glissent sournoisement dans nos enceintes pour nous plonger dans une tension permanente.

Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
   
Durée Bonus 0 min
Boitier Amaray
   
   
   
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
  

Bonus 

- Commentaire audio du réalisateur Francis Lawrence : bien qu'il soit intéressant à écouter, car il délivre des informations habituelles sur le tournage, le commentaire garde un côté promotionnel, où le réalisateur n'est pas avare de compliments envers son actrice.

- Une nouvelle guerre froide : genèse et adaptation : un making of classique avec les interventions des différents participants au film, des images de tournage et discussions autour du film.

- Agents provocateurs : le casting : une featurette sur les acteurs, et notamment Jennifer Lawrence qui nous présentent leur personnage respectif.

- Techniques d'espionnage : une approche authentique : un documentaire se concentrant sur la mise en scène de Francis Lawrence.

- Au cœur de la tempête : sur le tournage : une featurette qui se focalise sur les décors et les lieux de tournage du film.

- Bienvenu au centre de formation des moineaux : ballets et cascades : se focalise sur le chorégraphe et danseur qui entraîne Jennifer Lawrence pour être crédible à l'écran en tant que danseuse de ballet.

- La mosaïque des besoins : post-production : une featurette consacrée au montage du film.

- Scène coupées : au nombre de dix, à visionner avec ou sans le commentaire du réalisateur.