Donnez votre avis!
Images du film
Images des bonus

Chanson Douce

Catégorie Cinéma
Genre Drame
Pays FR
Date de sortie 01/04/2020
Réalisateur Lucie Borleteau
Avec Karin Viard, Leila Bekhti, Antoine Reinartz
Format Blu-Ray
Boitier Amaray
Producteurs Pascal Caucheteux, Nathalie Gastaldo Godeau, Philippe Godeau, Grégoire Sorlat
Scénaristes Lucie Borleteau et Jeremie Elkaïm
Compositeur Pierre Desprats
Critique cinéma Chanson Douce

Critique de Emmanuel Galais
Editeur Studio canal
Edition Standard
Label  
Zone / Région 2
Durée Film 100 min
Support
   
   

Paul et Myriam ont deux enfants en bas âge. Ils engagent Louise, une nounou expérimentée, pour que Myriam puisse reprendre le travail. Louise se montre dévouée, consciencieuse, volontaire, au point que sa présence occupe une place centrale dans la famille. Mais très vite les réactions de Louise deviennent inquiétantes.


Adaptation du best-seller de Leila Slimani, lui-même adapté de deux faits divers l’un de 2012 à Manhattan, où une nourrice avait poignardé les deux enfants dont elle avait la garde avant de tenter de suicider elle-même. Une tension avec les parents avait été mise en lumière dans les raisons possibles de cet acte odieux. Et celui en 1997, où Louise Woodward, une jeune fille au pair d’une famille américaine avait secoué le bébé dont elle s’occupait. Une fois encore, le manque d’implication des parents avait été retenu comme l’une des raisons possibles de l’acte de la jeune fille. 


Dans « Chanson douce », la réalisatrice Lucie Borleteau (Cannabis), qui a co-signé le scénario avec Jeremie Elkaïm (La Guerre est déclarée), ne cherche pas à apporter la moindre notion de jugement, ni même le moindre effet narratif qui puisse aiguiller le spectateur vers telle ou telle direction. Elle cherche, au contraire à forcer ce même spectateur à s’interroger sur son propre comportement, son rapport à la famille et plus particulièrement à l’enfance. Ici les parents ne sont pas odieux et encore moins démissionnaires, mais ils sont pris par leur travail et ne considèrent pas les enfants comme une élévation, mais comme une sorte d’obstacle à leur progression professionnelle. Ils font appel à une nourrice pour surmonter cet obstacle. Quant à Louise, elle arrive tout d’abord comme une sorte de « Mary Poppins » providentielle pour se révéler une femme perturbée, qui va exercer une sorte de transfert sur les deux enfants du couple, pour finir en total désaccord avec les parents sur des points surmontables, mais qu’aucune des deux parties ne parviendra à affronter.


Utilisant une lumière volontairement naturelle et des couleurs assez vives pour venir en contre-point de la noirceur du propos, Lucie Borteleau ne laisse jamais sa mise en scène prendre la direction du spectaculaire ou du voyeurisme gratuit. Bien au contraire, elle va même offrir des plans de toute beauté, conçu comme des toiles de peintres qui, dans un contexte particulier, vont appuyer encore plus la suspension horrifique dans laquelle baigne l’intrigue. A l’instar de cette scène où Louise erre, nue, dans l’appartement vide du couple. Il y a une construction simple mais efficace de la mise en scène avec une dynamique en sourdine pour mieux imprégner le spectateur. Ainsi, lorsque Louise commence à avoir une attitude inquiétante avec les enfants, le spectateur ne voit pas forcément arriver le couperet qui n’est pas loin de tomber.


Karin Viard, qui avait déjà fait preuve d’une capacité à composer des personnages inquiétants ou au bord de l’implosion, comme dans « Jalouse » des frères Foenkinos en 2017, vient, ici apporter une parfaite subtilité dans son jeu pour rendre son personnage, à la fois rassurant et en même temps perturbant. L’actrice porte, littéralement, le film sur ses épaules et parvient même à éclipser les deux autres acteurs principaux que sont Leila Bekhti (The Eddy), pourtant tout en émotion et en tendresse, et Antoine Reinartz (La Vie Scolaire), qui apporte cette tension et cette prise de conscience des attitudes inquiétantes de Louise.


En conclusion, « Chanson Douce » est un film adapté d’un roman, lui-même adapté de de deux faits divers. Le scénario et a mise en scène, ont cela d’intéressant, qu’ils s’affranchissent d’apporter le moindre jugement, laissant le spectateur libre de ses propres conclusions. C’est réjouissant autant que la composition précise et inspirée de la distribution.




Définition
Couleurs
Compression
   
Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
Format Cinéma 2.35:1
   
   

Dans l’ensemble l’image est de bonne tenue avec des couleurs bien pesées et des contrastes qui donnent une véritable profondeur à l’ensemble. Le film jouant sur les différentes ambiances : Colorées en extérieures, et plus sombres en intérieur ou lorsque les choses ne vont pas forcément bien, il fallait un support qui ne soit pas trop en défaillance ou en saturation. Le travail de transfert et de très bonne qualité et le film se regarde avec beaucoup de plaisir.

Langues  
Format  
Bonus  
Commentaires  
Spatialisation  
Dynamique  
Effets surround  
   
   
   
   
 
Langues Type Format Sous Titres Film Sous Titres Bonus Sous Tit. Comment. Spatial. Dynamiq. Surround
Français DTS HD Master Audio 5.1 Oui Non Non Bonne Bonne Bonne

Une piste DTS-HD Master Audio  5.1, totalement en accord avec le film et avec ses besoins. La répartition est minutieuse, et les voix ne sont pas trop en retrait.  Lorsque la mise en scène se lance dans des scènes un peu plus en nuances, comme lorsque Louise emmène les enfants à l'air de jeux ou au parc. La répartition est minutieuse et installe le spectateur au cœur de l’intrigue.

Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
   
Durée Bonus 0 min
Boitier Amaray
   
   
   
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
  

Bonus 

Suite au confinement, nous n’avons pu recevoir le produit fini, il n’est donc pas possible de chroniquer les bonus.