Donnez votre avis!
Images du film
Images des bonus

Petit Pays

Catégorie Cinéma
Genre Drame
Pays Fran
Date de sortie 06/01/2021
Réalisateur Eric Barbier
Avec Jean-Paul Rouve, Djibril Vancoppenolle, Isabelle Kabano, Dayla De Médina, Tao Monladja
Format Blu-Ray
Boitier Amaray
Producteurs Jérôme Salle, Eric Jehelmann et Philippe Rousselet
Scénaristes Eric Barbier et Jean-Paul Rouve
Compositeur Renaud Barbier

Critique de Emmanuel Galais
Editeur Fox pathé europa
Edition Standard
Label  
Zone / Région 2
Durée Film 113 min
Support
   
   

Dans les années 1990, un petit garçon vit au Burundi avec son père, un entrepreneur français, sa mère rwandaise et sa petite sœur. Il passe son temps à faire les quatre cents coups avec ses copains de classe jusqu'à ce que la guerre civile éclate mettant une fin à l'innocence de son enfance.


Le roman « Petit pays » de Gael Faye a ému des milliers de lecteurs, au point d’obtenir même le prix Goncourt des Lycéens. Un succès et une récompense justifiée tant ce livre autobiographique, dans lequel l’auteur raconte son enfance au Burundi, alors que le conflit au Rawanda ne cesse de s’amplifier, prend au cœur et surtout aux tripes dans sa seconde partie. Car, l’écriture est intelligente, elle est à hauteur d’enfant. On y découvre la vision de Gaby, jeune garçon de père français et de mère Rwandaise, qui habite le Burundi, s’amuse avec ses copains et découvre les difficultés de ce pays à accepter la démocratie, alors que chez les voisins la guerre fait rage entre les deux ethnies qui les composent : Les Tutsi et les Hutus. Avec une sorte de détachement, au départ du roman, Gael Faye décrit une insouciance naturelle face à un pays qui cherche à se transformer politiquement, avec tout ce que cela implique. Et puis soudain, la violence et l’horreur s’invitent au milieu de ces gamins qui, contre leurs grés vont être obligé de leur faire face, et pour certain, de choisir un camp.


Et c’est au réalisateur Eric Barbier (La Promesse de l’aube) qu’est revenu la lourde tâche de mettre en image, ce roman magnifique de sincérité et d’intelligence. Avec l’aide de son acteur principal : Jean-Paul Rouve (Les Tuches), le réalisateur a donc tiré un scénario qui colle d’assez près le livre, mais qui malheureusement, par maladresse ou par choix, fait l’impasse sur l’impact psychologique de certains éléments du livre, nécessaire à la compréhension de ce que ce conflit a de dévastateur chez ces gamins, qui, comme n’importe quel enfant dans le monde ne veut que se prendre pour un grand et s’inventer des aventures, et se défier entre amis. Le scénario passe beaucoup trop vite sur les débats que les enfants ont au sujet de ce conflit, cette prise de position qu’on leur impose entre Tutsi et Hutu, cette différence qu’ils ne comprennent pas, et surtout l’impact que la tentative de noyade de Francis a pu avoir sur les gamins.


De la même manière que le scénario, la mise en scène d’Eric Barbier semble avoir beaucoup trop chapitré le film, pour privilégier le conflit et sa violence. Ainsi certains personnages ont été modifiés comme la femme du riche Hollandais, fasciste que tout le monde déteste, mais qui va proposer à Gaby de lui prêter des livres, et qui devient, dans le long métrage, une institutrice. Un personnage qui pouvait paraitre anecdotique, mais qui symbolisait à lui tout seul le « problème » occidental du conflit. Car il ne faut pas oublier, que si le conflit a prit une telle ampleur, c’est que les états Européens comme la France, n’ont pas voulu intervenir et que lorsque les casques bleus sont venus dans le pays, c’était uniquement pour évacuer les ressortissants. Une subtilité présente dans le livre, mais quasi absente dans le film. Et c’est le problème lors d’une adaptation d’un livre à succès, c’est que l’interprétation du lecteur n’est pas la même que celle du cinéaste, mais qu’on attend tout de même une certaine cohérence dans l’adaptation. 


Ici Eric Barbier, pose sa caméra, suit les gamins, parle du génocide, ose certaines scènes violentes comme le lynchage, ou la prise de pouvoirs des gangs mais perd en grande partie tout ce qui faisait l’humanité du livre. Parce que ce qu’il s’est passé au Rwanda et au Burundi dépasse de très loin la lecture linéaire d’un conflit. Certes ce qui opposait les Tutsis et Hutus est difficile à comprendre pour des occidentaux et encore plus pour des enfants, mais le livre de Gael Faye allait plus loin, consciemment ou non, notamment avec des personnages rendus beaucoup trop anecdotiques dans le film et des situations traumatisantes, dont il ne reste plus que le trauma de la mère après être allé au Rwanda, sa terre d’origine.


Côté distribution, Jean-Paul Rouve est parfaitement à sa place dans le rôle de ce père, entrepreneur qui faire fructifier son affaire, mais dans le même temps doit gérer le mal-être de son épouse, brisée d’avoir dû quitter son pays. Et c’est d’ailleurs à Isabelle Kabano qu’est revenu cette lourde tâche d’interpréter cette femme complexe, qui masque son trauma en public, mais qui ne parvient plus à faire face à sa réalité. Comme une grande partie de la distribution, L’actrice amatrice Rwandaise, qui fait ses premiers pas au cinéma est éblouissante dans une composition complexe et parfaitement tenue. Si diriger des enfants n’est jamais facile, trop de spontanéité et pas assez de concentration, nous pouvons dire que le choix de Djibril Vancoppenolle est un choix judicieux, car le jeune acteur belge relève le défi comme personne et apporte une vraie profondeur au personnage tout en lui laissant une évidente spontanéité.


Pour finir, je dirais que l’adaptation du roman « Petit Pays » par Gaël Faye par Eric Barbier, a fait l’objet de choix qui viennent affaiblir l’histoire en déplaçant son axe de narration autour du conflit et de l’instabilité régnante au Burundi faisant l’impasse sur des éléments clés du livre qui permettait de mieux comprendre les déchirures qui vont amener au drame, comme cette impossibilité de pouvoir mettre en place un système législatif. Le film donne tout de même envie de se plonger dans le livre de Gael Faye ce qui est une bonne chose en soi.




Définition
Couleurs
Compression
   
Format Vidéo HD 1080p
Format Cinéma 2.35:1
   
   

Même si le film n’a pas été tourné là-bas, Le Burundi y apparait avec toutes ses couleurs, toutes ses nuances. Le directeur de la Photographie Antoine Sanier, qui avait travaillé avec Alain Chabat sur « Santa et Cie ». La reconstitution qu’il fait de la ville de Bujumbura est remarquable et apparait comme documentée. La photographie est magnifique, que ce soit pour montrer les extérieurs mais aussi pour mettre en lumière toutes ces nuances de couleurs qui vont illustrer les sentiments qui évoluent au fil des évènements. Le support n’est jamais en saturations et permet grâce à des contrastes parfaitement dosés de gagner en profondeur.

Langues  
Format  
Bonus  
Commentaires  
Spatialisation  
Dynamique  
Effets surround  
   
   
   
   
 
Langues Type Format Sous Titres Film Sous Titres Bonus Sous Tit. Comment. Spatial. Dynamiq. Surround
Français DTS HD Master Audio 5.1 Oui Oui Non Bonne Bonne Bonne

A la manière d’un film d’horreur, ce sont les environnements sonores qui vont également venir donner de la puissance à certaines scènes, que ce soit les tirs d’armes automatiques, qui remplacent le chant des oiseaux et viennent étouffer les rires des enfants ou encore les chansons de Geoffrey Oryema et de Khadja Nin qui viennent colorer certaines scènes d’une musique composée de nuances entre amour d’un pays, d’une terre et l’histoire de ces hommes qui l’ont aimé et blessé. Et puis il y a la musique de Renaud Barbier qui vient habiller le film pour lui donner toute sa cohérence et plonger le spectateur au cœur de l’intrigue sans se faire trop présente. Tout est magnifiquement réparti et nous nous laissons porter par la qualité du travail.

Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
   
Durée Bonus 60 min
Boitier Amaray
   
   
   
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
  

Bonus 

Des entretiens séparés avec Gael Faye, Eric Barbier et Jean-Paul Rouves, qui reviennent, chacun sur l’expérience que fut ce film. L’auteur parle de son livre et de tout ce que le film a réveillé chez lui. Quant au réalisateur et au comédien, ils parlent de l’impression que leur a fait le livre et la manière dont ils ont abordé son adaptation.


Pour finir, des scènes coupées.