Dernières Actus
  CINÉ CONCERT "LA BELLE ET L...
  TOUTE SAGA A UNE FIN… STAR ...
  PALMARÈS DES OSCARS 2020
  L'ACTEUR KIRK DOUGLAS EST M...
  GOOD OMENS EN COFFRETS DVD ...
  LE MEILLEUR DES PISTES DOLB...
  KAAMELOTT PREMIER VOLET SE ...
  DISPARITION DE TERRY JONES

Test Marantz SR5014 : Polyvalence et naturel sonore


Marantz est une marque que j’apprécie beaucoup. Cela et dû à un caractère sonore chaleureux et joyeux, à une qualité de construction de haute volée et un rapport qualité / prix souvent étonnant. Je vous propose, par le test de l’une des dernières références, de parcourir les atouts des appareils de la gamme SR.

Par Bruno Orrù

Pour vous parler de cette gamme, j’ai pu tester l’ampli-tuner Marantz SR5014 qui se place en pied de la gamme SR, haut de gamme de la marque.




L’ampli-tuner Marantz SR5014 se présente avec l’esthétique habituelle des modèles de la marque et notamment ce petit hublot bleuté, signe distinctif qui a ses afficionados comme ses détracteurs. Ces derniers peuvent trouver un bon argument considérant que ce petit cercle lumineux est peu lisible de loin et avare d’information. On peut actionner l’info par OSD bien sûr, à moins d’utiliser l’appli Marantz AVR 2016 (à quand une mise à jour ?) mais c’est moins direct.

Le SR5014 profite d’une haute qualité de construction liée à la gamme SR, d'amplificateurs de puissance discrets à courant élevé sur tous les canaux et du module d'amplification hyper dynamique (HDAM) exclusif à Marantz ; c’est ce module qui apporte cette singularité sonore si particulier à la marque, notamment en matière de restitution stéréo avec une certaine élégance dans les aigus et une petite bosse nuancée dans les médiums. Sur un plan plus technique c’est un module capable produire une gamme dynamique très large, applicable pour l’ensemble des sources, y compris au niveau de l’étage phono si vous appréciez les vinyles.

De la stéréo au virtuel multicanal
Le SR5014 dispose d’autres arguments techniques (circuits intégrés améliorés, composants isolés, convertisseurs AKM 32 bits…) qui signalent que si votre équipement amont ou aval est de qualité, le SR5014 saura en tirer profit. Et cela s’avère vrai quelle que soit la qualité du signal qui lui est envoyé ; fichiers compressés ou streaming à la bande passante réduite d’un côté ou lecture optique / vinyle et fichiers Hi-Res de l’autre côté. Nous verrons aux écoutes que la stéréo délivrée par le SR5014 est de haute tenue. En home-cinéma les capacités de décodages s’enrichissent des technologies Dolby Atmos Height Virtualization et DTS Virtual:X qui vous promettent de créer un environnement virtuel pour compenser l’absence d’enceintes à l’arrière ou en hauteur. Un effet timide de mon avis qui ne peut guère remplacer la présence d’enceintes, ou du moins l’ajout d’enceintes d’effets.

Un petit mot pour indiquer que si vous avez une configuration 7.1 ou 7.1.2 et souhaitez profiter de contenus certifiés DTS IMAX Enhanced (non encore existant pour des films) il faut viser le SR6014 et ajouter quand même 450€. Le prix à payer pour deux canaux supplémentaires et plus de puissance, une troisième sortie HDMI et le module Audyssey Sub EQ HT pour affiner la gestion des graves. Pour la gestion vidéo, l’ampli laisse passer les signaux HDR ou Dolby Vision et dispose d’une mise à l’échelle intégrée, jusqu’en résolution 4K.

Enfin si vous avez une salle dédiée et souhaitez avoir encore plus de canaux il faut alors viser le SR7014 et ses 9 amplis embarqués. Le logiciel du SR7014 propose même d’ajouter une amplification stéréo externe pour un décodage 11.1 sous format 7.1.4, avec au choix d’affecter à cet ampli externe la stéréo ou l’un des canaux d’ambiance. Quelle que soit la référence, ce qui est agréable c’est qu’un schéma OSD présente dans chaque cas quels borniers ou prises pre-out sont concernées. La documentation ne le précise pas mais sachez qu’en fait le logiciel détecte que vous connectez un câble sur n’importe quelle sortie pre-out ; ce que je fais régulièrement pour des tests c’est de conserver l’amplification pour les 3 canaux frontaux et tout l’environnement surround est amplifié via un autre bloc de puissance… ou l’inverse !

Deux avantages ici ; la réserve d’énergie du Marantz est plus grande pour les canaux confiés et, pour les autres, on peut choisir une amplification au caractère différent ou estimée de qualité supérieure.

 

Polyvalences d’utilisation
Outre les protocoles de réception de flux audio sans fil, la connectique est riche de 2 sorties HDMI, permettant de gérer deux diffuseurs. La sortie HDMI principale porte la promesse d’une mise à jour future eARC avec pour intérêt principal de recevoir les instructions pour décoder du Dolby Atmos ou DTS:X d’une source de type YouTube, Netflix ou Amazon Prime. Les entrées numériques sont privilégiées mais il subsiste l’opportunité de connecter en analogique une platine CD ou une platine Vinyle.

Dorénavant totalement généralisée, la compatibilité maison HEOS permet d’intercaler l’ampli dans un réseau audio stéréo sans fil, lui confiant un rôle de diffuseur sur une ou plusieurs enceintes actives connectées chez vous. Vous pouvez bien sur recevoir des signaux stéréo en Wi-Fi ou Bluetooth d’appareils connecté ou vous brancher sur un réseau domestique ou un NAS. Amateurs de nouveautés, sachez qu’une mise à jour prochaine devrait permettre de rendre compatible le SR5014 avec le protocole AirPlay 2 et offrir également une opportunité de commande vocale Amazon Alexa (via l’appli HEOS) pour contrôler les fonctions générales.




Quelques nouveautés de confort
Marantz a fait évoluer son logiciel de gestion. Cela se voit sur le SR5014 lors de l’installation de l’appareil (accompagnement visuel et textuel appréciable) et notamment lors de l’affectation des amplis en fonction du nombre et de l’emplacement des enceintes. La déclaration est simplifiée ; le logiciel part ainsi du principe que vous êtes en 5.1 et propose d’affecter les deux canaux supplémentaires en zone arrière ou en hauteur avant ou arrière. Et c’est tout. Plus simple on vous dit ! Autre nouveauté sympathique, le nom de la source HDMI s’affiche automatiquement sur l’afficheur ou sur l’appli ? évitant ainsi une saisie dans les paramètres. En parlant d’HDMI, le SR5014 est l’un des tous premiers appareils (avec ses camarades de la marque Denon) qui prend en charge le protocole HDCP 2.3 dont nous ne savons pas encore ce qu’il pourra permettre.

La gestion du multiroom stéréo HEOS se limite à une simple déclaration au niveau de l’ampli, les paramètres et la lecture du contenu étant confiée à l’appli HEOS. Le joueur Xbox One appréciera le nouveau Auto Low Latency (ALLM) qui court-circuite tous les retraitement interne à l’ampli pour éviter une perte de latence. Plus aucune raison de perdre un duel à cause d’un délai audio-vidéo donc. Je signale aux amateurs de commandes vocales que Marantz est compatible avec les trois principaux assistants vocaux Alexa, Google Home et Apple Siri. Marantz pense également à ceux qui souhaitent écouter de la musique ou regarder un film sans déranger les autres et proposera pour la fin de l’année la fonction la fonction Bluetooth Out qui permet d’appairer un casque Bluetooth au SR5014. Enfin la nouvelle fonction HDMI Multiple Input Assign permet d'écouter une source audio différente du contenu vidéo affiché. OK, c’est peut-être utile si vous souhaitez diffuser une image d’ambiance (type feu de cheminée ou poissons dans un aquarium) avec une vos musiques préférées, sinon on ne voit pas trop.

Quelques réglages secondaires d’importance
Le SR5014 profite d’une égalisation Audyssey dans sa version standard MultEQ XT et si vous êtes pointilleux je peux vous recommander de dépenser les 20€ pour acquérir l’appli Audyssey MultEQ Editor (iOS, Android) qui permet d’aller plus loin dans la gestion des courbes d’égalisation. Il n’est pas requis de diplôme d’ingénieur mais seulement d’un peu de patience pour écouter comment le rendu évolue en fonction de modifications apportées sur la courbe de chaque paire de canaux, voire de neutraliser l’effet de compensation des médiums au choix sur chaque couple d’enceintes. Il est également possible sur l’égalisation de privilégier ou diminuer une plage de fréquence ; l’opportunité de corriger le déséquilibre tonal de vos enceintes ou de créer plus d’impact dans le bas médium (création d’une bosse dans la zone des 60Hz). Non permis au niveau de l’ampli, vous avez ici la possibilité de sauvegarder plusieurs réglages pour les activer selon la nature de vos écoutes.

En précisant également une autre opportunité, accessible en sous-menu de la configuration manuelle des enceintes, de peaufiner le rendu des écoutes stéréo, y compris en mode DIRECT. Bon, si on active l’option de bass management propre aux écoutes stéréo on dénature le principe du DIRECT qui normalement ne touche à rien. A vous de voir mais en créant un système triphonique, c’est-à-dire deux enceintes et un caisson de grave, on peut provoquer de l’impact et une descente dans les graves, une capacité potentiellement impossible pour vos enceintes. On peut accentuer cet effet en modulant le niveau de fréquence de coupure, le plus impactant étant de caler à 60hz, peut-être 80hz selon vos enceintes. Les écarts sont de toute façon faciles à détecter.

Ecoutes : Naturel sonore

J’ai débuté les écoutes en musique et en stéréo. En mode Direct sans application de retraitements numérique, j’ai pu vérifier que le SR5014 excelle et c’est certainement la meilleure façon de profiter de vos musiques. La qualité de la conversion se détecte en comparant une même écoute en streaming Spotify puis fichiers Hi-Res avec par exemple Get lucky des Daft Punk. L’écoute en streaming est dynamique et relativement équilibrée mais en source fichier Hi-Res le SR5014 affiche une belle descente nuancée dans les graves (la ligne de basse est plus détachée et percutante) et la voix de Pharrel Williams se détache mieux et semble plus haute. Avec Katie Melua en CD et sa renversante reprise de What a Wonderful World avec Eva Cassidy, le SR5014 perpétue de ce que j’apprécie le mieux chez la marque ; une grande fluidité pour les voix, un caractère généreux dans les médiums, n’excluant jamais des aigues bien définis pour déboucher sur une spatialisation naturellement large sur les côtés.

En cinéma, en configuration 5.1.2 c’est avec le nouveau mixage Dolby Atmos d’Apocalypse now que j’ai vérifié que le SR5014 est vraiment présent dans les graves, avec une tenue en cas de charge qui conserve de la clarté dans ce registre. Le SR5014 est d’un tempérament tranquille, favorisant plutôt l’analyse douce. Ainsi quand le volcan explose en DTS:X dans Jurassic Park fallen kingdom le spectateur ressent bien les lourdes retombées et les projections devant / arrière et au-dessus ; les effets étant dispersés sans découpe projetée, favorisant une immersion surround naturelle.  

Avec Spider-man : far from home je suis revenu en configuration avec enceintes arrière. J’ai apprécié le mixage DTS MA 7.1 sur la longue séquence finale de combat le SR5014 s’est de nouveau montré robuste dans le grave, détaillé dans les médiums mais tempéré dans les aigus, ce dernier point permettant de fait de monter le volume sans se sentir agressé.

En conclusion, le SR5014 est d’une belle polyvalence ; agréable pour des écoutes musicales reposées et assurant des séances cinéma immersives sans agressivité.

 

Principales caractéristiques techniques

Ampli-tuner 7.2 canaux
Principales configurations décodage : jusqu'à 5.1.2 • Puissance 7 x 100W (8 ?) • Prix indicatif 749€

Décodage home-cinéma
Dolby : Digital/EX/TrueHD/Plus/Surround/Atmos/Height
DTS : ES/24-96/HD HRA & MA/:X/Neural:X/Virtual:X

Autres fonctions
Calibration/égalisation par micro : Audyssey MultEQ
Conversion vidéo : Non
4K Ultra HD : HDR10, Dolby Vision, HLG
Certifications : Hi-Res Audio, DNLA, Airplay 2, Amazon Alexa, Google Home
Réseau audio sans fil : HEOS
Applis : Marantz 2016 AVR Remote, HEOS.
Streaming : Spotify, TIDAL, Deezer, Napster, Amazon Music, Soundcloud, webradio

Connectique
- 8 entrées/2 sorties HDMI 2.0a (HDCP 2.3, CEC, eARC)*
- 2 entrées composante / 1 sortie sur CINCH
- 2 entrées / 1 sortie audio-vidéo sur CINCH
- 3 entrées audio stéréo sur CINCH (dont 1 PHONO)
- 2 entrées numériques optiques*
- 2 entrées numériques coaxiales*
- 1 sortie pre-out 7.2
- 1 sortie casque en façade
- 1 port USB frontal (USB FAT 16/32)
- 1 port Ethernet
* : assignable

Les chiffres
Dimensions (L x H x P) : 44 x 16,1 x 34,8 cm
Consommation max. : 650 W
Poids : 10,1 kg