Donnez votre avis!
Images du film
Images des bonus

Vaiana, La légende du Bout du Monde

Catégorie Cinéma
Titre Original Moana
Genre Animation
Pays USA
Date de sortie 05/04/2017
Réalisateur John et Clements Ron Musker
Avec Auli'i Cravalo, Dwayne Johnson, Alan Tudyk, Anthony Kavanagh (VF), Mareva Galanter
Format Blu-Ray
Boitier Amaray
Producteurs Osnat Shurer et John Lasseter
Scénaristes Jared Bush
Compositeur Mark Mancina, Lin-Manuel Miranda et Opetaia Foa'i
Critique cinéma Vaiana, La légende du Bout du Monde

Critique de Emmanuel Galais
Editeur Disney BVHE
Edition Standard
Label  
Zone / Région 2
Durée Film 107 min
Support
   
   

Il y a 3 000 ans, les plus grands marins du monde voyagèrent dans le vaste océan Pacifique, à la découverte des innombrables îles de l'Océanie. Mais pendant le millénaire qui suivit, ils cessèrent de voyager. Et personne ne sait pourquoi... Vaiana, la légende du bout du monde raconte l'aventure d'une jeune fille téméraire qui se lance dans un voyage audacieux pour accomplir la quête inachevée de ses ancêtres et sauver son peuple. Au cours de sa traversée du vaste océan, Vaiana va rencontrer Maui, un demi-dieu. Ensemble, ils vont accomplir un voyage épique riche d'action, de rencontres et d'épreuves... En accomplissant la quête inaboutie de ses ancêtres, Vaiana va découvrir la seule chose qu'elle a toujours cherchée : elle-même.

Apres le succès incroyable du, « Monde de Dory » le studio Disney espèrait bien renouveler l’essai avec «Vaiana, la légende du bout du monde ». Et force est de constater que le studio créé une nouvelle fois la surprise avec un film d’animation traditionnelle particulièrement réussit, notamment en ce qui concerne les graphismes. Rarement, les animateurs de Disney sont allés aussi loin dans la minutie des mouvements, dans la beauté des décors et dans la qualité de cette histoire inspirée de plusieurs légendes polynésiennes. En effets, au-delà des chansons qui peuvent rapidement irriter n’importe quel parent, un brin mélomane, l’ensemble est d’une grande maîtrise. A commencer donc par l’animation qui se surpasse encore une fois. Comme on le sait, depuis toujours le Studio Disney met un point d’honneur à faire évoluer les techniques, pour que leurs dessins animés soient toujours à la pointe de la technologie. 

Avec « Vaiana », les animateurs franchissent donc une étape importante. Jamais l’Océan et la nature ne furent aussi bien mis en valeurs avec des textures parfaites, un jeu sur les nuances particulièrement bien dosé pour donner à l’ensemble une brillance remarquable, la preuve en est cette magnifique scène dans laquelle Vaiana avance dans un Océan qui s’ouvre comme un aquarium. Un décor qui permet aux animateurs de jouer sur les transparences pour donner à la scène un aspect loupe, avec l’ensemble des animaux marins qui  passent comme dans un parc d’attraction, même constat sur la scène finale absolument magnifique, pleine de couleurs et de contrastes. Incroyablement fluide lorsqu’il s’agit du voyage sur l’océan, mais redoutablement tranchant lorsque l’on rentre dans la légende pure avec son méchant Té Pak composé de feu.

Côté scénario, les auteurs ont compris qu’il ne suffisait pas d’une technique d’animation précise pour réussir un film, ni d’une mièvrerie de plus dans l’univers des dessins animés de la firme. Il fallait faire d’un mystère Polynésien (celui qui tend à expliquer pourquoi les polynésiens ont arrêté d’explorer les archipels pour se sédentariser) pour livrer une histoire à la fois simple et tout en double lecture. Et d’abord on commence par les petites révolutions : Il n’y a pas de prince charmant, la princesse est avant tout une future chef de village qui doit assumer son rôle mais rêve de construire un nouvel avenir pour son peuple. Et puis il y a l’humour, même s’il ne vient principalement que de deux personnages, Maui le demi-dieu et le poulet compagnon de Vaiana, il est rapidement le ticket gagnant du dessin animé, à la fois naïf, décalé et efficace, il parvient à faire mouche chaque fois, en jouant autant sur le burlesque du poulet que sur le caractère du demi dieu. Ici, le scénario livre une histoire sombre, mais de la même manière que dans « Raiponce », l’héroïne n’y est plus une simple potiche à la recherche du prince charmant, elle est au contraire maîtresse de son destin et compte bien y rester. Et c’est bien toute la force de ce nouveau long métrage du studio Disney que de signer une histoire moins naïve que les précédentes, avec des personnages rendant hommage à une population fière de sa culture et de ses origines.

En conclusion, « Viana : La légende du bout du monde » est un dessin animé remarquable d’inventivité, où les qualités de l’animation sont poussées à l’extrême pour offrir un  spectacle grandiose, dans l’esprit des grande comédies musicales de Broadway avec des chansons irritantes mais entêtantes, des couleurs incroyablement belles et des nuances parfaitement dosées. Un nouveau chef d’œuvre dans la sphère des longs métrages d’animation du studio.



Définition
Couleurs
Compression
   
Format Vidéo HD 1080p
Format Cinéma 2.40:1
   
   

Forcément, vu la qualité et le soin apporté à l’animation et aux soucis du détail, il fallait un support de qualité, à la hauteur de l’entreprise. Et dans l’ensemble l’image est d’excellente tenue avec des couleurs bien pesées et des contrastes qui donnent une véritable profondeur à l’ensemble et met parfaitement en valeur les environnements et la qualité du travail fournit par les animateurs. Impossible de ne pas se sentir emportée par l’aspect cristallin et hypnotique de l’océan lorsqu’il interagit avec la petite Vaiana ou de ne pas saluer la qualité du travail sur Té Pak dans la scène finale.

Langues  
Format  
Bonus  
Commentaires  
Spatialisation  
Dynamique  
Effets surround  
   
   
   
   
 
Langues Type Format Sous Titres Film Sous Titres Bonus Sous Tit. Comment. Spatial. Dynamiq. Surround
Anglais DTS HD Master Audio 7.1 Oui Oui Oui Bonne Bonne Bonne
Français DTS HD Master Audio 7.1 Oui Oui Oui Bonne Bonne Bonne

Une piste Dolby Digitale DTS-HD Master Audio 7.1, totalement en accord avec le film et avec ses besoins. La répartition est minutieuse, et les voix sont magnifiquement mises en valeur, particulièrement lors des scènes où les environnements interagissent avec les personnages où évidemment dans les scènes finales. Tout le système audio est mis à contribution par un transfert sonore redoutablement efficace.  La dynamique de l’ensemble est suffisamment bien équilibrée pour ne pas se laisser déborder par les musiques ou les effets sonores. 

Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
   
Durée Bonus 45 min
Boitier Amaray
   
   
   
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
  

Bonus 

« La partie de Pêche » : petit court métrage amusant dans lequel Maori essayé d'attraper un Poisson.

« Raison déraison » : Inspiré de l'histoire culturelle de l'un des animateurs, ce court métrage nous invite à suivre les tentations et raisons d'un personnage qui doit suivre sa voie quotidienne ou céder parfois à quelques tentations d'usage.

« La voix des Îles du Pacifique » : est un bel hommage, à travers l'historique de recherche des animateurs et des scénaristes du film, à la Polynésie.

« Ce que vous ne savez pas » : Une série de questions amusantes mais pas forcément intéressantes aux membres de l'équipe.

« À la mode des iles Pacifique » : Un documentaire qui revient sur les costumes du film et particulièrement sur les recherches qui ont permis de trouver le style du film.

« Les défis techniques du film » : Un documentaire qui passe en revue les différents défis que se sont lancés les équipes de Vaiana : il y a eu les Tatouages de Mauï , L'eau et notamment la superbe scène lorsque Vaiana rencontre pour la première fois l'océan ou encore Te Ka le gardien de feu et sa lave en fusion, ses nuages de fumées noires et ses mouvements rapides qui interagissent également avec l'eau.

Bon ensuite, si vos oreilles saignent encore des chansons irritantes de la reine des neiges, cela va un peu s'améliorer avec Vaiana, notamment grâce à l'apport des musiques polynésiennes qui viennent donner un rythme exotique et coloré. On n’évite tout de même pas quelques morceaux qui viennent polluer nos oreilles avec des paroles assez fades et des airs qui semblent inspirés des précédents Disney.

La chanson coupée « Warriors Face ».

« La chasse aux œufs » est une fearuretttes qui vous permet de découvrir tous les petits clins d'œil caches par les animateurs à d'autres œuvres du studio comme Aladin ou encore la petite sirène.

Puis des scènes coupées et les commentaires audio.