Donnez votre avis!
Images du film
Images des bonus

50 Nuanes plus sombres

Catégorie Cinéma
Titre Original 50 Shades of Grey 2 : Fifty Shades Darker
Genre Drame
Pays USA
Date de sortie 13/06/2017
Réalisateur James Foley
Avec Dakota Johnson, Jamie Dornan, Kim Basinger
Format Blu-Ray
Boitier Amaray
Producteurs Dana Brunetti, Michael De Luca, EL James et Marcus Viscidi
Scénaristes Niall Leonard
Compositeur Danny Elfman

Critique de Emmanuel Galais
Editeur Universal
Edition Standard
Label  
Zone / Région 2
Durée Film 118 min
Support
   
   

C’est un Christian blessé qui tente de reconquérir Anastasia. Cette dernière exige un nouveau contrat avant de lui laisser une seconde chance. Mais une ombre surgit du passé de Christian et plane sur les deux amants, déterminée à détruire un quelconque espoir de vie commune.
« 50 nuances plus sombres » pose une seule question : Pourquoi ? Pourquoi une suite ? Pourquoi une telle adaptation ? Et surtout Pourquoi se laisser embarquer dans cette histoire aussi ennuyeuse que mal fagotée ? Parce que le problème est bien là ! L'œuvre littéraire (si on peut parler d'œuvre !!!) A fait son succès, Sur une romance impossible mais surtout particulièrement sulfureuse. C'est le retour effectivement de la littérature érotique sadomasochiste, dans laquelle les deux amants jouent aux jeux du dominant dominé. Par le passé, il y a eu sur le même thème un véritable film érotique, qui en assumait à la fois le propos mais en même temps le style, et qui s'appelait  « Histoire d’O ». On y découvrait une jeune fille initiée à l'art de l'amour sadomasochiste, de ses nuances et de ses limites. Si cela, vous rappelle évidemment « 50 nuances de. Grey », ou « 50 nuances plus sombres », cela n'est pas étonnant puisque l'auteur semble s'être directement inspirée de ce classique du cinéma érotique.

Et bien sûr, après des millions d'exemplaires vendus à travers le monde, Hollywood s'est donc intéressé au phénomène et a décidé d'en tirer un film qui pouvait éventuellement, lui rapporter une somme considérable et renflouer ses caisses en pariant sur une histoire porteuse et surtout sur l'envie des lecteurs et des lectrices d'aller voir l'incarnation de l'œuvre au cinéma. Seulement, c'est là que le bat blesse ! Car si effectivement l'idée pouvait être bonne, il eut été beaucoup plus judicieux d'en assumer l'esprit sulfureux et particulièrement son aspect érotique. Le genre au cinéma, est quasiment moribond, et cela aurait pu être l'occasion pour le Studio de le faire renaître. Effectivement, il faut se rappeler, que l'un des plus gros succès du cinéma dans les années 70 fut quand même "Emmanuelle" qui resta de nombreuses semaines en tête du box-office. Et donc pour la saga littéraire « 50 nuances » , le studio Universal, a donc décidé de l’adapter mais de manière à limiter son interdiction pour qu'elle puisse toucher un public beaucoup plus large. Résultat nous seulement la mise en scène est assez atone et n'apporte strictement rien à éventuellement ce que pouvait apporter le livre en lui-même, mais surtout on s'y ennuie réellement. Car ce qui pouvait faire l'intérêt du film  notamment cette relation amoureuse particulière entre les deux héros, qui devait forcément laisser libre cours à une mise en scène érotique luxueuse, se révèle très rapidement non seulement frustrant pour ceux qui avaient apprécié le livre pour son aspect sulfureux, mais pour les autres on se retrouve face à un film qui accumule des scènes d'une lenteur assez pesante avec des dialogues d'une fadeur confondante, entrecoupée de scènes érotiques toute en clair-obscur qui n'arrive même pas à la cheville du dernier film quelque peu érotique qui avait susciter l'engouement à savoir : « 9 semaines et demies».

Pour ce deuxième volume donc Anastasia et Christian vont encore une nouvelle fois se retrouver
et se lancer dans une relation amoureuse où cette fois-ci Christian passe d’une certaine manière de dominant  à dominé, le tout agrémenté par une pseudo présence venue créer une sorte d'ambiance un peu thriller au film qui voudrait par ce biais susciter l'intérêt des spectateurs. Mais il n’en n’est rien, on passe son temps à soupirer d’ennuie, à regarder le catalogue de tout ce qui se fait de luxueux et de subtile ( ?) dans l'univers du sadomasochisme, le tout entrecoupé de dialogues insipides et épurés de toute substances sulfureuses qui auraient, trouvé au contraire dans son sujet toute la matière à le rendre réellement luxueux et du coup réellement intéressant. Ici on se retrouve tout juste au cœur d'un téléfilm que l'on pourrait diffuser en après-midi.

Sinon on ajoute à cela, des acteurs, pas forcément très concernés, et qui semblent avoir été, d'une certaine manière, forcés à honorer le contrat qui les liait à trois films potentiellement intéressant. On comprendra très vite que ce « 50 nuances plus sombres » est en fait le volet qui vient encore plus enfoncer le clou du ratage non seulement artistique mais également érotique. Difficile d'être à la fois intéressé et à la fois ému par la mise en scène qui frôle la passivité et le manque d'intérêt de l'ensemble de l'équipe. On pourra juste noter une qualité dans la photographie, et dans la mise en valeur des scènes érotiques mais qui ne suffisent pas de toute façon pas à sauver le film

En conclusion, « 50 nuances plus sombres » vient confirmer ce que l'on craignait déjà depuis le premier volet, l'adaptation de l'œuvre d'E L. James est un ratage complet, puisque totalement dénaturée et complètement vidée de la substance même qui suscitait l'intérêt auprès des lecteurs. On s'y ennuie, et l’esprit sulfureux du lire est quasiment inexistant. Lorsque l'on sait qu'un troisième volet est à venir pour février 2018, on commence à se dire que finalement cette saga aura dépassé de loin la dernière saga brillant par sa mièvrerie : "Twilight".


Définition
Couleurs
Compression
   
Format Vidéo HD 1080p
Format Cinéma 2.40:1
   
   

Le réalisateur a choisi une image qui joue volontairement sur les contrejours pour mieux mettre en valeur les scènes pseudo-érotiques et leur donner un aspect luxueux. Les couleurs sont soignées et l’édition Blu-ray appuie beaucoup sur la qualité des nuances pour leur donner une touche un peu velours. C’est toute le travail de photographie du film qui y est mis en valeur. Les ambiances sont parfaitement retranscrites et le support lui rend un hommage appuyé. Les contrastes donnent un volume et une profondeur à l’image à la hauteur de l’ensemble.

Langues  
Format  
Bonus  
Commentaires  
Spatialisation  
Dynamique  
Effets surround  
   
   
   
   
 
Langues Type Format Sous Titres Film Sous Titres Bonus Sous Tit. Comment. Spatial. Dynamiq. Surround
Anglais DTS HD Master Audio 5.1 Oui Oui Non Bonne Bonne Bonne
Français DTS HD Master Audio 5.1 Oui Oui Non Bonne Bonne Bonne

La piste DTS-HD Master Audio 5.1 se révèle d’en grande efficacité dans la mise en place des ambiances. Les effets sonores envahissent les différents canaux, avec beaucoup de précision et de dynamique. Et les dialogues ne manquent pas de volume pour ne pas se laisser envahir par les effets sonores qui fourmillement dans tout le film. La musique vient parfaitement habiller l’ensemble pour donner des transitions de grandes qualités.

Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
   
Durée Bonus 60 min
Boitier Amaray
   
   
   
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
   Version non Censurée

Bonus 

La version non censurée du film.

Et en Avant-première le premier teaser du troisième volet à venir en Février prochain.

Puis des scènes coupées

Pour ensuite rentrer de plein pied dans le making of, notamment autour de l’écriture de ce deuxième volet de « 50 Nuances », avec « Une écriture plus sombre » qui fait bien évidement le parallèle entre le roman et la direction prise par les scénaristes pour donner au film un aspect plus sombre.

Avec « Une réalisation plus sombre », le documentaire s’intéresse donc aux bonnes idées (Et aux mauvaises ?) qui ont donné tout son sens au film d’après ses auteurs.

« De nouvelles menaces » est un focus qui s’intéresse de manière plus détaillée aux nouveaux personnages qui viennent faire peser une menace sur le couple.

Et enfin « Le bal masqué, intime avec plus sombre », on l’aura compris, ce focus s’intéresse à l’une de ses scènes phares  celle du Bal masqué.