Dernières Actus
  LES STUDIOS ET PLATEFORMES ...
  DISNEY DÉVOILE LA PHASE 4 D...
  LE CHANTEUR SUD AFRICAIN JO...
  DISNEY DÉVOILE LA BANDE ANN...
  LE FESTIVAL "VAL DE ROCK" E...
  TRÈS COURT INTERNATIONAL FI...
  PREMIÈRE IMAGE DE "WEST SID...
  GLADIATEUR 2 EST CONFIRMÉ

Cyril, l'un de nos lecteurs nous à fait parvenir un commentaire virulent sur notre critique du film Dream of a warrior. Commentaire qui rejoint notre rubrique du courrier des lecteurs et qui amène bien évidemment Alexandre Czapski, l'auteur de la critique à défendre son analyse.

Cyril : "J'ai été très désagreablement surpris par votre critique assassine de Dream of a warrior. Après avoir vu ce film je voulais voir ce que d'autres personnes en avaient pensé et je tombe sur votre site critiquant pour de fausses raisons ce film que je trouve extrêment bien filmé, je vais d'ailleurs pour vous montrer que vous n'avais hélas rien compris à ce film vous citer : "Le point de vue est celui d'un observateur distant subissant l'histoire."

Voici une de vos critiques et si vous aviez suivit l'histoire vous auriez compris que c'était volontaire car au moment ou le père de Rose envoie dean dans ses vies antérieures il lui explique qu'il ne sera qu'un observateur, ce n'est qu'ensuite qu'il devient acteur dans sa vie anterieure.

Vous critiquez le scénario allant jusqu'a le comparer à une vulguaire publicité. Est-ce parceque vous n'arrivez plus à comprendre des choses trop compliqués ? je m'inquiète car j'ai la douloureuse impression que vous ne pouvez plus que comprendre la trame subtile d'un "Terminator 3" ou d'un "Pirate des caraïbes". Est-ce qu'une histoire racontant les destins croisés de plusieurs protagonistes est trop demanderà vos synapses usés par le cinema bien lourd, le cinema qui tâche.

Mais bon je ne vous en veux pas car heureusement pour moi je n'ai pas consulté votre site avant de voir ce film, ceux qui pourront vous en vouloir sont les personnes capables de comprendre toutes les subtilités de ce film bref ce dont le cerveau n'a pas été formaté par les grosses productions qui font des films à coup de million de dollards plutot qu'avec un bon scenario".

Alexandre Czapski, auteur de la critique répond.

Alexandre : Avant toutes choses, je souhaite préciser que, dans cette réponse, je ne m'engagerai pas, comme vous avez pu le faire, ni sur les chemins de l'attaque (" est-ce parceque vous n'arrivez plus à comprendre des choses trop compliqués ? "), ni dans le domaine du fantasme (" ceux qui pouront vous en vouloir sont les personnes capables de comprendre toutes les subtilités de ce film "). D'autre part, lorsque l'on se pose en donneur de leçons, on prend le temps d'écrire correctement (NDLR : le texte initial de Cyril a été amplement corrigé de multiples fautes avant reproduction).

Comme toujours, outre une appréciation sur la structure du film (liaison entre le montage image et le développement du scénario), les efforts ou l'originalité sur la réalisation, j'ai comme analyse mon expérience de spectateur, mais aussi mes goûts personnels. C'est pourquoi nos analyses artistiques sont bien affichées comme subjectives. Face à un film, j'attache autant de valeur à la qualité de l'intrigue qu'à la façon dont est menée la narration. J'éprouve également beaucoup d'intérêt à la mise en valeur des personnages ainsi qu'à leur crédibilité. Pourtant, même si cela peut sembler contradictoire, j'adore aussi les récits rocambolesques où les invraisemblances sont flagrantes (quelles soit volontaires ou pas) mais où, en contrepartie, le souffle du récit ou tout simplement sa forme emporte le spectateur que je suis. Le problème avec Dream of a Warrior c'est que le film est plein de ces " invraisemblances flagrantes " (voir la critique). Le " point de vue distant ", que vous pointez du doigt et que j'estime lié à la forme du récit (un récit séquentiel sans notion de temps qui passe entre les quelques scènes clef ou sans notions de déplacement géographique) n'a pas réussi à provoquer en moi l'engagement de foi nécessaire à une expérience satisfaisante et ce même si on peut l'envisager comme une " mise en abîme cinématographique du policier voyageant virtuellement à travers l'espace et le temps ". A cause de lui, la crédibilité des personnages mais surtout l'identification du spectateur (moi) en ces personnages s'en est trouvée grandement amoindrie. C'est peut-être génial (virtuel dans le fond et la forme) mais d'autres films comme Avalon ou Existenz ont, à mon avis, traités ce thème avec bien plus de réussite…

La rédaction de DVDcritiques vous remercie pour vos commentaires. La critique du DVD Dream of a warrior est disponible par ici.