Dernières Actus
  TEUFEL CINEBAR LUX SURROUND...
  HOME-CINÉMA ET HI-FI (OU L’...
  LA BANDE ANNONCE DE CRUELLA...
  CÉSARS 2021 : ET LES NOMINÉ...
  DISPARITION DE JEAN CLAUDE ...
  THE CRAFT : LES NOUVELELS S...
  TEST JEU DE SOCIÉTÉ : DEGOB...
  TEST JEU DE SOCIÉTÉ : SCHOT...

Le meilleur des pistes Dolby Atmos et DTS:X 2020 ?


Bienvenue dans cette sélection des meilleurs mixages Dolby Atmos et DTS:X 2020. Loin de moi de garantir que tout est là (n’apparaissent ici que les titres que j’ai personnellement visionnés) et je ne garantis pas non plus votre adhésion ?? Bien évidemment ce top / Best of n’est pas là pour juger de la qualité des films, tous ne sont en effet pas des chef-d’œuvre.

Best of proposé par Bruno Orrù

Vous trouverez ci-après une sélection de titres avec un découpage permettant de scinder les titres en Dolby Atmos et DTS:X et une troisième section qui regroupe quelques déceptions.

Tous les titres ci-après ont été visionnés dans leur version Ultra HD / 4K (sauf les concerts de John Williams et Roger Waters). Certaines éditions proposent une piste Dolby Atmos sur l’édition Blu-ray (HD), je vous laisse vérifier cela si vous êtes intéressés.

A noter enfin que je suis en configuration 7.2.4, avec pour la hauteur 2 enceintes positionnées en hauteur à l’avant et 2 enceintes positionnées dans un axe vertical à la zone assise. J’ai également 2 enceintes positionnées en hauteur intermédiaires (middle), actionnées lors de tests avec des amplis capables d’aller en configuration 7.2.6. J’en ai profité pour rejouer la plupart des séquences dans cette configuration.

Les titres sont présentés en ordre alphabétique, il me paraît peu utile de faire un top dans le top.

Best of Dolby Atmos

Fast and Furious: Hobbs & Shaw : Les deux compères cognent fort et c’est pareil au niveau sonore. On peut regretter un léger manque d’espace mais l’immersion fonctionne bien et les effets arrière et verticaux alimentent régulièrement le film. Ma séquence préférée ? Chapitre 5 de 34’25 à 35’50 pour les coups de feu qui résonnent, les coups de points au ralenti accompagnés de mouvement sonore panoramiques une explosion que l’on ressent bien.  

 

First man : La séquence d’ouverture ou le décollage de Gemini 8 (et d’autres moments dans le film) peuvent être mortels si votre caisson de graves n’est pas capable d’encaisse les G sonores. En dehors de ces séquences impressionnantes, l’environnement sonore est souvent fait dans le délicat et l’immersif, avec une expérience qui semble proche de la réalité (l’entrée dans Gémini 8 au chapitre 7 en parfait exemple). Ma séquence préférée ? Chapitre 1 du début à 2’59 pour l’ambiance claustrophobique parfaitement restituée (les bruits puis le silence, la respiration difficile du pilote, les craquements dans tous les sens et des détonations que l’on perçoit dans les canaux arrière. Vous pouvez aller jusqu’à 6’10 pour profiter de l’atterrissage qui peut mener à mal votre caisson de graves.

Hellboy / Hellboy II les légions d’or maudites : Les deux films proposent des mixages avec des panoramiques sonores qui soutiennent parfaitement l’action à l’image. Un mixage très ouvert d’où partent de nombreux effets ponctuels et impactant. Ma séquence préférée ? Chapitre 2, post générique 6’57 à 8’25 avec des effets tournants de lame, de l’eau qui jaillit et du grognement d’Hellboy qui envahit toutes les enceintes en résonnant dans la bouche d’égout.

 

John Wick 3 Parabellum : De la violence visuelle doublée d’une violence sonore qui, fort heureusement, est bien dosée dans les graves. Cela fuse de partout ! Ma séquence préférée ? Chapitre 1 Du début à 3’30 pour l’effet de pluie qui tombe de partout et le tonnerre qui résonne au-dessus de nous. Une séquence d’ouverture qui préfigure une activité riche et constante dans les canaux surround et verticaux.

 

 

John Williams live in Vienna :Quel plaisir de visionner cet immense compositeur et quel plaisir d’écoute une captation multicanaux de très haute qualité. L’espace symphonique est incroyable et le Dolby Atmos renforce la sensation d’être dans la superbe salle de concert. Une belle dynamique qui soutient de superbes envolées sonores. Ma séquence préférée ? Chapitre 25 car la marche impérial menée par son compositeur avec cette qualité de capture et de mixage c’est tout simplement impérial ! 

Pacific Rim uprising : Les fonds sous-marins regorgent de surprise, ce qui est moins le cas de ce mixage qui pour autant souligne bien la démesure de ce qui se passe à l’écran. Que ce soit pour les aspects mécaniques, pour l’ambiance aquatique ou les confrontations en pleine ville les ambiances sont lourdes, tout comme les graves. Ma séquence préférée ? Chapitre 7 de 33’ à 36’38 : L’attaque à Sydney avec des effets de voix d’alerte en vertical et un assaut qui lance des effets sonores lourds et directifs dans les différents canaux Surround. Également pour une belle dynamique et des effets de chocs aux graves bien équilibrés.

Rogue One (A star Wars story) : Cette histoire dans les étoiles est accompagnée d’un mixage sans superflue mais qui apporte de belles ambiances sonores (caves, prisons et autres intérieurs plus ou moins glauques) et des effets d’explosions ou de tirs qui soutiennent la dimension guerrière, notamment pour toute la fin du film. Attention, niveau général assez bas sur ce film (comme tous les Disney récents), il faut monter le son pour avoir une pression sonore équivalente. Ma séquence préférée ? Chapitre 15 L’embuscade de 30’37 à 32’20 (avant que la musique ne revienne) Les blaster qui fusent de partout, les explosions qui résonnent dans toutes les enceintes.

Spider-Man new generation : Un mixage aussi frais que ce film, distillant un grave soutenu, tant pour les musiques que les affrontements. La séquence en ouverture donne le ton avec un espace immense, beaucoup de détails sur les côtés et l’arrière. A noter que la réédition de l'ensemble des films mettant en scène l'homme araignée vaut le détour avec des mixages Dolby Atmos qui donnent un vrai coup de jeune aux films de Sam Raimi.

 

Top Gun (réédition) : Le ton est donné dans cette inoubliable séquence d’ouverture, le Dolby Atmos enfermant totalement le spectateur dans une bulle sonore, ce qui se ressent également lorsque nous sommes dans le cockpit avec les pilotes. Les sensations déjà belles dans le mixage 6.1 d’origine sont ici renforcées, sans pour autant révolutionner l’expérience. La dynamique est plus forte, tout comme la présence dans les graves. Ma séquence préférée ? Chapitre 14 de 1’29’42 à 1’31’40 pour la dualité de l’ambiance sonore dans le cockpit et dans les airs avec des sensations très différentes, sans compter le premier impact de missile. Bien entendu le spectacle continue par la suite mais la musique qui apparaît modifie la sensation d’immersion.



Non testé encore mais d’évidence un grand spectacle sonore : Lord of the ring / Le seigneur des anneaux : La trilogie revient dans une version Ultra HD / 4K et un environnement sonore à la hauteur de cette fable épique. Je ne manquerait pas d’apporter des commentaires plus précis dès réception des disques.

 

Best of DTS:X

Bad Boys for life  (IMAX DTS) : Les deux mauvais garçons reviennent et sont accompagnés par un mixage fort et tonitruant qui sied parfaitement aux personnages qui en font trop. C’est un brin désordonné parfois mais un rentre dedans IMAX DTS qui fait son effet avec une dynamique extrême et une activité surround constante. Ma séquence préférée ? Chapitre 1 La séquence d'ouverture pour le vrombissement des moteurs et les crissements des pneus, le tout sous une musique puissante dans tous les canaux.





Gladiator : Une édition parue avant 2020 mais arrivée chez moi que récemment. L’occasion de redécouvrir une grande partition musicale de Hans Zimmer et un mixage ample et fort pour les séquences de batailles (l’ouverture et dans les arènes) et précis et délicat le reste du temps. Ma séquence préférée ? Chapitre 11 de 53’45 à 58’30 Avant l’entrée dans l’arène pour les bruits de foule, la terre qui tombe sur les épaules des gladiateurs. Puis la pression sonore qui s’amplifie, la foule dans l’arène que l’on perçoit en vertical et dans les surround et dans l’arène ce superbe panoramique sonore dans la 55ème minute préfigurant la violence du combat.  

Jumanji: the next level (IMAX DTS) : Un mixage dynamique et ouvert d’où apparaissent des effets ponctuels en vertical (dont le bruit caractéristique quand un personnage renait) et une force maitrisée dans les graves, agréablement impactante. Ma séquence préférée ? Chapitre 2 et 3 de 17’25 à 19’25 pour l’ambiance de la jungle et la première (et évidemment pas la dernière) tombée de personnage avec un effet sonore vertical efficace doublé d’un choc direct et impactant.

 

Zombieland double tap - retour à Zombieland (DTS IMAX) : Un mixage ouvert qui prend souvent de la hauteur, parsemé de bruits plus ou moins abjects (les zombies sont percutés, charcutés, écrasés…). Cela commence fort dès les premières séquences et le spectacle ne s’arrête quasiment jamais, toujours avec précision et subtilité, tout en appuyant via le caisson de graves quand utile. Ma séquence préférée ? Chapitre 1, du début à 2’51. Déjà pour le clin d’œil de l’ouverture Columbia puis pour les effets qui crissent dans les différentes enceintes, les coups de feu qui retentissent avec un grave parfaitement dosé et cri de zombie qui se déplace de l’avant à l’arrière et qui remplit tout l’espace en fin de séquence.

 

Quelques Déceptions

Charlie’s Angels : On attendait mieux comme illustration sonore pour l’un des tous premiers titres griffé IMAX Enhanced. Le mixage DTS:X ne marque pas, ni dans sa dynamique que sa spatialisation, relativement ennuyante.

 

 

INXS Live baby live : L’ambiance du concert est là mais l’apport du Dolby Atmos est quasiment nul, avec un report d’ambiance dans les canaux verticaux timide et de fait n’apportant pas l’immersion attendue pour un concert dans un stade.

 

 

Roger Waters US + THEM : Grand amateur de ce bonhomme et ayant assisté au concert parisien, je me délectais par avance de savourer ce set majestueux. Quelle (mauvaise) surprise d’entendre un mixage bouché, sans relief particulier et avec un Dolby Atmos, en dehors des quelques effets sonores, n’apporte guère de spatialisation supplémentaire au 5.1 natif. Et puis cette décision absurde de mettre Confortably numb en bonus en simple stéréo ?

 



Star Wars (réédition Ultra HD / 4K) : Quelques moments sonores épiques mais globalement l’effet Waouh n’est pas là. Les mixages restent très ancrés au 7.1 et les effets verticaux sont relativement rares et timides. Heureusement la dynamique est belle et l’ensemble gagne en transparence et en lisibilité. Jugement certainement un brin sévère mais l’attente était forte !



MCU – Marvel Cinematic Universe (réédition Ultra HD / 4K) : La bonne surprise n’a pas eu lieu bien que Disney / Marvel vend ses rééditions au prix (très) fort. Le bagage sonore manque de dynamique, une malheureusement spécialité chez Disney depuis 3 ans. Pour les titres récents donc la spatialisation manque d’immersion et les effets sonores d’impact. Je n’ai pas eu dans les mains tous les titres mais gageons que le verdict peut s’appliquer à l’ensemble.