Dernières Actus
  LES CINÉMAS GAUMONT PATHÉ E...
  CYBERLINK LANCE UNE MISE À ...
  ENNEMI PUBLIC SAISON 1 EN C...
  SHADES OF BLUE SAISON 1 EN ...
  STAR TREK: BRIDGE CREW DISP...
  MARANTZ 2017 A/V NR1608 ET ...
  DENON AV 2017, AVR-X2400H E...
  AUDYSSEY MULTEQ EDITOR : L'...


Enceinte centrale Waterfall Elora, une nouvelle déesse de verre

Certains constructeurs se distinguent par un concept à part, un procédé original, une esthétique particulière. Waterfall c’est un peu de tout cela, une gamme d’enceintes qui sortent de l’ordinaire, à tous points de vue. Les enceintes Waterfall ont de la classe, ce sont des enceintes qui se fondent dans le décor de par leur transparence physique mais dont on souhaitera paradoxalement une mise en valeur pour le regard.

 

Test réalisé par Bruno Orrù

 

Le kit installé dans ma salle est composé des colonnes Victoria, des satellites Hurricane et d’une nouvelle version du caisson de graves actif Hurricane (nouvelle amplification, nombreux composants modifiés, finitions améliorées…). Les Victoria sont toutes de verre vêtues, uniquement zébrées sur le devant de fines rainures permettant de transport des signaux électriques. Ce sont véritablement des enceintes d’une grande élégance, leur conception en verre étant unique au monde.




Mais la star du jour s’appelle Elora, pièce jusqu’alors manquante pour bâtir un kit 5.1 doté d’une enceinte centrale en adéquation avec les colonnes. Le verre ne constitue pas ici l’unique revêtement. De fait les haut-parleurs (conception Atohm) et les deux plaques de verres de 1 cm d’épaisseurs assurant leur maintient sont coincés en sandwich par deux plaques d’aluminium. De par sa minceur, l’Elora pourra facilement être accrochée à un mur ou accompagner élégamment un écran plat.

A l’arrière, s’appuyant sur la technologie Heatstream, l’une de ces deux plaques est carrément collée contre le moteur des haut-parleurs, facilitant le dégagement calorifique et permettant d’assurer une haute tenue en puissance. L’autre plaque d’aluminium, en face avant, est usinée avec minutie pour offrir à chacun des haut-parleurs médium un pavillon qui limite les distorsions ; c’est la technologie Smarthorn. Au centre on trouve un mignon petit tweeter de 20 mm (Atohm toujours), le même que celui utilisé par les autres enceintes de la gamme assurant ainsi un esprit de cohérence parfait. Ce superbe sandwich se cale sur un pied en aluminium très élégant mais attention, celui-ci place l’enceinte sur un axe légèrement montant.




Cascade sonore

Sur de la musique, les colonnes Victoria distillent une très belle image stéréo mettant plus particulièrement en valeur des médiums particulièrement détaillés. Les graves sont puissants et parfaitement maîtrisés. La centrale Elora apparaît physiquement chétive mais Waterfall l’a bel et bien conçue pour s’exprimer dans les médiums et les aigus, nul besoin d’un grand volume de charge. Il faut en contrepartie prévoir une coupure de fréquence sur l’amplificateur entre 120 et 150 Hz. Le caisson Hurricane s’affirme de toute façon apte à assurer avec conviction la transition dans le bas médium. Notez d’ailleurs que ce caisson Hurricane de 4ème génération m’a procuré des graves francs et directs. L’Elora propose un espace sonore relativement projeté, un peu comme au cinéma en fait ! Il lui manque l’ampleur de plus grandes dames mais elle s’avère d’une précision diabolique ; de nombreux détails éclatent de ce sandwich de verre et d’aluminium. Mais ce qui étonne le plus c’est sa résistance aux bandes sonores chargées, y compris en montant de volume. Les dialogues ne sont jamais écrasés et les explosions ne saturent que très rarement l’Elora.

Waterfall propose enfin une centrale pour constituer avec cohérence un ensemble multicanal qui distille des sonorités gaies et particulièrement détaillées. Reste un prix à l’avenant d’une esthétique qui sort des sentiers battus.

 

Prix indicatif du pack : 4 650 €

 

Caractéristiques techniques :

Voir le site de du constructeur