Dernières Actus
  PALMARÈS FESTIVAL INTERNATI...
  TEUFEL CINEBAR LUX SURROUND...
  HOME-CINÉMA ET HI-FI (OU L’...
  LA BANDE ANNONCE DE CRUELLA...
  CÉSARS 2021 : ET LES NOMINÉ...
  DISPARITION DE JEAN CLAUDE ...
  THE CRAFT : LES NOUVELELS S...
  TEST JEU DE SOCIÉTÉ : DEGOB...

HD DVD point sur le format et appréciation par un studio de mastering


J’ai récemment eu la chance de rencontrer dans leur studio de mastering l’équipe CMC, en compagnie de responsables Toshiba et Microsoft. L’occasion de faire le point sur l’intérêt du format HD DVD pour le consommateur mais également d’un point de vue professionnel, notamment lors de la fabrication des éléments vidéo.

Compte rendu par Bruno Orrù

L’adresse à Montrouge qui m’avait été donnée ne laisse en aucune façon supposer qu’au fond de cette cour anodine se cache l’un des studios des plus modernes de mastering. Le mastering c’est l’ensemble des travaux qui permettent de lier les éléments qui composent un DVD, HD DVD ou Blu-ray. C’est le master vidéo du film et les différentes bandes son mais également les éléments graphiques qui composent les menus et, bien entendu, l’ensemble des documents vidéo formant les bonus. Si le processus global ne change pas avec du contenu HD, l’ensemble des outils change et l’expérience de chacun, mine de rien, est sensiblement remise en cause.

Le choix du HD DVD pour CMC a vite été évident. D’une part parce que ses principaux clients (Pathé et Studio Canal pour les premiers puis, plus recemment Wild Side Video, notamment pour la sortie du premier HD DVD labellisé THX, Le labyrinthe de Pan) ont préférés le HD DVD au Blu-ray. Une décision prise sans aucun doute en analysant la situation : le HD DVD est en effet bien plus proche du DVD que peut l’être le Blu-ray. Les outils sont plus proches dans leur maniement, les procédures pour une grande partie déjà connues… un ensemble de paramètres qui permettent d’atterrir sur un coût final bien plus serré par rapport à une plateforme Blu-ray. D'autre part, la labellisation THX mentionnée pour le film de Guiller Del Toro souligne quela mise en place des outils de pre-mastering HD DVD ont déjà atteint une qualité optimale.

 

Ci-dessous, une vue du poste de conception graphique et du poste d'encodage HD DVD.

 

 






 

 

 

Autre élément important d’après l’équipe CMC, le support proche et efficace de Toshiba pour le matériel et de Microsoft pour l’encodage. Les HD DVD sont en effet pour la plupart encodé en VC1, un dérivé professionnel de l’encodeur Windows Media Vidéo que chacun peut télécharger gratuitement sur le site de l’éditeur. Le VC1 propose un rapport qualité / compression nettement plus intéressant que le MPEG2 du DVD (et encore souvent proposé sur les Blu-ray) tout en proposant une plus grande rapidité d’encodage que son concurrent MPEG4 / H.264. Questionnée sur le sujet, l’équipe CMC n’a pas cachée que les performances d’encodage du VC1 ont sensiblement progressées depuis les premiers essais. Cela se traduit par une réduction des passes d’encodage et donc un gain financier tangible pour le client.

 

Ci-dessous, une vue des équipements de la salle de vérification avec différents lecteurs HD DVD.

 

 

 

 

 

Cette présentation a bien entendu été l’objet de démonstration du potentiel du HD DVD. Pour ma part, j’ai déjà visionné plusieurs dizaines de HD DVD et je me suis bien habitué à cette haute qualité visuelle, rendant toujours difficile de retourner sur du DVD. Mais cette session aura été tout de même intéressante car les démonstrations auront été réalisées sur un écran de 9 mètres de base ! Nous sommes bien loin du mètre standard d’un écran plat ou des 2/3 mètres d’un écran dans une salle home-cinéma. Et pourtant, l’image était d’une qualité époustouflante. Il faut bien entendu prendre en compte que le projecteur était un modèle professionnel dont la valeur est des dizaines de fois supérieure au meilleur des projecteurs grand public. C’est tant mieux car cela permettait de prouver le potentiel du format HD DVD et les performances de l’encodage VC1. Le seul défaut que l’on pouvait observer était un léger écho sur les contours… bien entendu totalement invisible en revenant sur un téléviseur.

 

Cette matinée aura également permis de faire le point sur les évolutions attendues du HD DVD.

-       Les responsables Toshiba présent ont pu nous confirmer que la mise à jour permettant de gérer le 24 images / secondes sera certainement proposée à la rentrée. Rappelons en effet en quelques mots que les films cinéma sont inscrits sur HD DVD et Blu-ray au rythme que la pellicule qui défile dans un cinéma soit 24 images par seconde. Les lecteurs HD DVD et Blu-ray de première génération sont incapables de suivre cette cadence, se calant sur le 50Hz (pal) ou 60 Hz (ntsc) habituel. Cela se traduit par un certain manque de fluidité, notamment dans les travellings.

-       Le premier titre offrant une interactivité en ligne sera Blood Diamond, très prochainement disponible aux USA et à la rentrée en France. Nous avons eu la chance de pouvoir « jouer » un peu avec cette interactivité et de déposer notre avis sur le questionnaire proposé. Les résultats n’étaient pas pertinents car ce titre n’étant pas encore en vente les résultats ne totalisaient que les tests de la matinée. Ou quand de petits français font la recette de serveurs américains ! Trève de plaisanterie, ce petit test, réalisé depuis un lecteur européen, prouve que l’accés à cette interactivité en ligne sera possible depuis notre territoire, mais très certainement réservée aux anglophones pour les titres issus des grands studios hollywoodiens…ayant signé pour le HD DVD !

 

 

 





 

Ce qui nous amène aux chiffres. Toshiba nous confirma alors que les ventes de lecteurs sont doucement progressives mais restent en ligne avec les projections initiales. Il faut dire que le prix des lecteurs chute plus vite que prévu sous l’impulsion de certaines grandes chaînes de magasins américains qui proposent les deux lecteurs à moins de 300$ et moins de 700$. 300$, par référence, c’est le prix plancher qui a permis au DVD de décoller… mais cela ne sera certainement pas le cas avec le HD DVD puisqu’il est clair que les consommateurs sont soit peu intéressés par la HD (ils ont torts bien sur !) ou restent sur la défensive et attendent de voir ce qu’il va se passer (et là, ils ont plutôt raison !).

L’équipe Toshiba n’a pas manquée de nous rappeler que si moins de disques HD DVD se vendaient en volume pour l’instant, le taux nombre de disques / lecteurs est clairement à l’avantage du HD DVD, les possesseurs de PS3 ne semblant vraiment pas intéressés par la vidéo et se cantonnent aux loisirs jeu.

 

Conclusion

Compte tenu de l’environnement hostile (prix encore élevé des lecteurs HD face aux lecteurs DVD, concurrence Blu-ray, concurrence de la HD via le satellite à prix sensiblement plus léger, forte hésitation globale du consommateur sur le choix d’un standard…) le HD DVD se porte plutôt bien. Il se porterait surement mieux avec un support plus appuyé de certains éditeurs mais gageons que cela va se décanter vers la fin de l’année. Mais avant cette échéance, il y a le salon IFA de Berlin et les portes parole du clan HD DVD présents ce matin nous ont promis quelques surprises pour la grande conférence de presse prévue sur le salon.

J’y serais et je compte bien vous raconter tout cela….

 

Les liens complémentaires

Tous les tests HD DVD sur DVDcritiques.com

Note : Studio Canal n’étant jamais capable de nous fournir des disques HD DVD pour test, contrairement aux autres éditeurs, vous ne trouverez pas de critique de cet éditeur sur le site.

L’actualité HD DVD sur DVDcritiques.com

Le test du lecteur Toshiba HD-EX1 sur DVDcritiques.com

Le lecteur du lecteur XBOX360 Microsoft sur DVDcritiques.com

Le site HD DVD France

Le site Toshiba France

Liste des présentations vidéo des appareils Toshiba avec notre partenaire Cinenow.com