Dernières Actus
  MARK WEBB ET JAMIE FOXX AU ...
  CONCOURS DVDCRITIQUES : GAG...
  JACKASS PRÉSENTE BAD GRANDP...
  THE AMAZING SPIDER-MAN 2 DÉ...
  GOOGLE PLAY MUSIC ET SONOS ...
  SAMSUNG LANCE LA PREMIÈRE T...
  CASSE TÊTE CHINOIS : DÉCOUV...
  UNDER THE DOME : DÉCOUVREZ ...
Conversion 2D vers 3D : Compte rendu de mise en situation en projection

L’apparition de la 3D dans le paysage de l’électronique Grand Public va permettre de beaucoup discuter, notamment de son intérêt réel face à une cruelle absence de contenu. Pourquoi ne pas alors investir pour faire renaître en 3D sa collection de DVD, tout en prévoyant l’arrivée des Blu-ray 3D, le tout pour quelques centaines d’euros seulement ?

 

Par Bruno Orrù

 

Il n’est pas certain que l’avènement de la 3D se traduise par une ruée. L’investissement en 2010 devrait rester important, tout le monde, loin s’en faut,  n’y voit pas un intérêt crucial, sans oublier que nombreux sont ceux qui supporte mal ou pas du tout l’effet induit. Sans compter les avertissements, venant même des constructeurs eux-mêmes, sur les dangers pour les enfants ou les personnes à risques du coté des phénomènes d’épilepsie. Si vous êtes tout de même amateur, rappelons juste que l’équipement doit être renouvelé, ce que nous allons voir ci-après en détail.

 

Plutôt que d’espérer d’avoir du contenu 3D en masse (les premiers programmes TV ne sont pas prévus avant 2011 et les premiers Blu-ray 3D seront forcément chers), il peut-être intéressant de s’intéresser aux DVD qui s’entassent sur vos étagères. En tout cas c’est l’idée retenue pour cet article et c’est ainsi que je me suis équipé 3D avec la complicité de NVidia, Cyberlink, Samsung et Acer… pour un investissement assez raisonnable.

 

Conversion 2D vers 3D

 

Pour convertir de « vulgaires » DVD 2D en 3D à moindre frais il faut passer par la case PC ; mais attention on ne parle pas ici d’un portable mais du bon vieux ordinateur avec son unité centrale. Bien sur, certaines marques (mais pas toutes !) vont proposer ce service de conversion 3D sur leurs téléviseurs mais l’investissement est supérieur à 2.000€, rien que pour le téléviseur.

 

La conversion met en jeu un ensemble d’algorithmes pour analyser en temps réel l’image, détecter les effets d’ombre ou de différence de netteté dans les plans (profondeur) et de trajectoires (mouvements) afin de créer un effet 3D. Il est donc évidement que l’effet 3D pourra être très différent d’un programme à l’autre, voir  même d’une séquence à l’autre dans un même film, qu’il soit issu d’un film, d’un documentaire, d’un concert… ou d’un fichier vidéo issu de vos archives personnelles.

 

Tout l’intérêt d’une conversion en temps réel est donc bien de faire vivre des films ou des séquences anciennes, bref de se créer instantanément sa propre vidéothèque 3D sans devoir tout racheter.

 

Une 3D abordable ?

 

Voici ci-dessous la description de l’équipement nécessaire. La dépense n’est pas neutre mais vous allez voir que nous sommes dans un budget plutôt raisonnable considérant le service rendu.

 

Il faut prévoir :

 

Windows 7 ou Vista. Les pilotes Nvidia sont développés en priorité pour Windows 7 avec un service encore actif pour Windows Vista à ce jour. Aucun pilote n’est disponible pour Windows XP. Comptez à partir de 80€ pour une mise à jour vers Windows 7.

Un drive DVD. Tout le monde un possède un, on va donc considérer que l’investissement est nul. Par contre, si vous voulez profitez des prochains Blu-ray 3D, il faut prévoir un drive Blu-ray. Investissement de 100€.

Le logiciel PowerDVD 10 en version Ultra. Le logiciel offre une fonction 3D activable par simple clic dans la barre des options et prend en compte différent types de diffuseurs 3D, dont les écrans compatibles Nvidia Vision. Point d’attention important : la puissance de calcul pour une conversion 3D étant importante, la conversion proposée par le logiciel PowerDVD 10 est réservée aux structures DVD et fichiers SD. Investissement de 90€.

Une carte Geforce Nvidia récente. Sachez que la carte qui offre le meilleur rapport qualité / prix sur le sujet est la GT240. Pour plus de sécurité avant achat (ou pour vérifier que votre carte est déjà compatible), n’hésitez pas à visiter le site Nvidia. Investissement de 80€.




Des lunettes Nvidia 3Dvision : Le kit initial est composé d’un port Infra rouge et d’une paire de lunette. C’est clairement un  budget (surtout pour une famille complète) mais inévitable, quelque soit le type de solution prévue. Investissement de 140€ pour le kit 1 paire de lunette + port infrarouge. Comptez 80€ pour une paire de lunette complémentaire.

Un diffuseur 3D Ready : Ici le choix est double dans notre proposition.

·         Ce peut être un moniteur informatique acceptant les fréquences de rafraichissement 120 Hz. Les tests ont de mon coté été réalisés avec le moniteur Samsung 2233RZ. Investissement de 300 à 400€.

·         Ce peut-être un  vidéo projecteur 3D Ready que l’on trouve assez facilement dans le secteur pro. Mais attention ce sont à ce jour des projecteurs sous technologie DLP et limités au 720p. J’ai de mon coté réalisé les tests avec le projecteur ACER 5360. Investissement de 500 à 600€ suivant le revendeur sélectionné sachant que c’est clairement le modèle le moins cher du marché. Une quinzaine d’autres constructeurs offrent ce type de projecteur sur des budgets assez variables.

 

 

Pour plus d’informations sur le logiciel PowerDVD 10, je vous invite à suivre ce lien pour la présentation sur DVDcritiques.com ou de suivre ce lien pour télécharger la version d’essai.

Pour plus d’information sur le projecteur ACER 5360 je vous invite à suivre ce lien et de lire mes commentaires dans le compte rendu ci-dessous.

Pour plus d’information sur le moniteur SAMSUNG 2233RZ je vous invite à suivre ce lien et de lire mes commentaires dans le compte rendu ci-dessous.

Pour suivre l’actualité Nvidia 3D Vision sur DVDcritiques, je vous invite à suivre ce lien.

 

Installation

 

Installation PowerDVD : Après installation du logiciel il suffit d’activer le bouton 3D pour obtenir l’effet relief. Cette première version du logiciel n’intègre pas de conversion pour des fichiers vidéo mais cela est prévu dans une prochaine mise à jour gratuite. Seule la conversion DVD fonctionnait pour mes tests.



 

Installation carte graphique Nvidia GT240 (ou tout autre modèle compatible). Je vais considérer que vous avez installé les derniers Drivers Nvidia de la carte installée. Les drivers détecteront au choix le moniteur ou le projecteur, tous deux compatibles avec la solution 3D Vision. Le kit lunette est livré avec des drivers spécifiques et un  logiciel de lecture de programmes 3D (ne pas hésiter à privilégier les dernières versions en ligne).

 

Installation Projecteur ACER 5360 : Sachez que l’installation du projecteur est rapide mais que sa focale (fixe !) invite à le placer plutôt devant les spectateurs, le flux de chaleur partant vers l’avant. 



Heureusement la nuisance sonore de sa ventilation reste modérée notamment dans le mode éco, largement suffisant pour une projection sur 2.5 mètre de base comme pour mes tests. Le projecteur ACER 5360 est basé sur la technologie DLP. Bien que la 3D se cale sur une fréquence de 120 Hz très rapide il est possible que les personnes sensibles à l’effet arc en ciel induit par cette technologie en souffrent. Essayez autant que possible de prévoir un test avant achat. Le projecteur peut être installé au plafond et possède une fonction de rattrapage de déformation de l’image si celui-ci n’est pas dans l’axe vertical de l’écran (trapèze).

 

Installation moniteur Samsung 2233RZ : Ici l’installation est immédiate. Le moniteur n’offrant qu’une entrée DVI, à prévoir éventuellement un adaptateur HDMI vers DVI.



 

Environnement sonore : Les cartes GT240 sont équipées de trois possibilités de sortie mais laissons de coté la sortie VGA pour ne conserver un intérêt que pour la DVI et la HDMI. Sachez que vous pouvez tout à fait relier le moniteur ou le projecteur en DVI (DVI + adaptateur HDMI pour le projecteur) et récupérer le son via la sortie HDMI si jamais vous avez un amplificateur gérant ce type de liaison. C’est la configuration que j’ai retenue afin de profiter de flux vidéo numérique et du son numérique HD Dolby TrueHD ou DTS Master Audio (option décodage amplificateur externe dans le menu PowerDVD). Sinon, plus classiquement, vous utiliserez la sortie SPDIF de la carte sonore du PC (carte intégrée ou externe) mais dans cette configuration vous ne pouvez profiter des formats sonores HD.

Attention toutefois : si PowerDVD 10 sait parfaitement décoder les formats sonores HD (DTS-HD Master Audio et Dolby TrueHD), les cartes graphiques actuelles ne sont pas équipée HDMI 1 .4, rien n’assure donc que vous soyez capable pour les futurs Blu-ray 3D d’envoyer simultanément une image 3D full HD et un flux sonore HD.

 

 

Compte rendu 3D

Ce compte rendu va se concentrer sur l’option de conversion 2D / 3D depuis un DVD puisque les autres options ne sont pas encore disponibles au jour d’écriture de ce compte rendu. Pour autant, j’ai eu la chance d’avoir à disposition quelques  contenus 3D natifs sous formes de fichiers, j’en profiterai donc pour détailler les écarts de rendu entre conversion et véritable 3D.

 

La conversion à la volée, je le rappelle, est liée à la qualité du contenu mais c’est surtout la composition de chaque plan qui dicte la pertinence de l’effet 3D fabriqué. De fait, certains films d’aventure ou de fiction pourront décevoir sur le rendu alors que certaines série TV sans prétentions offre une expérience impressionnante. Heureusement, les films des trilogies Star Wars et Lord of the ring principalement prises comme sources de test apportent leur lot de sensations. Pas toujours il est vrai, certains plans large et de décors déçoivent car la profondeur de champ est faible et l’algorithme ne trouve pas les bons indicateurs pour créer un véritable effet de profondeur. Dans d’autres plans plus rapprochés et avec une grande profondeur de champ (globalement presque toutes les scènes avec Gollum dans LOTR et toutes  les scènes de combat dans l’espace pour STAR WARS) la 3D est bien là et les impressions se détachent vivement de la 2D. On redécouvre ces films.

 

J’ai également tenté l’expérience avec des films personnels en DVD. L’expérience est radicalement différente dans la mesure ou elle implique de la famille ou des amis, des personnes que l’on connait bien et des moments souvent vus et revus. Les éclats de rire étaient franchement plus francs lors du visionnage de ces séquences car le relief débouche sur une expérience réellement différente. C’est un point important à ne pas négliger puisque potentiellement vous pouvez donc revoir en 3D tous vos films personnels. Il faut juste prévoir assez de paire de lunettes si vous avez une grande réunion familiale !

 

La grande surprise coté PowerDVD c’est qu’on ne perçoit aucun retard de calcul lors de mouvements rapides. Des erreurs de calculs existent mais rarement liées aux mouvements mais plutôt par un manque de repère dans des plans qui manquent de détail dans l’image. Cela peut paraître en effet paradoxal mais plus il y a de détail, plus les effets 3D créés paraissent pertinent.

 

Coté matériel, tant du coté du moniteur que du projecteur on ressent une certaine latence d’affichage pour les séquences rapides. Les combats de sabre laser sont par exemple difficilement gérés et les yeux ont du mal à gérer des couleurs vives qui peinent à se détacher pour créer un vrai effet 3D. Le moniteur Samsung prend assez logiquement l’avantage en termes de résolution puisque le projecteur est « limité » au 720p. La différence est perceptible dans les plans larges avec des détails, comme des personnages ou des objets petits dans un grand espace. L’ajout de l’effet 3D accentue même ce manque de détail, notamment par rapport aux sources HD dont à pris l’habitude ces derniers mois.

 

Tests après tests, cobayes après cobayes (voisins, amis, membres de l’équipe) les réactions sont assez similaires. Dans un premier temps, les yeux semblent agressés. Il est vrai que l’image propose une brillance inhabituelle mais surtout, alors qu’au cinéma le regard est loin de l’écran, ici l’écran est nettement plus proche et demande plus de travail de mise au point. De fait, la fatigue visuelle est accrue par rapport à l’expérience cinéma et il n’est pas certains que tout de monde pourra supporter deux heures de séances cinéma avec ce type de concentration visuelle. Il faut avouer également que l’ensemble converti est moins stable qu’avec une vrai 3D.

 

La vrai 3D justement. Rapidement en visionnant des sources 3D, on observe des différences importantes entre 3D construite à la volée et 3D réelle. C’est surtout sur le détail et la profondeur de champ (qui semble souvent illimité en vrai 3D) que la différence s’opère. En vrai 3D, il y a également peu de limite sur les couches de relief alors qu’en 3D logicielle on ne ressent que rarement plus de 3 couches de profondeur.

 

En conclusion

La vrai 3D est réellement plus impressionnante mais la 3D logicielle produite ici par PowerDVD  et restituée par la solution Nvidia 3D Vision n’est jamais ridicule. De fait, si vous souhaitez une immersion immédiate dans la 3D (films mais aussi jeu vidéo) avec un budget raisonnable, je vous invite à considérer la configuration utilisée pour ce compte rendu. Pour ceux qui souhaitent lier leur travail avec le visionnage 3D le moniteur Samsung 2233RZ est une bonne idée mais c’est clairement en passant par une expérience du grand écran que la 3D prend sa véritable dimension. De fait, le projecteur ACER 5360 utilisé représente une bonne alternative pour débuter ce type d’immersion, sans dépenser plus de 500€.