Cyberlink Director Suite 10 : Intelligence créative (2/3)


Cliquez ici pour revenir à la 1ère partie de cet article

Partage social
L’autre force de PowerDirector réside dans le réseau social DirectZone mis en place par Cyberlink. Il met en liaison les utilisateurs du monde entier qui peuvent échanger leurs propres créations, que ce soit en matière de titres, particules, objets, thèmes de couleurs (LUT) et même films. Je peux vous affirmer que la plupart du temps vous trouverez des éléments utiles, instantanément utilisables. A savoir que la notion de partage est également facilitée par la possibilité d’utiliser le Cyberlink Cloud, sachant que vous avez la première année offerte à l’achat du logiciel et que vous disposez gratuitement d’un espace de 50go avec PowerDirector 365 et 100go avec Director suite 365.

Bout en bout
Je vous le disais en introduction, PowerDirector est une boite à outil complète. Vous pouvez donc réaliser un montage, allant du plus simple avec une seule source à disposition, au plus complexe avec de nombreux éléments vidéo et/ou audio. Un module multicam puissant et simple d’usage, jusqu’à 4 caméras, permet de synchroniser les éléments à disposition et produire ainsi un film dynamique et rythmé. Les éléments peuvent être retouchés sur de nombreux points : couleur, contraste, teinte, balance et les sources issues de caméras d’action peuvent, si nécessaire, être retravaillée au niveau de l’angle. Le travail colorimétrique est bon mais pour aller plus loin, Color Director est nécessaire, notamment pour mieux travailler avec des LUT, c’est-à-dire des thèmes de couleurs.

Le logiciel par défaut, y compris en version licence à vie, est accompagné de nombreux effets spéciaux, de modèles de titres et de modèles d’objets qui peuvent être incrustés dans vos vidéos, en surimpression le plus souvent. Sans parler des possibilités de création de fond fixe ou animés, d’objets à intégrer ou superposer, de formes à colorier ou encore de masques totalement personnalisables dans leur forme et leur mouvement. Pour visualiser des exemples de masques, suivez ce lien ou pour un exemple rapide en vidéo suivez ce lien.

Un gestionnaire de fond vert est également disponible, qui peut cumuler les couches chromatiques. Pour cet ensemble de possibilité, vous pouvez utiliser les modèles proposés mais sachez que dans la plupart des cas, des options apparaissent lorsque vous rentrez dans le menu de chaque effet, transition ou titre. Cela permet de personnaliser ce qui est proposé par défaut. Et c’est dans ces menus que vous mesurez la puissance du logiciel.

Un module d’étalonnage automatique est proposé mais qui ne m’a jamais convaincu. Vous pouvez tenter l’expérience si vous travaillez avec plusieurs caméras et que vous êtes confronté au problème de l’étalonnage, c'est-à-dire aux couleurs et à la luminosité qui ne sont pas captées de la même façon. Cyberlink propose une fonction Color Match qui analyse et applique un schéma de couleur aux deux séquences sélectionnées. La comparaison se fait en effet entre 2 vidéos ; une première est donnée comme la référence pour que la seconde se voit ajustée sur plusieurs paramètres. Cette analyse et ajustement automatiquement les écarts, sachant qu’il est également possible d’intervenir manuellement une fois le travail de Color Match effectué.

Depuis l’année dernière, PowerDirector propose également la notion de tables de correspondance. Les tables de correspondance (LUTs pour LookUp Tables) est un outil utilisé par les professionnels pour enregistrer dans un fichier des caractéristiques colorimétriques. Cette procédure est déjà disponible sur des logiciels pro / semi pro de type Adobe Premiere Pro CC 2017, FCPX, ou encore DaVinci Resolve pour ne citer que ceux-ci. Désormais PowerDirector permet également d’importer une esthétique applicable immédiatement à la séquence sélectionnée, principe était auparavant uniquement disponible dans ColorDirector.

La clef de la réussite
Bien entendu il est possible de travailler avec les images clefs pour quasiment tous les effets, titres, transitions disponibles. Si vous débutez dans le montage vidéo, sachez qu’une image clef c’est un repère pour marquer dans la ligne de temps une évolution d’un des paramètres vidéo et/ou audio de la séquence sur laquelle vous travaillez.
Voici un exemple simple. Vous souhaitez opérer un zoom personnalisé. Vous placez une image clef au début de la séquence puis plus loin pour marquer le début du zoom (dans le même temps vous initialisez le zoom), plus loin pour marquer un arrêt dans la progression du zoom puis plus loin pour marquer le début d’un zoom arrière et enfin un dernier pour marquer la fin du zoom arrière. Imaginez que dans le même temps vous pouvez placer d’autres images clef pour n’importe quel ajustement de paramètre et voici comme on peut notamment personnaliser à l’extrême une variation colorimétrique, d’opacité, des contours, de la saturation, de la netteté, des ombres, de l’effet HDR, de cadrage, de vitesse, du niveau sonore etc…

Sachez que les images clefs fonctionnent également pour les titres, les objets, les particules et certains effets spéciaux et que cela peut être couplé à la gestion des mouvements. Ce sont des options particulièrement puissantes, disponibles généralement dans les logiciels pros. Je vous invite à prendre le temps de comprendre, ce n’est pas long, le maniement des images clefs et vous verrez que cela peut totalement transformer une séquence. Tiens, un autre exemple d’option disponible dans PowerDirector 20 : il est dorénavant possible de contrôler précisément de la taille et le rapport d'aspect des objets PiP ou des superpositions pour les redimensionner facilement afin de les ajuster parfaitement. Là encore, merci les images clefs pour que ces paramètres puissent évoluer dans la ligne de temps. Suivez ce lien pour visualiser dans une courte vidéo le principe des images clefs.

Extensions en nombre
PowerDirector dispose également d’extensions pour accéder à des concepteurs puissants qui facilitent la création d’effet pro. Ci-dessous ceux que je préfère.
  • Le module thème permet de créer un enchainement visuel mettant en scène plusieurs éléments photos et/ou vidéo. Cliquez sur ce lien pour voir un exemple en vidéo.
  • Le module Projet express permet de créer une introduction et/ou une conclusion avec une certaine dynamique visuelle, mettent en forme des objets et des ondes visuelles. Cliquez sur ce lien pour découvrir un tutoriel en VOST.
  • Le concepteur de collage vidéo permet de créer des cadres pour afficher simultanément des photos ou des vidéos dans la même séquence. Effet garanti ! Cliquez sur ce lien pour découvrir un tutoriel en VOST.
  • Le concepteur de peinture permet de faciliter un habillage graphique en superposition de l’image à l’écran. Cliquez sur ce lien pour découvrir un tutoriel en VOST.
  • L’outil de suivi de mouvement permet d’apposer un effet ou un texte sur un objet localisé dans une séquence. C’est un outil très puissant mais qui ne fonctionne vraiment qu’avec un certain soin et patience pour ajuster le travail du traceur automatique.  Cliquez sur ce lien pour découvrir un tutoriel en VOST.
  • L’outil d’effet de fusion permet de placer en surcouche / surimpression un effet visuel. C’est d’une simplicité désarmante et peut apporter une touche créative forte. Cliquez sur ce lien pour découvrir un tutoriel en VOST.
  • Ha ! L’une de mes options préférée… la Zone de révélation de titre qui permet de faire apparaître graduellement un titre via une gestion de masque. Je vous propose d’ailleurs un petit tuto en suivant ce lien.
  • Le module multicam que j’utilise abondamment car il permet de travailler avec efficacité et avec une totale personnalisation durant la sélection ou ensuite dans la ligne de temps. Une nouveauté avec PowerDirector 20 c’est de pouvoir associer le multicam avec le multi fenêtrage. Du coup on peut prévoir des séquences ou les différents plans se juxtaposent en parfaite synchronisation ; par exemple avec un plan large et des plans rapprochés sur une ou plusieurs personnes. On peut facilement l’imaginer pour une captation d’un événement sportif, familial, fête…
  • Effets spéciaux sur titres est une option nouvelle qui permet d’apposer un effet visuel dynamique sur un titre. Une occasion simple mais impactante de créer un titre spectaculaire. Je vous propose quelques exemples en suivant ce lien.

 

Je vous propose également de visualiser un champ des possibles de PowerDirector en visualisant ce petit film qui regroupe un grand nombre d’effets et conceptions.

Cliquez ici pouraller à la 3ème partie de cet article