LEGO Star Wars II: La Trilogie Originale

Genre
Pays
USA (2006)
Date de sortie
dimanche 24 septembre 2006
Durée
360 Min
Plateforme
PSP
Site Internet
Langues
PCM
Label
SS.Titres Film
SS.Titres Bonus
SS.Titres Commentaire
Français
Non
Non
Non
Le Jeu
Critique de Bruno Orru
Editeur
Edition
Standard
Label
Zone
2
Durée Film
360 min
Nb Dvd
1

Alors que LucasFilms propose pour une durée limitée de quelques mois la trilogie Star Wars originale en DVD, Activision en profite pour lancer le deuxième opus du jeu vidéo Star Wars, version Lego. LEGO Star Wars II: La Trilogie Originale offre l’opportunité de rejouer dans son intégralité l’histoire des trois volets qui compose cette première trilogie. Nous avons eu la chance de pouvoir tester la version Nintendo DS.


LEGO Star Wars II: La Trilogie Originale s’adresse à tout le monde mais il est clair que l’amateur éclairé du monde Star Wars sera le plus attiré par cette proposition décalée de replonger dans la triple saga de la Guerre des étoiles. LEGO Star Wars II: La Trilogie Originale reprend globalement tout ce qui a fait le succès du premier opus, que ce soit sur l’environnement visuel (on s’en doutait quand même !) que la structure globale. Rassurons de suite les plus inquiets ; oui, tous les moments forts de la trilogie sont prévus au programme, avec tous les personnages.

LEGO Star Wars II: La Trilogie Originale est construit sur trois mondes distincts qui représentent les trois épisodes de la trilogie mais il est nécessaire de procéder par étape pour accéder aux différentes séquences de chaque volet. La première étape consiste donc à se « faire la main » sur le premier volet et ainsi débloquer l’accès aux deux autres volets mais également débloquer la possibilité de jouer en jeu libre. Cette opportunité de jeu libre complète un mode histoire qui ne permet pas toujours de récolter tous les indices nécessaires à la fabrication de personnages ou véhicules. De fait, le jeu libre permet de revenir sur ses pas et partir à la recherche des éléments restés cachés. Globalement il faut combattre de nouveau ; si la surprise n’est plus là elle est compensée par une expérience accrue qui permet d’avancer plus vite. Le jeu libre est aussi l’occasion d’être certain de valider le débloquage d’une dizaine de modes de jeu qui ajoute des éléments graphiques, le plus souvent plus amusant qu’utiles (sols glissants, sabre laser étonnant…). Autre moment ludique qui se mérite, l’occasion de conduire des véhicules en assemblant des minikits. On pense naturellement aux fameux Landspeeders mais vous aurez également la surprise de prendre le volant de véhicules de l’Empire !


La version Nintendo DS prend un certain avantage sur le plaisir de jouer sans toutefois révolutionner le gameplay. L’écran du haut présente la situation en cours alors que l’écran du bas propose un accès immédiat aux options et à la caméra. Nous sommes ici bien évidemment en mode tactile propre à la NDS et cela permet il est vrai de passer d’un héros à l’autre d’un simple coup de stylet, contrôler la caméra plus facilement ou encore profiter sans se fatiguer des options de customisation des personnages.

Autre avantage lié à la version NDS, cette version profite de la connexion sans fil (malheureusement non testé par votre chevalier Jedi en charge de cette critique). Dès lors, il est possible d’effectuer l’aventure en coopération avec un ami ou pourquoi pas d’entrer dans l’arène pour affronter jusqu’à trois autres joueurs.  Dans ce mode, vous devez collecter des pièces afin de créer un chasseur de prime et d’être le premier à trouver et capturer Han Solo dans la carbonite. Cela donne bien évidemment une autre dimension au simple cursus historique imposé par le jeu en solo.

Autre possibilité pour les regroupements de possesseurs de NDS, le mode Arène qui permet de se retrouver de 2 à 4 joueurs pour un jeu de type « capture du drapeau ». L’action se déroule dans le palais de Jabba et au lieu de capturer un drapeau il faut ici voler le bloc de carbonite dans lequel est emprisonné Han Solo.


La difficulté du jeu est progressive mais sa bonne fin est uniquement liée à votre bonne volonté puisqu’il est tout simplement impossible de mourir ! Si vos briques Lego explosent elles renaissent comme par magie Jedi. Bref, si le premier épisode est relativement simple dans son déroulement et les obstacles à éviter, les deux autres demandent un peu plus de perspicacité et de dextérité. Saluons un dosage intéressant entre action (combattre des soldats de l’Empereur, voir Dark Vador lui-même) et réflexion (que faire dans une pièce ou face à une situation problématique ?). Le jeu demande également de jouer successivement avec les personnages à disposition mais un code  graphique indique généralement le choix à faire, il n’est donc pas utile de se poser à chaque porte quel pourrait être le personnage le plus habile. De plus, il est vite évidemment que les actions mécaniques sont réservées aux droïdes alors que la Force des Jedi sera sollicité pour le déplacement d’objets ou tout obstacle à la progression de nos héros.

Enfin, veuillez noter que le jeu est également basé sur la récolte d’argent qui permet d’acheter des astuces, des objets ou autres codes secrets. Curieusement, le point de départ (la Cantina de Mos Eisley) débouche toujours sur les mêmes  lieux à reconstruire, apportant certes de l’argent mais faisant perdre autant de temps à chaque nouvelle partie libre. Les sauvegardes ne sont pas possible au sein des chapitres, il est nécessaire de les terminer ; prévoyez donc du temps avant tout départ ou vous devrez laisser la console en veille pour continuer sans devoir tout refaire.

En conclusion
LEGO Star Wars II: La Trilogie Originale est amusant de par son environnement visuel Lego et permet de passer quelques heures dans l’esprit Star Wars. Pour autant, vous ne trouverez au fil des niveaux guère d’originalité dans le déploiement ludique. A réserver par conséquent à ceux qui souhaient en découdre avec le méchant Vador et ses armées de soldats blancs sans trop prétendre à exercer leur talents.
L'image
Couleurs
Définition
Compression
Format Vidéo
Sans objet
Format Cinéma
Sans objet

L’environnement graphique est en liaison avec le monde des Légo ; basique et plus porté sur la ligne droite que sur la courbe. Cela peut décevoir dans la mesure ou l’on ne s’identifie pas obligatoirement aux personnages, engoncés dans leur coque plasqtique légo. D’un autre coté, cela permet d’aborder le monde de la guerre des étoiles dans un cadre graphique rafraichissant. On note au cours du jeu quelques approximations de textures et des problèmes de décors mais rien de bien facheux.

Le Son
Langue
Type
Format
Spatialisation
Dynamique
Surround
Français
2.0

Le son est le parent pauvre de ce jeu. Mais ou sont les fracas intersidéraux et la musique symphonique de John Williams. Les explositions sont de type pétard et la musique prend la forme d’une partition midi bien décevante. Les thémes sont heureusement fidèles aux séquences originelles. La musique et les effets sonores sont réglables séparemment.

Les Bonus
Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
Durée
0 min
Boitier
Amaray

Les bonus prennent tout d’abord la forme de modes de jeu à débloquer, nous l’avons vu précédemment. Au cours du jeu vous trouverez des objets à détruire ou à récupérer, vous permettant de jouer dans des conditions amusantes. Il faut également compter avec les minikits ; là encore il faut collectionner, 10 par épisode.
Bonus
Livret
Bande annonce
Biographies
Making of
Documentaire
Interviews
Com. audio
Scènes sup
Fin alternative
Galerie de photos
Story board
Multi-angle
Liens internet
Interface Rom
Jeux intéractifs
Filmographies
Clips vidéo
Bêtisier
Bonus Cachés
Court Metrage