Les images des menus


Les images du film


Les images des bonus






dans le même genre
  PARIS HIP HOP 2007 - 2DVD
  PARIS HIP HOP 2006 - LIVE À...
  ULTIM-8 BATTLE VOL. 1
  DIGITAL HIP HOP N°11
  GÉNÉRATION RAP RNB 2 ( LIVE...
  DVDEEJAY : TOI AUSSI DEVIEN...
  TRIPTIK DVD - 303
  JOEY STARR : WHO'S THE BOSS
  LE CERCLE DE LA HAINE
  CLAP VOL.1

du même éditeur
  DISHONORED 2
  PARIS HIP HOP 2007 - 2DVD
  MIXTAPE
  PARIS HIP HOP 2006 - LIVE À...
  STREET LIVE MAG 2 "LA RUE E...
  STREET LIVE MAG "LA RUE EN ...
  LA VÉRITABLE HISTOIRE DE NO...
  ULTIM-8 BATTLE VOL. 1
  TRES CORONAS " NUESTRA COS...
  LA MAISON


Dernières Actus
  MYLÈNE FARMER : L’ULTIME C...
  DENON FÊTE SES 110 ANS AVEC...
  DIRECTOR SUITE 365 ET POWER...
  ROGER CAREL, L'ACTEUR AUX 1...
  TEST JEU DE SOCIÉTÉ WATERGA...
  TEST JEU DE SOCIÉTÉ ORIFLAM...
  LE CÉLÈBRE FILM FULL METAL ...
  JURASSIC WORLD EVOLUTION: C...

Rapattack

Genre Rap Francais
Pays France (2002)
Date de sortie lundi 21 avril 2003
Durée 60 Min
Réalisateur Chimiste
Producteurs Chimiste
Scénaristes Chimiste
Compositeur Cut Killer, Sully Sefil, Gang Du Lyonnais...
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Non
Non
Non

Le Film Critique de Frédérik Kapler
  Editeur   2good
  Edition   Simple
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  60 min
  Nb Dvd  1
   
   



Rapattack est un documentaire sur le hip hop, fait par des acteurs du milieu hip hop (feu Arsenal records, La Cliqua), et avec pour participants des gens du milieu. Voilà pourquoi il restitue de manière fidèle et juste l'évolution du hip hop en France depuis ses débuts... On y retrouve les figures actuelles du mouvement, ainsi que tous ceux qui maintenant agissent depuis les coulisses. De plus toutes les disciplines composant le mouvement hip hop y sont abordées (danse, graffitis, DJ), et non pas seulement le coté musical, via le rap.
Rapattack est composé d'interviews récoltées au cours des nombreuses rencontres entre Chimiste (Arsenal Records) et tous les artistes de la scène hip hop présente et passée.


Différents aspects sont abordés. Depuis la naissance du rap, venu des États-Unis, expliquant bien sont évolution : en effet, au commencement le rap français n'était, en gros et en caricaturant, qu'une simple traduction des premiers morceaux venant des États-unis et interprétés par des artistes comme Rakim, Afrika Bambaata, GrandMaster Flash etc.. Puis il a évolué et on a commencé à faire un rap français, "made in France", décrivant et reflétant les problèmes et la vie en France.

Sans oublier la danse, qui fut également l'une des premieres disciplines du mouvement, qui a permis au hip hop de prendre de l'ampleur, notamment grâce à la fameuse emission H I P H O P, présentée par l'incontournable Sidney... d'ailleurs avec tout le respect que l'on doit au mouvement, qu'il est marrant de revoir les images du début... et comparer a ce qui se fait aujourd'hui.

Et tous les anciens y passent : Dee Nasty, Crazy B, Lionel D, Kool Shen..
On a aussi le droit à un aperçu de la naissance du graff avec ses origines et ses motivations avec des gens comme Kool Shen encore, et Mode2 et Jon One et Squat.

Autre image rare et insolite avec des gens comme Rockin' Squat d'Assassin en freestyle avec Joey Starr à ses cotés et en "human beat box" le frère de Rockin' Squat, j'ai nommé, Vincent Cassel, oui oui, lui-même....(NDLR Human Beat Box : action de créer un rythme et/ou des mélodie uniquement avec sa bouche... à tel point que par moment on se demande s'il n'y a pas une musique derrière !!! Les artistes ayant fait exploser ce domaine étant Rahzel des Roots aux États-Unis, et le Saïan Supa Crew en France, dont un des membres apparaît dans le documentaire)
 
La liste des artistes présents étant longue, on ne peut que se satisfaire de l'étendue des différentes apparitions. Des plus anciens aux plus récents. Attention, lorsque l'on parle d'artistes récents, on ne parle pas ici d'arrivistes, mais plutôt de groupes ou personnes étant présents dans le mouvement depuis des années, mais ayant percé (d'un point de vue financier surtout) plus récemment. Car dans le documentaire, l'évolution du hip hop est expliquée, depuis les débuts difficiles et incompris, à nos jours où les majors et certaines radios sont devenues des partenaires incontournables et (hélas) quasi obligatoires pour faire vendre et devenir « célèbre ». Malgré certaines personnes qui arrivent à écouler beaucoup d'albums par le bouche à oreille, comme Lunatic par exemple et d'autres acteurs du crew 45 Scientific, il est vrai qu'actuellement, les radios, notamment Skyrock (si décriée mais qui malgré tout ce que l'on peut dire, et certains le reconnaissent dans le documentaire, permet au hip hop de vivre mieux...alimentant le cercle vicieux permettant aux artistes confirmés de produire les artistes de demain), même si hélas elles mettent en avant certains artistes qui n'auraient rien pu faire sans elles.. alors que d'autres très talentueux restent dans l'arrière plan et galèrent pour s'en sortir, car la reconnaissance artistique ne fait hélas pas vivre... mais le débat est houleux. Néanmoins ces aspects sont abordés dans la trame des interviews.

 
Le documentaire ne lasse jamais car entrecoupé habilement de freestyles (NDLR : style libre : en gros l'artiste s'exprime grâce à un petit texte, en improvisation ou peu travaillé, et balance sur un beat qui est généralement une musique qui ne sert qu'à appuyer son texte et qui généralement n'est pas la sienne mais des rythmes ou instrumentales très connue). A ce petit jeu certains sont très fort (ou l'étaient diront certains...), comme Busta (ex. Busta Flex aka Flex Baba)  qui a commencé sur les mixtapes (NDLR : cassettes composée de morceaux mixés par un DJ afin d'avoir une enchaînement ininterrompu musical) de Cut Killer, ou bien comme Triptik qui nous lachent un freestyle ravageur avec des rimes et des textes habilement travaillés ! Excellent ! Les femmes ne sont pas oubliées, avec Lady Laistee ou Diam's qui nous prouvent encore une fois que les femmes ont aussi leur place dans le rap.

 
Bref, un documentaire bien monté, avec des participations qui reflètent bien la réalité et décrivent fidèlement l'évolution du mouvement en France. Réservé aux initiés, qui pourront aller un peu plus loin, parfaire leurs connaissances et revoir certaines images bien plaisantes qui leur rappelleront pas mal de souvenirs peut être, mais également accessible aux non-initiés, tant qu'ils ne sont pas allergiques à la simple prononciation du mot rap, afin de pouvoir un peu comprendre, et se persuader que le rap (et le hip hop) n'est pas qu'une mode, et qu'il est devenu un véritable mouvement organisé, et en perpétuellement évolution (dans le bon comme dans le mauvais sens), mais qui n'est pas près de s'éteindre.


L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 4/3 couleur
  Format Cinéma 1.33:1
   
   

Ce DVD ne servira de toute façon pas à des démonstrations de votre système audio-vidéo. (Et ce n'est pas son but !)

Les images provenant pour la grande majorité d'une caméra DV, la qualité n'est pas mauvaise. La compression laisse de temps en temps à désirer, et les arrières plans sont peu précis. Mais dans l'ensemble on distingue les participants ;)

Les images d'archives quand à elle accusent le coup de l'âge, mais ce n'est pas gênant et cela donne un petit coté nostalgique.


La qualité vidéo des clips proposés en bonus a une bonne définition et un bon contraste. Pas de problème de compression majeur. Un travail soigné et ne présentant pas de gros défauts apparents.


Le Son
 

Coté son, on a le droit à du MPEG 2.0, donc attention à être bien équipé en conséquence ! (La plupart des lecteurs DVD sont compatibles, mais dans ce cas le passage par un cable RCA classique sera obligatoire...le beau câble audio-numérique ou optique que vous vous étiez acheté pour noël sera hors-jeu, si votre décodeur ne possède pas de décodeur MPEG...et c'est rare de nos jours, alors autant miser sur le lecteur DVD)

Le son des interviews, comme celui des passages musicaux, est bon. Seules les quelques vieilles images d'archives n'offre pas un son optimal, mais c'est compréhensible.

Le son sur les clips est aussi de bonne qualité. Pas de 5.1 ou 7.2 luxueux, mais un 2.0 de bonne facture.


Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 50 min
  Boitier Amaray
   
   

Au niveau des bonus, les amateurs de rap seront gâtés : une foultitude de clips vidéos, allant d'artistes assez connus, à certains moins souvent cités mais tout aussi bons...


- Kamnouze "J'accuse ces mots" : tout droit sorti de l'écurie Nouvelle Donne, et oeuvrant la plupart du temps aux cotés de Ol'Kainry et Jango Jack au sein de Factor X, le rappeur nous livre ici un morceau dans lequel il délivre tout son dégoût envers certains mots de la langue française.


- Lunatic "Pas l'temps pour les regrets" : incontournable, connu et reconnu. on n'aime ou on n'aime pas, mais on respecte. Le groupe, composé d'Ali et de Booba, est un adepte des morceaux graves, relatant la vie de la rue (comme ils aiment le dire), sans concession. Venant du 92, oeuvrant au sein du 45 scientific, ils ont permis à pas mal d'autres gens que percer comme Lim (ex-Beat de Boul et encore membre de la Movez Lang), Hifi etc...Tout sur Lunatic et tout le 45 scientific crew sur www.45scientific.com, un site très bien fait et très complet.


- Booba "Repose en paix" : Booba en solo, sans Ali, mais dans un style différent. Tout seul, le style est beaucoup plus cru et souvent moins grave. Ici un morceau faisant état de l'état du rap français. Le clip est vraiment bien fait, et le sujet léger mais instructif.


- Jewel feat. Triptik & RCFA "Le fond et la forme" : Jewel est un jeune rappeur ayant fait ses premiers pas sur un maxi, et sur des mixtapes de Cut Killer ou DJ Poska. Après la rencontre avec RCFA, et des affinités communes, ainsi que le trio Triptik, il sort un maxi ("Le fond et la forme"), en les invitant tous deux à venir poser. Un clip simple mais efficace.


- Octobre Rouge " Week end à Meda" : Formé depuis 1997 (par deux des trois membres actuels), ce groupe dont le nom a été choisi pour sa connotation avec la révolution, nous livre ici un morceau loin d'être révolutionnaire, et abordant un sujet plutôt léger. L'histoire d'un voyage dans un pays où la loi sur certaines substances dites "drogues douces", diffère légèrement de la loi française...


- Koma "Loin des rêves" : Avec Koma on retombe dans un rap beaucoup plus conscient, et s'efforçant de parler de problème d'intégration, de racisme...Membre actif de la Scred Connexion, avec Fabe, Haroun et Mokless, ce collectif se focalise plutôt sur un rap conscient, dénonciateur et loin d'être dénué de sens. Un clip simple, noir et triste, sans filles dénudées et sans voiture de luxe. Le message passe bien !


- Space et Yaroscar "La ou on ne m'attends pas" : figurant sur une compilation de la Scred connexion, ces deux "petits jeunes" font figure de challengers parmi cette selection de clips. Un morceau pas mauvais, avec un clip plutôt comique et parodique, sur un sujet léger.


- Monsieur R feat. Lino (Arsenik) & G-Kill (2Bal) & Mystik " Ma gueule" : Quatre poids lourds du rap français, pour un morceau revendicatif et expressif ! "Quoi ma gueule ? Qu'est ce qu'elle a ma gueule ?" Monsieur R, pilier du rap français, ayant oeuvré au coté du Ménage à 3, nous livre ici un morceau remplit de rage et prônant la tolérance en dénonçant le délit de sale gueule...excellent morceau appuyé avec force et conviction par G-KillLino d'Arsenik et Mystik.


- Ol'Kainry "L'engrenage" : Nouvelle Donne encore à l'honneur avec Ol'Kainry réfléchissant à ce qui pousse certains gamins à devenir violent ou faire n'importe quoi...décrivant les causes probables et ayant pour but de les faire réfléchir...caricatural, personnellement je n'accroche pas.


Assassin "Touche d'espoir" : On parlait de rap conscient, et bien on va parler d'un artiste qui est un pilier de ce rap ! Rockin'squat, membre d'Assassin, adepte des phrases sensées et des causes nobles. Avec lui  pas de bitch*$, pas de grosses cylindrées et pas de violence gratuite...un des seuls à parler d'amour, du respect des femmes, et des associations des droits de l'homme (sur le morceau "Esclave 2000" sur son album "Touche d'espoir"). Que dire si ce n'est que c'est un des rappeur les plus respectable du paysage français. Présent depuis le début, aux cotés de Joey Starr, sont rap a traversé les années et reste toujours aussi revendicatif et profond. Ici le morceau nous explique pourquoi il a choisi d'appeler son dernier album "Touche d'espoir". Un clip réussi, graphiquement magnifique...incontournable dans cette selection !


- Monsieur R feat. G-kill (2Bal) & Djamatik (ex-Neg'Marrons) " Tcha Tcha Tcha remix ragga" : revoilà Mr R, avec toujours G-Kill, représentant le MA3 (Ménage à 3), dans un clip plus festif, sur un air de salsa, et moins engagé que le précédent. Un refrain reggae chanté par Djamatik, ex-Neg'Marrons avec Ben-J et Jacky, qui donne une pêche et un dynamisme à ce refrain vraiment bon ! Un morceau plutôt destiné aux pistes de danses...


Une option a été ajoutée, permettant de ne lire que les passages où les artistes font un freestyle...afin de profiter de ceux-ci encore une fois sans tout revoir.


Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage